PARAMILITAIRES

25 de julio de 2011

Para los comunistas la derecha no existe, sólo hay « extrema derecha ». Ellos rechazan las particularidades, los grados, los matices y la complejidad de las sociedades abiertas y de la vida en general. Cuando el debate se calienta, sus adversarios son « nazis », « fascistas » y « paramilitares ». Esos epítetos infamantes son una de sus armas favoritas en su combate desesperado contra la civilización y la democracia. Ese enfoque es un resultado más del sociologismo ramplón del marxismo. Hacia finales de los años 1940, ellos sometieron a una tercera parte de la humanidad mediante la violencia y el terror y engañaron a millones con su lenguaje falso, sobre todo en Europa, Asia y América Latina. Hoy ese imperio se ha derrumbado y las gesticulaciones de los PC residuales son vistas como lo que son: fraudes, insultos a la inteligencia. ¿Salvo en Colombia?
Los que le aconsejaron al presidente Santos que lanzara, hace unas semanas, el cuento de que había en Colombia una « mano negra de extrema derecha », comparable y tan belicosa como la « mano negra » opuesta, las Farc, pues ambas quieren « frenar los avances del gobierno, desestabilizar el país y crear una sensación de caos », por lo cual ambas deben ser « aisladas y marginadas », como advirtió el presidente Santos en infortunada disertación, buscan manipular miserablemente a la opinión pública.
La verdadera extrema derecha es algo muy particular: ella odia el cristianismo y tiene el mundo pagano como telón de fondo. La extrema derecha es anti liberal y rabiosamente antiamericana, anti atlantista y anti construcción europea. La extrema derecha preconiza el darwinismo social, es anti elitista, xenófoba y, sobre todo, antisemita, anti sionista y anti Israel.
¿Dónde está esa extrema derecha en Colombia? Quien pueda señalarla, con datos objetivos, que lo haga. Digan dónde está, pero pruébenlo con rigor y sin repetir los clisés que los mamertos quieren endilgarles a sus adversarios.
La extrema derecha es una corriente subversiva que milita contra el orden establecido. Ella trata de destruir, por la fuerza y por la propaganda, el sistema democrático para erigir un régimen estatista, antijurídico y antiparlamentario dominado por un jefe providencial, llámese Duce o Führer. Este desmantela todo organismo de representación ciudadana pues nada debe interponerse entre él y el pueblo.
La extrema derecha no es idéntica pero se parece mucho a la extrema izquierda. Ambas combaten el capitalismo, las libertades democráticas y el Estado de derecho. Ambas detestan la noción de individuo y la moral y están convencidas de que arreglarán todos los problemas y crearán la sociedad « perfecta ». Esas corrientes convergen ante ciertas coyunturas. Los atentados del 11 de septiembre de 2001 en Estados Unidos fueron saludados en Francia con champagne por jóvenes del Frente Nacional de Jean Marie Le Pen, así como por trotskistas y por Carlos, el terrorista islamista encarcelado. Todos estaban felices de que « el imperialismo, los sionistas y sus aliados » hubieran sido « golpeados en su propia casa ».
Stalin ayudó a Hitler a conquistar el poder al prohibir la alianza de los comunistas con los socialistas alemanes. En 1939, Stalin firmó con Hitler el pacto que desató la segunda guerra mundial. El PCF pidió al ocupante alemán autorización oficial para distribuir L’Humanité desde junio de 1940. Ese año fue creado, con ayuda de trotskistas, el Movimiento Nacional Revolucionario, que le apostó a la victoria total de Alemania. Ellos creían en la edificación de un « nuevo socialismo », « sin judíos, masones ni jesuitas ». Desorientado por el ataque sorpresa de Hitler a la URSS, Stalin condujo de manera inepta la guerra contra el fascismo hitleriano. Sólo el heroísmo del pueblo y la ayuda de Occidente salvaron a ese país de la esclavitud.
