VENEZUELA: DERNIERES NOUVELLES

11 janvier 2012

A 9 mois de la présidentielle au Venezuela, Hugo Chavez, candidat à la réélection malgré son cancer, vient de commettre l’irréparable contre la démocratie avec la désignation d’un tel scélérat à ce poste-clef.

Jugez du peu avec le pedigree de Henry Rangel Silva que mes lecteurs ici connaissent bien : agent actif des FARC dont Chavez abrite les chefs au Venezuela, ce général a aidé les terroristes colombiens à négocier l’achat d’armements, est recherché pour trafic de drogue par les USA qui ont gelé ses avoirs, et a annoncé en 2010 son intention de ne pas laisser l’opposition gouverner si elle gagnait en 2012. « Les forces armées sont totalement fidèles à Chavez et à son mariées à son projet » communiste, avait-il alors déclaré.

Hugo Chavez se moque ainsi de Washington, et surtout de son voisin, la Colombie, avec en tête le président Juan Manuel Santos, qui a repris des relations cordiales avec lui malgré la complicité du chef de l’Etat vénézuélien avec les FARC. On attend avec impatience la réaction de Bogota à cette pierre jetée dans le jardin de leur soi-disant amitié.

Je vous joins mon ancien papier publié ici le 3 août 2009 :
REVELATIONS DU NEW YORK TIMES: LES FARC ONT FORME DES TROUPES VENEZUELIENNES A LA GUERRE DE GUERILLA ET DEMANDE DES MISSILES SOL-AIR A CHAVEZ L’AN DERNIER !
3 août 2009 | Auteur jacquesthomet
3 août 2009
Ces preuves sont contenues dans des documents explosifs retrouvés dans des ordinateurs saisis récemment sur des rebelles arrêtés par l’armée colombienne. Elles contredisent les démentis de Hugo Chavez sur son appui en argent et en armes aux FARC.
Une copie de ces courriels, actuellement analysés par des agences de renseignements occidentales, a été fournie à Simon Romero, journaliste au New York Times. Un courriel du commandant des FARC Ivan Marquez, daté de 2008, décrit un plan pour acheter au Venezuela des missiles sol-air, des fusils et des radios. Il fait état de ses contacts avec le général Henry de Jesus Rangel Silva, alors directeur des services secrets de la police vénézuélienne, et Ramon Rodriguez Chacin, un ex-ministre de l’Intérieur de Chavez connu pour ses liens actifs avec les FARC. (Rappelez-vous, c’est sur mon blog, la scène de janvier 2008. Lors de la libération de l’otage Clara Rojas par les FARC, Chacin, alors émissaire, avait encouragé les guérilleros à « continuer la lutte ». Une caméra a enregistré la scène).
Installé au Venezuela avec l’aval de Chavez, Ivan Marquez évoque la fourniture de ces armements près du Rio Negro, dans l’Etat vénézuélien de l’Amazonie, et la remise de documents aux trafiquants d’armes, par le général Rangel Silva, pour leur permettre de circuler dans le pays afin d’acheminer la livraison. Mais les documents saisis ne confirment pas si la livraison a effectivement eu lieu.
Rodriguez Chacin et Rangel Silva sont accusés par le département du Trésor américain de trafic de drogue. Leurs comptes ont été gelés aux USA. Ils encourent une peine de prison allant jusqu’à 30 ans s’ils pénètrent aux Etats-Unis.
Les documents cités par le quotidien révèlent aussi que les FARC ont donné des cours de guerre de guérilla à des officiers vénézuéliens, comme l’indique un commandant de la guérilla, Timoleon Jimenez, alias « Timochenko », qui lui aussi opère depuis le Venezuela. Un autre document saisi en mai dernier révèle enfin que Hugo Chavez a parlé personnellement avec Timoleon Jimenez pour lui exprimer sa solidarité avec le combat des FARC.
Voici le papier du NYT : Venezuela Still Aids Colombia Rebels, New Material Shows
By SIMON ROMERO
Published: August 2, 2009 CARACAS, Venezuela — Despite repeated denials by President Hugo Chávez, Venezuelan officials have continued to assist commanders of Colombia’s largest rebel group, helping them arrange weapons deals in Venezuela and even obtain identity cards to move with ease on Venezuelan soil, according to computer material captured from the rebels in recent months and under review by Western intelligence agencies.
The materials point to detailed collaborations between the guerrillas and high-ranking military and intelligence officials in Mr. Chávez’s government as recently as several weeks ago, countering the president’s frequent statements that his administration does not assist the rebels. « We do not protect them, » he said in late July. The new evidence — drawn from computer material captured from the rebel group, the Revolutionary Armed Forces of Colombia, or FARC — comes at a low point for ties between Venezuela and Colombia. Mr. Chávez froze diplomatic relations in late July, chafing at assertions by Colombia’s government that Swedish rocket launchers sold to Venezuela ended up in the hands of the FARC. Venezuela’s reaction was also fueled by Colombia’s plans to increase American troop levels there.
« Colombia’s government is trying to build a case in the media against our country that serves its own political agenda, » said Bernardo Álvarez, Venezuela’s ambassador in Washington, describing the latest intelligence information as « noncorroborated. » Mr. Chávez has disputed claims of his government’s collaboration with the rebels since Colombian forces raided a FARC encampment in Ecuador last year. During the raid, Colombian commandos obtained the computers of a FARC commander with encrypted e-mail messages that described a history of close ties between Mr. Chávez’s government and the rebel group, which has long crossed over into Venezuelan territory for refuge.
