RCN

 

2 JUIN 2009 

 

Cette enquête d’opinion a été réalisée par Ipsos pour les médias de Bogota Semana (hebdo) et RCN (radio). 

 

83% des Colombiens affirment qu’ils voteront oui si un référendum a lieu pour permettre à Uribe de se représenter en 2010. Cette option est discutée actuellement par le Congrès. 

  

Si le chef de l’Etat peut concourir pour un 3e mandat, 57% voteraient  pour lui au premier tour. Les autres candidats obtiendraient : 6% pour Sergio Fajardo (ancien maire de Medellin), 5% pour Carlos Gaviria (gauche) et 4 % pour Juan Manuel Santos, ex-ministre de la Défense. 

2 mars 2009 

Voici un papier de l'AFP publié par Le Point. Je vous rappelle qu'Ingrid, de son vrai nom Betancur, fait partie des 205 candidats au prix Nobel de la paix 2009:

L'ancien otage américain de la guérilla colombienne des Farc Keith Stansell a accusé vendredi la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, libérée comme lui le 2 juillet 2008, de s'être rangée du côté de ses geôliers pour mener une inspection de ses affaires. « J'ai une question. Pourquoi a-t-elle aidé la guérilla à fouiller (les affaires) de trois autres otages ? », a-t-il accusé lors d'un entretien avec la radio colombienne RCN. La radio interrogeait Keith Stansell après la parution d'un livre dont il est l'auteur avec Marc Gonsalves et Tom Howes, deux autres ex-otages américains de la guérilla, dans lequel il dénonce l' »égoïsme, l'orgueil et l'arrogance » d'Ingrid Betancourt.


« Les Farc nous fouillaient et elle supervisait avec les Farc cette inspection », a-t-il encore affirmé. « Vous savez comment je me suis senti. Accroupi par terre, déballant toutes mes affaires, lors d'une inspection durant laquelle un autre otage collaborait avec eux ? C'est la vérité, il n'y a pas de mensonges. Tous ont été témoins », de la scène, a-t-il ajouté. Les trois Américains menaient une opération aérienne antidrogue et photographiaient des zones contrôlées par les Farc lorsque leur avion s'est écrasé en février 2003. Ils ont alors été fait prisonniers. Dans leur livre intitulé Hors de captivité, survivre 1.967 jours dans la jungle colombienne , ils présentent aussi Ingrid Betancourt comme une femme capable d'imposer sa volonté non seulement à ses compagnons d'infortune, mais aussi à ses geôliers. Ils l'accusent aussi d'avoir envoyé des messages à un chef rebelle en les qualifiant d'agents de l'agence américaine de renseignement pour demander leur transfert.

 

Catégories
Archives