El comunismo y el nazi-fascismo son hermanos gemelos. Esos dos movimientos totalitarios comparten una misma genealogía: la primera guerra mundial y el socialismo. Ni Lenin, ni Hitler, ni Mussolini, ni Stalin, ni Trotsky, ni Mao fueron ni liberales, ni gente « de derecha ». Todos crearon partidos obreros. Los crímenes de esos dos sistemas presentan fuertes analogías. Los comunistas exterminan millones de personas en nombre de la supremacía de una clase y los nazis hicieron lo mismo en nombre de la supremacía de una raza. Los nazis decían lo que iban a hacer. Los comunistas ocultan su programa. « El comunismo es el nazismo más la mentira », escribió Jean-François Revel.
Los primeros en teorizar, desde 1849, sobre la « limpieza étnica » y la masacre de razas y de naciones enteras, consideradas « sin futuro », fueron los padres del llamado « socialismo científico »: Marx y Engels.
En Colombia no hay una extrema derecha. ¿Y los paramilitares? ¿Y las Auc de Fidel Castaño y Mancuso? ¿Y las Bacrim? Todas esas bandas cometieron atrocidades idénticas a las de las Farc. En su primera fase hubo una lógica antisubversiva y de autodefensa frente a la expansión fariana. Después, se impuso la lógica mafiosa: barrer a las Farc para preservar el negocio narco-traficante. Pues éstas, desde 1975, querían imponer su hegemonía no solo a las regiones sino al narcotráfico. La cuestión ideológica nunca fue central en ese pleito entre criminales. De hecho, en las bases y entre los jefes y cuadros narcotraficantes y paramilitares hubo y hay de todo, desde liberales « progresistas » (como Pablo Escobar), hasta filo nazis (como Lehder), ex guerrilleros del M-19 (como Diego Viáfara) y miembros de las Farc. El « Negro Vladimir », jefe paramilitar que cometió más de 800 asesinatos, era un comunista y ex guerrillero de las Farc. ¿Olvidamos acaso que Fidel Castaño y Rodríguez Gacha decían que luchaban « contra el comunismo y la oligarquía »? Hoy esas convergencias continúan, sobre todo entre las Farc y las Bacrim. Éstas últimas, aunque no aspiran a tomar el poder, buscan tener influencia local y expandirse para consolidar su negocio, pero no tienen una visión particular del mundo. Por eso pocos creen que esas bandas son la extrema derecha que denunciara el presidente Santos.
En cambio, desde hace décadas, hay una extrema izquierda identificable, intolerante, subversiva, armada, obtusa y cruel que monopoliza el uso de la ultra violencia contra el pueblo y contra el Estado constitucional y democrático. Esa gente comete salvajadas todos los días contra los civiles y contra militares y policías y se disfraza de « oposición legítima » que lucha contra un « régimen opresivo ». Esa gente atrae a sus redes clandestinas a jóvenes generosos pero incautos y engatusa a partidos y sindicatos rojos y rosados de Europa y Estados Unidos, los cuales, por ceguera ideológica, no ven la verdad.
La izquierda colombiana siempre fue hipócrita ante el tema de los paramilitares. Éstos son, un día, de « extrema derecha » y, al día siguiente, no. « No debe haber negociación con los paras pues son criminales comunes, no delincuentes políticos », dicen. ¿Cómo justifican entonces su caracterización inicial? Para ella, en cambio, sí se puede negociar con las Farc pues son delincuentes « políticos » de extrema izquierda. Conclusión: el paradigma del mal son los paras, mientras que las Farc (el motor de todas las violencias de la Colombia actual) es un mal menor.
En Colombia no hay una extrema derecha. Lo que sí hay es un frente no declarado, quizás incipiente y desorganizado, por ahora, pero pluralista y cada vez más vasto, contra las Farc. Es un frente anti-comunista pues las Farc son comunistas. Es un frente humanista, legítimo y fecundo, donde hay varias corrientes, que se inscriben, todas, en un marco legal, liberal-conservador, religioso y laico, patriótico y cosmopolita, de derecha, de centro e incluso de izquierda. Es una corriente anti-comunista sin relentes extremistas o « fascistas ». Es un anticomunismo virtuoso, de demócratas, de gente que rechaza todas las « alternativas » armadas, la barbarie de las Farc y la de organismos tipo Auc o Bacrim y que denuncia el narcotráfico.
Es un frente anti-comunista que crece ante los horrores que perpetran todos los días las Farc. Ese frente no es ni « fascista », ni de « extrema derecha ». Es el bloque de todos aquellos que piden que Colombia vuelva a ser un país normal, sin la amenaza permanente que encarna esa banda.