The newest communications, circulated among the seven members of the FARC’s secretariat, suggest that little has changed with Venezuela’s assistance since the raid. The New York Times obtained a copy of the computer material from an intelligence agency that is analyzing it. One message from Iván Márquez, a rebel commander thought to operate largely from Venezuelan territory, describes the FARC’s plan to buy surface-to-air missiles, sniper rifles and radios in Venezuela last year.
It is not clear whether the arms Mr. Márquez refers to ended up in FARC hands. But he wrote that the effort was facilitated by Gen. Henry Rangel Silva, the director of Venezuela’s police intelligence agency until his removal last month, and by Ramón Rodríguez Chacín, a former Venezuelan interior minister who served as Mr. Chávez’s official emissary to the FARC in negotiations to free hostages last year. In the message, Mr. Márquez discusses a plan by Mr. Rodríguez Chacín to carry out the deal near the Río Negro in Amazonas State in Venezuela. Mr. Márquez goes further, explaining that General Rangel Silva gave the arms dealers documents they could use to move around freely while in Venezuela.
Intelligence of this kind has been a source of tension between Colombia and Venezuela, with the government here claiming the information is false and used to further political ends. Colombian officials, by contrast, argue that the intelligence proves that the FARC survives in part on its ability to operate from Venezuela’s frontier regions. The latest evidence, suggesting that the FARC operates easily in Venezuela, may put the Obama administration in a tough spot. President Obama has recently tried to repair Washington’s relations with Venezuela, adopting a nonconfrontational approach to Mr. Chávez that stands in contrast to the Bush administration’s often aggressive response to his taunts and insults.
But the United States and the European Union still classify the FARC as a terrorist organization. The Treasury Department accused General Rangel Silva and Mr. Rodríguez Chacín last year of assisting the FARC’s drug trafficking activities, opening the officials to freezes on their assets, fines and prison terms of up to 30 years in the United States. Venezuela has said the men are not guilty of those charges. « We do not comment on intelligence matters, » said Noel Clay, a State Department spokesman, in relation to the latest captured communications. A spokesman from the Colombian Foreign Ministry declined to comment on the matter.
Computer records obtained in the Colombian raid in Ecuador last year appeared to corroborate the assertion that Venezuela helped the FARC acquire the Swedish-made rocket launchers at the heart of the latest diplomatic dispute between the two countries. The launchers were purchased by the Venezuelan Army in the late 1980s but captured in Colombia in combat operations against the FARC last year. The FARC’s use of Swedish arms has an added dimension: the rebels kidnapped a Swedish engineer in Colombia in 2007, holding him hostage for nearly two years — during which he was reported to have suffered brain damage and paralysis from a stroke — before releasing him in March.
« The issue of these weapons is extremely serious for us, » said Tommy Stromberg, the political officer at the Swedish Embassy in Bogotá, the Colombian capital, which also oversees Sweden’s affairs in Venezuela. Mr. Stromberg said Venezuela had bought Swedish arms as recently as 2006. « We have asked Venezuela’s Foreign Ministry for clarification on how this happened, but have not had a response. » The computer records from the raid in Ecuador last year also seem to match some of the information in the new communications under review by Western intelligence officials.
For example, a message obtained in the Ecuador raid and written in September 2007 contained an earlier reference to the arms deal discussed recently by the FARC. In the earlier message, Mr. Márquez, the rebel commander, referred to dealers he described as Australian, and went into detail about the arms they were selling, including Dragunov rifles, SA-7 missiles and HF-90M radios, the same items he discusses in the more recent communications. Another file from the Ecuador raid mentioning an offer from the FARC to instruct Venezuelan officers in guerrilla warfare matches recently obtained material from a rebel commander, Timoleón Jiménez, that says the course took place. Other communications refer to FARC efforts to secure Venezuelan identity cards in a plan overseen by General Rangel Silva, the former Venezuelan intelligence chief. In other material captured as recently as May, Mr. Márquez, the rebel commander, said Mr. Chávez had spoken personally with Mr. Jiménez, expressing solidarity for the FARC’s struggle. Then Mr. Márquez went into more mundane matters, referring to unspecified problems the FARC had recently encountered in La Fría, an area in Venezuela near the border with Colombia.

Por Eduardo Mackenzie

26 de noviembre de 2011

El ex presidente Álvaro Uribe le hace un gran favor a Colombia y a la democracia del continente americano al expresar sus inquietudes sobre lo que ocurre en estos momentos en Venezuela. Su diálogo en Bogotá, esta semana, con líderes de la oposición venezolana reabre, en buena hora, el tema de cuál debe ser la posición de Colombia frente a las calamidades que vive el país hermano y frente al caos que se viene. ¿Debemos ignorar ese desastre y dejar que llegue a extremos inauditos o debemos ayudar a quienes luchan por la restauración de las libertades en ese país?

La incursión del ex presidente Uribe en ese terreno era esperada pues en Colombia esa temática, desde que Juan Manuel Santos tomó las riendas del poder, fue transformada en tabú, sobre el cual no se debe pensar, ni hablar, ni escribir.