El invento de « la mano negra de extrema derecha » fue creado por gente que sabe que ese repudio es tan grande que ha generado no sólo manifestaciones masivas contra esos criminales, sino una nueva libertad de tono, de palabra y de análisis, entre periodistas, blogueros, columnistas, estudiosos, activistas y en una parte de la clase política. Ese espíritu ciudadano votó dos veces por Álvaro Uribe, un liberal de centro, y lo apoyó siempre. Y votó por Juan Manuel Santos pues él proponía continuar la política de seguridad democrática. Ese espíritu ciudadano, esa revolución intelectual importante, le exige ahora a Santos un regreso a la vía correcta, al combate sin concesiones, y sin falsos amigos, para ponerle fin al terrorismo, sin lo cual Colombia no alcanzará la prosperidad a la que tiene derecho.
Ello es visto por las Farc y sus aliados « de avanzada » como una amenaza. Pues sus mentiras y amalgamas son cada vez menos eficaces. La gente ya no les traga entero. Por eso quieren fragilizar, desviar y desmantelar ese frente de rechazo anti-Farc, calumniándolo. Pretenden, además, erigir una censura y aumentar la auto censura de la prensa para que la batalla de ideas, y la batalla por la información y por la formación de una opinión pública más alerta, colapse y sólo quede en pié el combo folklórico-sangriento de las Farc y sus ecos detestables en los medios de comunicación, en las universidades y, sobre todo, en el aparato judicial.
El totalitarismo muestra sus orejas no sólo a través de la acción armada de las Farc. Los ataques al constitucionalismo colombiano (contra la separación de poderes, por la preeminencia del poder judicial sobre los otros poderes, el menoscabo de las garantías procesales, la manipulación de pruebas, la idea de que la ideología vale más que la ley y la Constitución, que ésta es sólo una guía de segunda clase, y que por encima están unas misteriosas « normas » y unas « doctrinas » y una « jurisprudencia » internacional), avanzan todos los días sin que el gobierno, ni las élites que lo respaldan, reaccionen contra ese flagelo. Sin embargo, el gobierno de Santos cree que está luchando con gran eficiencia contra las Farc.
En ese contexto surgió la alegación de que había una peligrosa « extrema derecha » que lucha contra el gobierno. Fue una maniobra hábil, temeraria, quizás diabólica, pues sirve, sobre todo y objetivamente, a los planes de Alfonso Cano de llevar a su apogeo la guerra subversiva, la guerra invisible, destinada a paralizar el Ejército desde dentro del Estado. Al crear un paralelismo entre las atrocidades de las Farc y la supuesta « extrema derecha », se crea un efecto de disculpación de éstas últimas y se le declara tácitamente la guerra al frente civil que rechaza a las Farc.
La táctica de hacer ver a la derecha como de extrema derecha fue utilizada con éxito por un jefe socialista europeo. Durante su primer septenio, el presidente François Mitterrand favoreció el auge del extremista Frente Nacional, mediante un artilugio electoral. Después impuso una rutina: cada crítica que la derecha le lanzaba, cada vez que ésta discutía temas como la seguridad, la inmigración, la educación nacional, la prensa adicta transformaba eso en acto de colaboración, o casi, con el « fascismo ». Ese truco sigue siendo utilizado hoy, aunque ha perdido fuerza.
La seguridad democrática demostró que la mejor vía para desmantelar a las Farc es el combate legítimo del Estado y de sus Fuerzas Armadas, con el apoyo moral e intelectual de la sociedad civil. La vía anterior, bastarda, auspiciada por gobiernos ineptos, que creyeron que con « conversaciones de paz » las Farc serian aplacadas, condujo al auge de éstas y de los paramilitares, lo que agravó la tragedia nacional. Volver al modelo anterior y dividir a la sociedad civil que repudia el terrorismo en todas sus formas, es prolongar esa agonía.
Lo genial de quien impulsa en Colombia la campaña sobre la existencia de una « mano negra de extrema derecha » es haber puesto esa línea en boca del presidente Santos. Al aceptar esa patraña, el primer mandatario se metió en la trampa. Esperamos que algún día salga de ella.

18 juin 2011

Cette information est à prendre en considération mais avec des pincettes, car elle émane d’alias « Jhon », José Antonio Hernandez Villamizar, un ex-paramilitaire repenti, dans sa confession hier devant les autorités de Colombie 18 ans après l’élimination de Pablo Escobar.

Si la version de « Jhon » est la bonne, elle confirmerait les liens étroits à l’époque entre les chefs de la police colombienne, les Autodéfenses Unies de Colombie (AUC) – c’est-à-dire les paramilitaires d’extrême droite alors entraînés par le mercenaire israélien Yair Klein, aussi cruels que les FARC d’extrême gauche -. ainsi que l’agence anti-drogue des USA !

« Jhon » révèle dans ses aveux que le violent groupe paramilitaire des « Pépés » (Poursuivis par Pablo Escobar), auteur de multiples exécutions contre la bande du roi de la cocaïne en représailles contre son monopole du trafic de drogue, meurtres de « Pépés » à la clef, avait réussi à abattre Pablo Escobar, avec l’appui « d’agents de la DEA (lutte anti-drogue américaine) et de la police judiciaire locale », mais en avait laissé l’honneur au fameux Bloc de recherche (Bloque de busqueda) de la police nationale de Colombie.
« Nous avions localisé Pablo Escobar dans un quartier de Medellin grâce à des écoutes téléphoniques à nous grâce à du matériel technique israélien, explique ‘Jhon’. Une unité des ‘Pépés’, dirigée par Carlos Castano et trois de ses hommes, ‘Z.A’, ‘Movil 9′ et ‘Movil 18′, parvint à s’y faufiler, avant de liquider lui-même Escobar, et de remettre son corps au colonel Aguilar, colonel du Bloc de recherche ».

Le cadavre de Pablo Escobar avait été retrouvé sur un toit de l’immeuble où se cachait le trafiquant, et le Bloc de recherche colombien avait endossé le triomphe de cette élimination, « en vertu d’un accord entre les parties dans leur lutte contre un ennemi commun », ajoute « Jhon » dans sa confession.

Cette version tardive ne peut être exclue a priori dans un pays où les plus hautes administrations sont infiltrées par les terroristes des FARC ou les paramilitaires, comme en témoignent mes articles depuis plus de trois ans ici. Un document rendu public par la CIA en 2008 avait ainsi révélé que le directeur de la police nationale en 1993, le général Miguel Antonio Gomez Padilla, avait alors « demandé à un officier des services secrets de maintenir des contacts avec Fidel Castano (frère de Carlos Castano), chef des ‘Pépés’, pour recueillir des informations » (contre Pablo Escobar).

Certaines de ces missions d’espionnage auraient même été financées, avec des primes en échange de dénonciations, par la DEA, dont certains membres auraient participé à des raids menés par les « Pépés ».
Pour preuve de ses dires, « Jhon » assure qu’une « boucherie humaine » a été commise contre tous les participants à cette exécution de Pablo Escobar, dont lui, « menacé de mort » d’après ses déclarations, après « l’élimination de ‘A-Z’, ‘Movil 9′ et ‘Movil 18′ en raison de la gravité de telles alliances ».
Si ce que dit « Jhon » est vrai, les terroristes des FARC ne manqueront pas d’utiliser ses révélations, y compris ce que j’écris ici mais c’est le jeu, pour dénoncer une présumée alliance à l’époque entre la police colombienne, les paramilitaires et les agences américaines anti-drogue.

Sans vouloir minimiser sa version, j’estime que le repenti « Jhon » peut aussi avoir utilisé cette stratégie pour se dédouaner de ses anciennes activités, présumées délictueuses ou criminelles, sous le couvert d’une telle alliance avec la police nationale et la DEA américaine.
A suivre de très près donc…

16 mars 2010 

Je ne sais si mon commentaire sera publié par Le Figaro, à qui je viens de l'envoyer. Le voici pour vous, suivi du reportage de Patrick Bèle, auquel j'ai réagi ce soir:

Ton papier sur « les liaisons dangereuses des politiques colombiens » serait parfait s’il n’oubliait totalement la face cachée de la médaille : les liens de politiques de gauche, comme la sénatrice Piedad Cordoba, avec les terroristes des FARC (ainsi qualifiés depuis juin 2002 par l’Union européenne). Par dizaines, les courriels découverts dans les ordinateurs de Raul Reyes, alors n°2 des FARC, après sa mort dans le bombardement de son camp retranché le 1er mars 2008, ont démontré la complicité entre elle (ainsi que de multiples personnalités, dont les présidents du Venezuela et de l’Equateur) et la guérilla des FARC. Interpol a validé, après enquête, le contenu de ces échanges dans les disques durs et les clefs USB de Raul Reyes. L’enquête dont elle a fait l’objet depuis septembre 2008 devant la Cour suprême n’a même pas commencé ! 