La nueva línea es, en efecto, someterse en silencio a los dictados de Caracas, reorientar el punto de vista de Colombia en la esfera internacional siguiendo los enfoques de Unasur, incluso hasta con la Unión Europea y los Estados Unidos (lo único que ha escapado a eso es el expediente sobre la cuestión palestina) y hacer pasar ese viraje como ejemplo de una política « más hábil ».

Ese enfoque le facilita el trabajo a Hugo Chávez y a sus acólitos y le abre avenidas a los agentes colombianos de esa tiranía. Eso explica lo que está ocurriendo en el frente interno colombiano y explica por qué las informaciones y los análisis sobre la situación de Venezuela y sobre el creciente accionar terrorista de las Farc y del Eln contra Colombia en los territorios limítrofes con Venezuela, han prácticamente desaparecido de la prensa colombiana. Nadie informa, nadie investiga sobre eso, como si esos temas no fueran importantes. Es como si la estabilidad política y económica de Colombia no dependiera en gran parte de lo que ocurrirá en Venezuela en los próximos meses y años.

¿Dónde están los reportajes, las entrevistas, los trabajos de las famosas « unidades investigativas » de nuestros diarios y revistas sobre lo que ocurre en Venezuela, sobre el combate de la oposición antichavista, sobre la agonía de la democracia, sobre las maniobras palaciegas en curso ante la aceleración de la enfermedad de Hugo Chávez y sobre el papel que están jugando en todo ello La Habana, las Farc y el Eln?

Hay muy poco al respecto. Muy poco hay también (y eso es lo más grave) en materia de explicaciones del Presidente Santos a los ciudadanos sobre su nueva política exterior, sobre los compromisos firmados durante las cumbres y contactos con su « nuevo mejor amigo ». Tras cada reunión entre ellos lo que queda son minúsculas notas de prensa, poco verificadas, sobre los aspectos secundarios de esos eventos. De hecho, nadie sabe qué ha ganado Colombia con su docilidad ante Chávez, ni cuáles son las ventajas objetivas y a largo plazo de la nueva orientación de la diplomacia colombiana.

Por eso el acto del ex presidente Uribe al manifestar de manera pública su inconformidad con ese status quo y con la eventual profundización de ese curso erróneo durante el encuentro Santos-Chávez del 28 de noviembre próximo, es un llamado de atención al país sobre los peligros de seguir observando pasivamente ese fenómeno.

Lo más ridículo de todo es que mientras la Colombia oficial sigue congelada por los hechizos de Caracas, el propio Brasil, donde la izquierda gobernante ha tenido una actitud cómplice frente a Chávez y las Farc, comienza a moverse en otro sentido: Brasilia acaba de crear una « fuerza de vigilancia estratégica » destinada a reforzar su presencia en la Amazonía pues estima que en los próximos años, ante la escasez mundial de petróleo, « la amenaza » vendrá « de la línea del Ecuador para arriba ».

Acorde con eso y en vista de las tropelías que las Farc cometen en Brasil, sobre todo por sus entronques con el tráfico de drogas, un diputado socialdemócrata, Otavio Leite, impulsa un proyecto de ley para que las Farc sean clasificadas como « terroristas ». El temor de que esa organización pueda cometer acciones terroristas durante el Mundial de fútbol de 2014 y durante los Juegos Olímpicos de 2016, es otro punto que preocupa a Brasilia.

Colombia, mientras tanto, sigue sin tener una visión estratégica de la evolución de la conflictividad en el continente pues creemos que con servir de comodín de Caracas hemos comprado la seguridad a largo plazo. Ni siquiera el tema de la actuación y desarrollo de las redes operativas de las Farc en otros países, que tanto preocupa ahora a Brasil, no está siendo ventilado. Creemos con gran ingenuidad que la muerte de Alfonso Cano significó la derrota de las Farc o su derrumbe. Ese espejismo desmovilizador hay que rechazarlo pues nos lleva a una conclusión falsa: como las Farc ya no son una amenaza sólo falta dar dos pasos para alcanzar la paz definitiva: amnistiarlos y abrirles « espacios políticos » para que Timochenko y sus hordas sangrientas puedan « tramitar sus diferencias » en temas como « el de las tierras », como pide ahora, con gran precisión, el ex presidente Ernesto Samper.

La nueva campaña desatada por Gustavo Petro, alcalde electo de Bogotá, y Jaime Dussán, jefe del comunista Polo Democrático, pretende silenciar al ex presidente Uribe. Ellos ven que hay que mantener la mordaza para que Caracas y La Habana avancen en sus planes de enredar más y más al gobierno de Colombia en sus tentáculos.

No quieren que se vea cómo las Farc, a pesar de los golpes recibidos, conservan sus estructuras urbanas y rurales y está logrando no sólo infiltrar sino incluso dirigir ciertos movimientos sociales, para explotarlos, como en los años 80 y 90, como fuerza de choque y masa de maniobra.

Por eso están tratando de montar el falso escándalo de los « audios » en donde Álvaro Uribe « instruye » a la oposición venezolana. El sólo acto de hablar sobre Venezuela es mostrado como un acto de « diplomacia paralela », como un « saboteo de las relaciones » entre los dos países, como una « ruptura del consenso ». ¿Cual consenso? Nunca hubo en Colombia un « consenso » a favor de someternos a los caprichos y brutalidades de Hugo Chávez. ¿No desató en el país un movimiento de hilaridad general cuando el presidente Santos anunció que Chávez era su « nuevo mejor amigo »? Esas acusaciones carecen de sentido y son puro fariseísmo.