Tu cites le cas de Carlos Garcia Orjuela. Cet ancien président du Congrès, un médecin qui a poursuivi son cursus à Lyon, constitue un cas typique d’une justice partisane, plus qu’indépendante puisqu’elle ne poursuit que les présumés complices des paramilitaires à partir de faux témoignages qui permettent aux dénonciateurs d’obtenir des remises de peine, voire leur mise en liberté. 

A l’image du colonel Alfonso Plazas, héros colombien dans le sauvetage de 200 juges pris comme otages dans le palais de justice de Bogota incendié par les terroristes du M-19 en 1985, et détenu depuis deux ans après de faux témoignages, Carlos Garcia Orjuela se retrouve sous les verrous à partir de fausses dénonciations de ceux qui attendent, par tous les moyens coercitifs possibles, d’échapper à leurs propres crimes. 

La loi Justice et Paix que tu évoques concerne tous les acteurs armés du conflit colombien, et pas seulement les 30.000 paramilitaires démobilisés. Les anciens membres des FARC sont entrés par milliers dans ce programme de réhabilitation, dont Katrina, commandante des FARC et responsable reconnue de plus de 150 meurtres. J’ai assisté en novembre 2009 à Bogota à l’une de ses confessions publiques lors d’un symposium auquel j’avais été invité. Il est dommage que tu n’aies pas été informé de son cas, et de celui de beaucoup d’autres, lors de ton reportage à Bogota. La justice colombienne redoute leurs témoignages, toujours pas enregistrés, car ils menacent les liaisons dangereuses entre les FARC et l’élite colombienne. 

Last but not least, tu cites comme commentateur Leon Valencia à propos de la nouvelle Constitution de 1991 en Colombie. Son contenu n’a rien à voir avec les paramilitaires, mais avec les barons de la cocaïne, puisqu’elle interdisait leur extradition aux USA ! Quand le M-19 a tué plus de 100 juges en 1985 dans son attaque du palais de Justice et incendié les lieux, il avait reçu des millions de dollars de Pablo Escobar, comme en témoignent les documents publiés depuis, pour détruire leurs dossiers d’extradition ! Leon Valencia s’exprime dans les médias colombiens en toute liberté, après avoir été, lui, amnistié, malgré tous ses crimes commis au sein de l’ELN, un autre groupe terroriste selon l’UE…

Voici l'article du Figaro auquel j'ai réagi: 

·         Les liaisons dangereuses
des politiques colombiens 

Par Patrick Bèle
16/03/2010 | Mise à jour : 09:24 Réactions (2

 

La démobilisation des paramilitaires a mis en lumière leurs liens avec certains élus. 


 

Alvaro Garcia Romero, après vingt ans au Sénat, vient d'être condamné par la Cour suprême de justice à 40 ans de prison pour homicides et association de malfaiteurs. Grand propriétaire terrien, il est originaire de la région de Sucre (côte caraïbe). La justice colombienne lui attribue la responsabilité, en 2000, du massacre de Macayepo qui a fait 15 morts. Il avait téléphoné aux forces de police pour qu'elles se retirent de la zone. Les paramilitaires avaient eu ainsi la voie libre pour accomplir leur sale besogne. La cour a considéré que El Gordo Garcia (le gros) a lui-même créé et financé des groupes paramilitaires. Il s'agit de la plus lourde condamnation dans le cadre de la «parapolitique», un terme qui désigne les liens entre les paramilitaires et certains politiques. Ces milices sont responsables de plus de 150 000 homicides depuis 1993. 

Controverse avec le président 

«Le plus souvent, ce ne sont pas les paramilitaires qui sont allés chercher les politiques, mais les politiques qui sont allés chercher les paramilitaires dans les années 1990, explique l'analyste Leon Valencia, de la fondation Nuevo Arco Iris. Il s'agissait de contrecarrer les éléments de démocratisation de la nouvelle Constitution de 1991 qui menaçaient leur pouvoir local.» Vendredi dernier, 25 politiques ont été arrêtés en Antioquia pour leurs liens présumés avec Freddy Rendon, alias El Aleman, détenu à la prison de Medellin : parmi eux des candidats à l'élection de dimanche, des maires et des conseillers. 30 000 paramilitaires se sont démobilisés à la faveur de la loi justice et paix de 2005. Cette loi propose aux paramilitaires une peine maximum de 8 ans de prison à condition de remettre leurs biens à la justice pour alimenter un fonds de réparations aux victimes, de cesser toute activité criminelle et surtout de dire la vérité. Les dénonciations se sont alors multipliées et les inculpations de politiques ont suivi. 

Arrêté en juillet 2008 alors qu'il était président du parti de la U, Carlos Garcia Orjuela clame son innocence. Il est accusé par quatre miliciens condamnés à de lourdes peines d'avoir participé, en 2001, à deux réunions avec des paramilitaires. «Pour bénéficier de la loi justice et paix, ils dénoncent mon mari, mais il n'y a rien d'autre que ces témoignages contre lui », déplore son épouse. D'autres dossiers semblent plus solides, notamment celui de Mario Uribe, cousin du président Uribe. Il aurait eu plusieurs réunions avec Salvatore Mancuso, un des grands patrons des «paras». Les scores électoraux de Mario Uribe ont, ensuite, notablement augmenté. Il a été arrêté sur ordre de la Cour suprême il y a deux semaines. Cette affaire avait fait l'objet d'une vive controverse entre le président et les membres de la Cour suprême en 2008

Quand on l'interroge sur la parapolitique, Alvaro Uribe répond invariablement : «Vous voyez bien que la justice colombienne est indépendante, sinon, comment expliqueriez-vous qu'autant de députés et sénateurs, parfois proches, soient poursuivis !» 



L'«uribisme», première force politique 

Après le camouflet infligé fin février par la Cour constitutionnelle qui l'empêche de se présenter une troisième fois à la présidentielle, la journée électorale de dimanche a redonné du baume au cœur au président Alvaro Uribe : le parti de la U, qui regroupe ses plus fidèles partisans, est arrivé largement en tête des élections législatives et sénatoriales avec 29,2 % et 24,75%. Si on y ajoute le résultat du Parti conservateur et du PIN, les soutiens à Uribe sont majoritaires et en progression au Congrès. Les Verts font pour la première fois leur entrée au Parlement. Le Polo (gauche) enregistre un recul important. 

Autre sujet de satisfaction : ces élections ont été les plus tranquilles depuis trente ans. En 2002, il y avait eu 139 attaques de la guérilla, en 2006, 97, dimanche seulement 6. Une confirmation de la réussite de la «sécurité démocratique». En revanche l'achat de votes semble avoir atteint des niveaux inégalés. Le chef de la mission d'observation de l'OEA, Enrique Correa, a constaté de nombreuses irrégularités dans les départements de Magdalena, Atlantico, Cundinamarca et Norte de Santander. À Magangue, les voies s'achetaient directement dans le bureau de vote. La Mission d'observation électorale a relevé des «négociations massives» d'achat de votes dans le département de Sucre. 

11 juin 2009 

Cette missive, rendue publique par la radio Caracol, va faire trembler dans les chaumières des soldats et policiers, ainsi que dans les mess d’officiers. 

Extradé en 2008 aux USA avec 14 autres leaders des milices d’autodéfense unies de Colombie (AUC), Salvatore Mancuso, leur chef suprême, évoque notamment les rapports entre les paras et les organes chargés de défendre le pays, comme une « politique d’Etat ». 

Le mois dernier, Mancuso avait reçu la visite dans sa cellule de la sénatrice Piedad Cordoba et d’Ivan Cepeda, deux militants de la gauche extrême, proches des FARC, ennemis du chef de l’Etat colombien, et décidés à tout faire pour empêcher Alvaro Uribe de se représenter à la présidentielle de 2010 pour un troisième mandat. 

La Colombie de 2009 ressemble à un régime léniniste sans le nom, sous la couverture d’un système démocratique, avec une justice aux mains des complices de la guérilla terroriste. Toutes les preuves en sont démontrées dans ce blog. 

Les complices des FARC en seront pour leurs frais à la lecture de la lettre de Salvatore Mancuso. Même s’il fait état de « certaines critiques qui surnagent dans (sa) tête face à la gestion malheureuse du processus de paix avec les autodéfenses », le chef des paras révèle que si on lui avait demandé de signer, il l’aurait fait comme 5 millions de Colombiens en 2008 pour demander un référendum autorisant Alvaro Uribe à se présenter pour un 3° mandat en 2010. 