¿Quienes hacen esa campaña? Los mismos de siempre: la minoría vende patria que han encontrado en Caracas un sostén a sus miserables aventuras. Es la misma fracción fanáticamente hostil a la democracia. Son los que elogian la dictadura castrista, los que financian sus campañas con dinero saqueado al pueblo venezolano, los mismos que felicitaron a Chávez cuando declaró a las Farc fuerza « beligerante ». Los mismos que, ante el espectáculo del veloz armamentismo de la Venezuela chavista, presionaron para que Colombia renunciara al reforzamiento de siete de sus bases militares con ayuda de Estados Unidos.

¿Qué autoridad moral pueden tener esos señores para censurar al ex presidente Uribe? Ninguna. El ex presidente Uribe abrió en buena hora la puerta de la discusión sobre los errores de la política exterior colombiana. Es tiempo de abordar esa temática con sano criterio y de impedir que ese debate sea cerrado de nuevo.

05 novembre 2011

La liquidation d’Alfonso Cano par l’armée colombienne de cette guérilla narcoterroriste qui vit du trafic de cocaïne et des enlèvements, y compris d’enfants contre rançon, ne signifie pas l’extinction à court terme de ce fléau contre la paix civile, malgré le vœu ardent des 46 millions de Colombiens.

Dans ce splendide pays deux fois grand comme la France et recouvert aux deux-tiers de forêts tropicales ou amazoniennes face à deux océans (Atlantique et Pacifique), les quelques 7.000 terroristes encore présents, sur les 20.000 qu’ils étaient en 2002, n’ont aucune peine à se cacher dans ces reliefs sauvages, mais sont séparés en fronts de plus en plus isolés les uns des autres. Ce contexte ne les empêchera pas de frapper encore à l’aveugle, comme ils en ont la coutume, avec y compris des chevaux piégés contre la population.

Un tel éparpillement de ces rebelles sans cause aucune va s’accentuer avec la disparition de Cano, tué dans le Cauca (au sud-ouest du pays), car son successeur ne peut être qu’un des derniers chefs survivants des FARC, tous retranchés au Venezuela, voire en Equateur. Il s’agit d’Ivan Marquez, de l’afro-américain Joaquin Gomez, de Timochenko et de Pablo Catatumbo. Toutes mes sources me l’ont confirmé depuis longtemps.

On voit mal comment ces candidats à la direction des FARC pourraient reprendre le contrôle des divers fronts colombiens. Leurs allers et venues sont repérés par les avions espions colombiens et américains, et leurs communications écoutées par les services secrets. Ces rebelles sanguinaires bénéficient de l’appui du président castriste Hugo Chavez, même si son homologue colombien Juan Manuel Santos, au pouvoir depuis 2010, fait semblant de croire le Vénézuélien quand il dément leur présence sur son territoire, pour ne pas nuire aux importants échanges commerciaux entre les deux pays.

L’armée colombienne détient en outre un considérable trésor de guerre avec la saisie dans le camp de Cano de dizaines d’ordinateurs, disques surs et clefs USB. Leur déchiffrage va permettre l’identification du réseau commandé par l’ex-patron des FARC, mais aussi de ses complices dans la société colombienne.

A l’heure qu’il est, j’ignore si le pouvoir à Bogota va remettre immédiatement à Interpol, avant de les ouvrir, toutes ces données informatiques afin de valider leur contenu, comme ce fut le cas après la liquidation de Raul Reyes, ex-n°2 des FARC, le 1er mars 2008. Les disques durs de ce terroriste, que j’avais rencontré en 2004, avaient notamment prouvé les liens des FARC avec l’ex-sénatrice Piedad Cordoba, relevée de ses fonctions par la justice, et bien d’autres personnages toujours pas entendus par les tribunaux.

Le moment est venu en tout cas pour le président Santos de proposer aux FARC une reddition générale sans condition, avec la remise aux autorités des 21 officiers encore otages entre leurs mains (dont certains depuis 13 ans !), dans le cadre d’une loi semblable à celle qui avait permis la fin de leur combat pour quelque 30.000 paramilitaires en 2003 sous la présidence d’Alvaro Uribe, dont le rôle aura été primordial dans la lutte anti-terroriste en Colombie.

Nul n’a oublié que l’opération « Jaque » (mise en échec), menée par un commando héroïque de 13 agents secrets colombiens sous la présidence d’Uribe, avait permis le 2 juillet 2008 la libération de 15 otages, dont 3 Américains (après 5 ans de captivité) et Ingrid Betancourt (après 6 ans dans les geôles des FARC), ex-candidate à la présidence colombienne pour le parti des Verts.

Je vous rappelle que mes entretiens avec le chef de ce commando de « Jaque » à Bogota en 2009 ont été publiés dans mon livre en espagnol « Ingrid Betancourt : pasos en falso » (Planeta), toujours en vente en Colombie. Il s’agit d’une version augmentée de mon livre en français « Les secrets de l’opération Betancourt » (Fayard), hélas épuisé si je ne m’abuse.

30 juin 2011

Au royaume des aveugles, les borgnes sont roi. C’est le cas du Venezuela. Elu puis réélu démocratiquement depuis 1999, son président castriste Hugo Chavez obtiendra un nouveau mandat de six ans au scrutin de 2012. C’est mon pronostic.

Atteinte d’une cécité chronique, l’opposition y a été et reste incapable de capitaliser les échecs et les erreurs de l’ancien colonel putschiste, incarcéré en 1992 pendant près de trois ans, pour tenter de mettre fin à son régime socialiste.

N’en déplaise à mes lecteurs, Hugo Chavez surpasse tous ses adversaires dans la technique des relations publiques qu’ignorent les aspirants à sa succession.

Voilà un chef d’Etat malade, opéré, soigné et allité à La Havane depuis le 8 mai dernier, pour un présumé « abcès pelvien », en réalité un probable cancer de la prostate.

22 jours après son exil médical dans l’île commuiste, aucun mouvement populaire ou politique n’a surgi pour dénoncer cette entrave à la Constitution.

Aucune autorisation n’a été demandée au Parlement pour une telle absence. Aucune justification n’a été donnée pour expliquer pourquoi le chef de l’Etat ne se faisait pas soigner dans son pays.

Face à cette absence de réactions, le Venezuela est condamné à rempiler avec Hugo Chavez. Il ne servira de rien de rappeler le bilan de ses échecs dans un pays devenu le cinquième producteur mondial de pétrole.

Malgré les 700 milliards de dollars engrangés en revenus du pétrole brut depuis l’avènement de Chavez, la croissance continue d’être négative (- 3,3% en 2009, – 1,6% en 2010) alors qu’elle atteint ou dépasse les 6% dans les autres pays d’Amérique Latine au même moment.

L’inflation, faible ailleurs dans le sous-continent, atteint 25% au Venezuela, qui importe désormais de l’électricité colombienne et du café nicaraguayen. La dette extérieure est passée en dix ans de 35 à 58 milliards de dollars.

N’importe où ailleurs, un tel cadre clinique aurait suscité une réaction en chaîne sur les réseaux sociaux avant de déboucher sur une révolte populaire, comme en Egypte ou en Tunisie.

Hélas pour le Venezuela, ses élites songent d’abord à faire fructifier ses revenus ailleurs, hors du pays, sans la moindre implication politique dans le pays.

Vive Chavez ! Vous l’avez mérité, Vénézuéliens, et je n’ai rien à y redire.

25 mars 2011

L’Occident a non seulement fini par baisser les bras devant la menace nucléaire de Téhéran, mais se jette dans une intervention armée en Libye, sans voir que le remède sera probablement pire que le mal, au point d’oublier le principal ennemi de la paix: l’axe terroriste Iran-Venezuela.

Hugo Chavez a installé impunément un « village nucléaire » dans son pays avec l’appui de l’Iran depuis un accord signé en 2009 à Téhéran, organisé à Caracas un sommet secret de chefs jihadistes en 2010, et autorisé l’Iran à construire des missiles de longe portée sur son territoire.

Ni Obama ni Sarkozy ni Angela Merkel, encore moins Pékin (affamé du pétrole qu’il n’a pas) ou Moscou (exportateur d’armements pour 5 milliards de dollars à Caracas l’an dernier) n’ont daigné jusqu’ici pointer du doigt un tel danger pour la paix.

Notre site a déjà abondamment souligné, preuves à l’appui, la menace que représentent les liens subversifs entre le régime iranien et celui de Hugo Chavez, hôte des chefs terroristes colombiens des FARC.

On sait que des officiels ou agents secrets iraniens débarquent chaque semaine à l’aéroport vénézuélien de Maqueitia, près de Caracas, sans même passer par l’immigration, et repartent à l’identique, à bord de vols directs sur Téhéran.

Les nouvelles révélations mettent au jour l’accélération de ce processus mortifère pour la sécurité d’Israël d’abord, mais aussi de l’Amérique Latine, et même des USA.
Ancien secrétaire d’Etat-adjoint des USA, ex-ambassadeur des Etats-Unis à l’OEA, Roger Noriega a jeté un pavé dans la mare dans un article publié dimanche par le Washington Post.
Il révèle notamment que Chavez a reçu en août dernier des hauts dirigeants du Hamas, du Hezbollah et de la Jihad islamique palestinienne lors d’un sommet secret à Fort Tiuna, la caserne de Caracas où il avait été détenu pendant le bref coup d’Etat contre lui en février 2002.
Les participants: Ramadán Abdullah Mohammad Shallah, secrétaire général de la Jihad Islamique palestinienne (inclus dans la liste des terroristes les plus recherchés par le FBI), Khaled Meshal, « chef suprême » du Hamas, et le « chef des opérations » du Hezbollah, dont l’identité reste mystérieuse.
Ce sommet a eu pour artisans l’ambassadeur d’Iran en Syrie, Ahmad Mousavi, et son homologue vénézuélien, Imad Saab Saab, à l’ambassade du Venezuela à Damas le 10 mai 2010. Les deux diplomates, selon un document cité par Noriega, préparaient une réunion entre leurs deux présidents et le chef du Hezbollah, Hasan Nasrallah, quand l’Iranien suggéra ce sommet secret de Caracas avec les leaders extrémistes palestiniens.
« Le fait que ces infâmes délinquants aient abandonné leurs refuges habituels prouve leur confiance dans Chavez et leur détermination à mettre en branle un réseau terroriste aux portes des USA », note Noriega.
Toujours selon lui, les préparatifs pour ce sommet eurent pour coordinateur le n°2 de Chavez dans son ambassade en Syrie, Ghazi Atef Nassereddine Salame. Nassereddine est un vénézuélien naturalisé, d’origine libanaise, qui dirige un réseau du Hezbollah en pleine expansion en Amérique du Sud, incluant des terroristes et trafiquants de drogue.
Selon un documen diplomatique vénézuélien cité par Noriega, Nassereddine faisait des affaires avec quatre entreprises dirigées par un certain Walid Makled, trafiquant de cocaïne détenu en Colombie et demandé en extradition par les USA.
Makled a reconnu sa culpabilité dans le trafic de drogues lors d’interviews dans la presse depuis sa cellule. Il a affirme disposer de documents et vidéos prouvant la complicité d’un haut officier militaire de Chavez, Henry Rangel Silva, ainsi que d’autres membres du gouvernement chaviste, dans le trafic de cocaïne.
La menace d’un réseau terroriste en Amérique Latine est démontrée par la détention en mai 2010 au Chili de Muhammad Saif-ur-Rehm Khan, un Pakistanais, détenu à Santiago alors qu’il demandait un visa pour les USA à l’ambassade américaine. La sécurité avait alors détecté sur lui des traces de matériaux destinés à la fabrication de bombes. Les enquêteurs avaient découvert les contacts de Khan avec le groupe islamiste Jamaat Al-Tabligh. Pour une raison inexpliquée, ce même Khan avait été libéré en janvier dernier, pour gagner la Turquie.
Selon une source chilienne de Noriega, Khan avait des contacts avec de multiples individus d’origine égyptienne, saoudite et libanaise, la plupart dotés de passeports vénézuéliens. L’un des auteurs de ces documents ne serait autre que Tarek El Aissami Zaidan, ministre de l’Intérieur du Venezuela. El Aissami est d’origine syrienne, son père est connu pour avoir rendu hommage à Saddam Hussein et à Osama Ben Laden, et son frère, Firaz, est un complice de Makled.
Toujours selon Noriega, deux agents connus d’Al Qaida se trouvaient en janvier à Caracas pour préparer un attentat « chimique » contre l’ambassade américaine, ce qui avait conduit à la fermeture des locaux.
De source vénézuélienne, deux instructeurs iraníens se trouvent sur l’île de Margarita au Venezuela, pour organiser des opérations terroristes dans toute la région, affirme encore Noriega. Les musulmans radicaux du Venezuela et de Colombie passent par le centre culturel « Ayatollah Khomeini-Simon Bolívar » de Caracas, avant d’être envoyés en Iran à Qom pour approfondir leurs études sur l’islam. Les plus déterminés reçoivent alors des armes et une initiation aux explosifs, avant de retourner chez eux comme des « taupes » (agents dormants).

Avant ces révélations fracassantes, le quotidien allemand Die Welt, avait fait état de la construcion en 2011 d’une base militaire iranienne au Venezuela, avec la présence de missiles sol-sol Shahab, d’une portée de 1.300 à 1.500 km, ainsi que de Scud-B, Scud-C, et de quatre dispositifs mobiles de lancement;

17 janvier 2011

Face à une manifestation géante prévue prochainement par l’opposition, le dictateur vénézuélien a mis de l’eau dans son rhum. Il veut dialoguer avec l’opposition et envisage de retirer ses pouvoirs spéciaux d’ici quatre ou cinq mois. Malgré un baril de pétrole qui grimpe vers les 100 dollars, le pays, 5e exportateur mondial de brut, ne sort pas de son délabrement économique, et l’OEA lui fait les gros yeux pour ses initiatives politiques « contraires à la Charte démocratique ».

Hugo Chavez a appelé samedi les députés de l’opposition au dialogue et à la conciliation dans son intervention annuelle devant l’Assemblée nationale. « Vous avez tous la grande responsabilité de semer la graine du dialogue, du débat et de la concorde nationale. Ne laissons pas passer cette nouvelle chance », a-t-il lancé. Depuis le 5 janvier, à la suite des élections législatives du 26 septembre 2010, l’opposition détient 40% des sièges à l’Assemblée, alors qu’au cours des cinq années précédentes la représentation nationale était aux mains du parti Chavez, après la monumentale erreur de l’opposition de ne pas présenter de candidats.

« Messieurs de l’opposition, vous croyez que je suis un véritable démon avec lequel on ne peut pas parler, et nous, nous croyons que vous êtes des démons avec lesquels on ne peut pas parler. Chassons les démons, et que vivent l’humanité, les idées, le débat », a-t-il proposé. Le dictateur a déclaré qu’il pourrait renoncer « dans quatre ou cinq mois » aux pouvoirs exceptionnels qui lui ont été octroyés jusqu’à la mi-2012 par la précédente législature à ses ordres, mais sans donner davantage de précisions.

L’Assemblée nationale sortante a voté en décembre ces pouvoirs exceptionnels qui permettent à M. Chavez de légiférer par décret et sans débat. L’opposition a protesté contre cette réduction de ses prérogatives. La loi sur les pouvoirs exceptionnels a également été critiquée par l’Organisation des Etats américains (OEA) et par les Etats-Unis. Au pouvoir depuis 1999, Chavez a utilisé des pouvoirs spéciaux pour légiférer en 2000, 2001 et 2008, approuvant par décret plus de 100 lois.

22 décembre 2010 

C’est fait. La dictature de facto que j’avais dénoncée ici est devenue officielle au Venezuela sous la présidence du castriste  Hugo Chavez. L’ex-colonel putschiste de 1992 vient coup sur coup d’annoncer qu’il gouvernera par décrets-lois pendant 18 mois, et de promulguer une loi scélérate sur la censure de la presse, avant l’élection présidentielle de 2012. 

Le Parlement vénézuélien, contrôlé par le parti de Chavez, a voté vendredi une loi accordant au chef de l'Etat des pouvoirs exceptionnels pendant 18 mois, deux semaines avant le retour massif de l'opposition à l'Assemblée.
« La loi autorisant le président de la République à édicter des décrets ayant rang, valeur et force de loi dans les domaines délégués est adoptée », a déclaré la présidente du Parlement, Cilia Flores, sous les applaudissements des députés chavistes.
L'opposition, quasiment absente du Parlement depuis son boycott des législatives de 2005, occupera à partir du 4 janvier 67 des 165 sièges de la nouvelle Assemblée, après avoir fait presque jeu égal avec la coalition de gauche radicale de Hugo Chavez lors des élections de septembre.
Mais elle ne pourra pas abroger cette loi, qui requiert 60% des députés pour y parvenir.
Durant 18 mois, Hugo Chavez pourra promulguer des lois portant notamment sur la sécurité, la défense nationale, les finances, la coopération internationale, les transports et services publics ou l'utilisation de la terre.
« Une vingtaine de lois sont quasiment prêtes », a déclaré jeudi soir le président vénézuélien.
Parallèlement, l'Assemblée nationale a voté en urgence un renforcement du contrôle public sur les banques, une mesure dénoncée par l'opposition qui y voit un pas supplémentaire vers la nationalisation du secteur, contrôlé à 25% par l'Etat.
A l'intérieur comme à l'extérieur du pays, de nombreuses voix ont dénoncé une remise en cause du vote des électeurs et de la séparation des pouvoirs.
« C'est un plan du gouvernement pour essayer de retirer tout pouvoir au Parlement et de gouverner de manière absolument autocratique à partir du 1er janvier, sans aucune forme de contrôle », a critiqué le député d'opposition Ismaël Garcia.
« C'est la quatrième fois que le président Chavez recourt à ces décrets », a ironisé Philip Crowley, le porte-parole du département d'Etat. « Il semble trouver des moyens créatifs de justifier ses pouvoirs autocratiques ».
Le président vénézuélien, au pouvoir depuis 1999, a déjà été autorisé à gouverner par décret à trois reprises en onze ans, en 2000, 2001 et 2008, faisant passer une centaine de lois, dont celle sur la nationalisation de secteurs clefs de l'économie comme le pétrole.
La dernière loi de ce type s'était déjà étendue sur 18 mois, la période la plus longue de l'histoire démocratique du Venezuela durant laquelle un chef de l'Etat a joui de telles prérogatives.
Cette fois, M. Chavez a sollicité ces pouvoirs en les justifiant par la « situation d'urgence » provoquée par les intempéries qui ont fait 38 morts et plus de 130.000 sinistrés ces dernières semaines.
Sa demande portait initialement sur un an, mais les parlementaires l'ont étendue à 18 mois, à la « demande des sinistrés ».

 

Dans la foulée, la même Assemblée nationale du Venezuela a approuvé lundi soir deux lois renforçant le contrôle de l'Etat sur les médias et interdisant pour la première fois certains contenus sur l'internet, provoquant la colère de l'opposition qui dénonce une atteinte à la liberté d'expression.
Les textes ont été approuvés en urgence par l'actuelle chambre dominée par le parti socialiste du président Hugo Chavez, quinze jours avant l'entrée en fonctions du nouveau parlement issu des élections de septembre, où l'opposition possèdera 40% des sièges.
Ils amplifient les restrictions imposées aux médias audiovisuels par une loi de 2004 et soumettent désormais les sites internet aux mêmes obligations.
Les administrateurs de pages internet seront « responsables de l'information et du contenu » publiés sur leurs sites et chargés de « limiter, sans délai, la diffusion de messages » faisant « l'apologie du crime », visant à « déstabiliser la société » ou « contestant les autorités légitimement établies ».
La loi prévoit, en cas d'infraction, des amendes équivalant à « 10% des revenus avant impôt de l'année précédente » et la « suspension du service » pour « 72 heures d'affilée ». En cas de récidive, la licence de diffusion pourra être retirée.
Ismaël Garcia a dénoncé « une violation absolue de la Constitution, de la liberté d'expression et du libre exercice de la communication dans le pays ».
Sa collègue Pastora Medina évoque une incitation à la « censure, l'autocensure ».
« Le droit à l'information, à la communication, l'accès aux médias est pleinement garanti dans la Constitution et dans cette loi », a répondu le député socialiste Earle Herrera.
L'autre texte adopté réduit de 25 à 15 ans la durée maximale des licences de diffusion audiovisuelles et interdit les investissements étrangers dans les médias hertziens et communautaires et la production nationale audiovisuelle.
Ces réformes s'inscrivent dans un contexte de tension croissante entre le pouvoir et les médias critiques.
En 2007, la chaîne RCTV a perdu sa licence hertzienne, pour avoir soutenu une tentative de putsch contre Chavez en 2002, et Globovision, elle aussi très dure à l'égard du régime, fait l'objet de plusieurs procédures judiciaires. 

 

31 octobre 2010

Désolé si le blog perd son Nord selon Fabio ! Je vous retourne à tous le compliment: vous manquez de punch pour informer sur les questions citées par lui !!!
A ma décharge, je viens de pouponner pendant 3 semaines au Canada et depuis mon retour je fais des caisses pour déménager. Je ne puis être une agence de presse à moi tout seul, les enfants ! La faible participation de nos lecteurs m'a conduit à plusieurs reprises à envisager de mettre fin à cette aventure, qui ne me rapporte rien alors que unblog.fr arrose de pubs nos posts.  

Pour vous faire plaisr, je résume ma vision des événements en question:
- Brésil: je vous ai révélé depuis belle lurette que la probable présidente Dilma est une ex-terroriste du MR8, avec du sang sur les mains. Comme Lula l'ignare, elle va abriter les FARC sans jamais extrader ses agents demandés par Bogota.
- Chavez: la communauté internationale s'est distinguée par son mutisme face aux accords sur le nucléaire avec la Russie. L'Iran doit se frotter les mains, avec tous ses agents présents à Caracas qui y débarquent par la sortie VIP sans besoin de visa ni de passeport. Ils vont pouvoir embarquer un maximum d'uranium enrichi vers Téhéran. Vous remarquez qu'avec Obama et Sarkozy les pressions ont disparu sur Ahmadinejad, et l'AIE de Vienne idem, ou je me troompe ?
- Argentine: je ne vois pas de résurgence du péronisme, ou alors j'ai loupé un chapitre ! La mort de Nestor, pro-Chavez et pro-Farc, va précipiter la chute aux enfers de Madame Botox, financée pour sa campagne par les valises de dollars envoyés par Chavez, comme ce fut révélé ici.
- Juan Manuel Santos: Fabio parle de sa « possible trahison d'Uribe ». J'aimerais que Fabio exptrapole. J'ai bien noté que Santos revient en arrière sur la question des 7 bases colombiennes que pourraient utiliser les USA, mais à part ça ? C'est vrai qu'il veut supprimer le DAS(services secrets), une énorme erreur, mais les enquêtes sur les « chuzadas » (écoutes téléphoniques) ont débuté un an avant le départ d'Uribe et concernent la période où Santos était ministre de la Défense.

- USA: Obama va prendre une râclée mardi aux législatives, sous la pression du Tea Party ultra-réac.
- France: vous n'en parlez pas, et pourtant c'est grave, ces grèves contre la retraite à 62 ans, alors que l'âge de départ est à 65 ou 67 ans dans tous les principaux pays de l'UE. Je n'ai pas eu le temps hélas de vous en parler, mais vous ?
 ne

4 octobre 2010 

Les liens actifs du président castriste du Venezuela avec le terrorisme des FARC, déjà démontrés, se doublent de son aide militaire à l’ETA, prouvée aujourd’hui par les aveux de deux terroristes basques arrêtés en Espagne la semaine dernière. 

Avec ce dossier, l’Espagne se doit de demander à la CPI de traduire Chavez devant la Cour pénale internationale, mais le socialiste Zapatero en aura-t-il le courage ? 

Les deux Basques détenus à Madrid depuis leur arrestation le 29 septembre en Guipuzcoa, Juan Carlos Besance et Xavier Atristain, ont avoué avoir reçu un entraînement au terrorisme en 2008 au Venezuela, sous les ordres d’Arturo Cubillas Fontan,  un criminel espagnol réfugié chez Chavez et dont la demande d’extradition par la justice espagnole reste sans réponse depuis 7 mois. 

Protégé par Chavez, Cubillas, 46 ans, dirige la sécurité au sein de l’Institut national des terres, qui a déjà exproprié 40.000 propriétés agricoles sous le régime castriste du président vénézuélien, et son épouse, Goizeder Odriozola, est la conseillère personnelle d’Elías Jaua, le vice-président de la République bolivarienne. 

C’est la première fois que l’ETA avoue les liens de Chavez avec le terrorisme basque, après les masses de preuves trouvées dans les ordinateurs de Raul Reyes, l’ex-n°2 des FARC abattu le 1er mars 2008 par l’armée colombienne.

Les défenseurs de la démocratie doivent exiger la traduction sans délai de Hugo Chavez devant la CPI à La Haye, pour y être enfin jugé.

 

27 septembre 2010 

 

Avant d’achever ses deux mandats de président en Colombie le 7 août dernier, Alvaro Uribe avait divulgué la carte géographique, au millimètre près, de tous les camps des FARC installés avec leurs chefs au Venezuela. 

  

Dans leur immense majorité, les 46 millions de Colombiens feront une idole de leur chef d’Etat, Juan Manuel Santos, s’il donne le feu vert à son armée pour détruire ces refuges sur le territoire de Hugo Chavez, complice des FARC. 

Catégories
Archives