 

Cette mention exempte le chef de l’Etat de tout lien avec les paras. Extradé aux USA par Uribe, Mancuso avait toute latitude de déclencher un tsunami politique contre Uribe, à même de lui permettre une remise de peine. Grâce à la loi « Justice et paix », des milliers de paras et de guérilleros se sont rendus aux autorités depuis quatre ans avec la garantie d'une peine maximale de 8 ans de prison et d'une réinsertion dans la vie civile.  

donmariodanielrendonherrera.jpg

15 AVRIL 2009 

Daniel Rendon, alias « Don Mario », était devenu le nouveau baron de la cocaïne après la chute de Pablo Escobar en 1993. Il a été arrêté près de Turbo, au nord-ouest de la Colombie, par un commando de 600 policiers. La police lui attribue 3.000 assassinats au cours des 18 derniers mois.

Cet ex-paramilitaire d'extrême-droite, reconverti dans une alliance avec la guérilla des FARC dans le trafic de drogue, est accusé par les Etats-Unis, où il devrait être extradé, d'avoir expédié 100 tonnes de cocaïne aux USA.

Une récompense de 2,1 millions de dollars avait été proposée pour sa capture. Le président Uribe avait personnellement qualifié de prioritaire sa détention.

La Colombie reste le premier producteur mondial de cocaïne, avec 800 tonnes par an.


 

 

9 avril 2009 J’ai trouvé ce communiqué sur le site de Piedad Cordoba.  A l'évidence, les Britanniques ont perdu le sens de l'information. Le chef de leurs services secrets vient de démissionner après avoir été pris en photo devant sa voiture avec à la main le plan top secret d'une opération anti-terroriste ainsi révélé à tout un chacun.

La délégation en visite en Colombie ignore manifestement que 31.000 « paras » se sont rendus depuis 2005, que leurs 15 chefs ont été extradés aux USA, que le chiffre des syndicalistes tués a baissé de 80% sous le gouvernement actuel,  puisque 1500 d'entre eux disposent désormais d'une protection policière.

La même équipe de travaillistes, dont le groupe avait appuyé la participation de leur pays à l'invasion de l'Irak sous le gouvernement de Tony Blair malgré les mensonges sur la présence d'armes nucléaires dans ce pays, n'a pas été voir les indiens AWA. Ces députés auraient appris comment deux femmes enceintes de cette communauté ont été récemment exécutées à l'arme blanche par les FARC, leurs foetus arrachés par les guérilleros qui leur ont ouvert le ventre.

La même équipe n'a été voir aucune des familles de ces otages des FARC qui croupissent depuis 12 ans pour certains aux mains de ces terroristes.

Voici le texte trouvé sur le site Cordoba:9 abril de 2009
Al culminar su visita de una semana en Colombia, La Misión coordinada por JUSTICIA POR COLOMBIA, e integrada por parlamentarios británicos y sindicalistas de origen británico, estadounidense y canadiense-, emitieron un duro pronunciamiento sobre la situación de derechos humanos en Colombia. 
El documento anexo fue leído en rueda de prensa celebrada en el Congreso de la República por la señora Sandra Osborne, di*****da Laborista e integrante de la Comisión de Relaciones Exteriores de Gran Bretaña.

COMUNICADO DE PRENSA
Somos una delegación de parlamentarios británicos, y sindicalistas norteamericanos, canadienses y británicos. Hemos pasado siete días aquí en Colombia, juntando información sobre los abusos de derechos humanos y derechos laborales. Nos hemos reunido con un amplio abanico de la sociedad colombiana, cubriendo intereses cívicos, políticos, jurídicos y militares, incluyendo sindicatos, estudiantes, profesores, indígenas, campesinos, abogados sindicales defensores de derechos humanos, y con los retenidos liberados de las FARC. Hemos viajado al departamento de Arauca para escuchar los testimonios de comunidades e individuos afectados por el conflicto en esa región Visitamos la cárcel Buen Pastor y hablamos con las mujeres presas políticas encarceladas allí. También nos reunimos con Martín Sandoval, presidente del CPDH – Arauca, encarcelado injustamente en Arauca. Tuvimos oportunidad de hablar también con altos representantes del gobierno de Álvaro Uribe, y con el Presidente mismo. Estamos agradecidos a todos los individuos y grupos que tan generosamente nos entregaron su tiempo.

Estamos en estado shock por lo que hemos oído, y no tenemos dudas, dadas las evidencias recibidas, de que el gobierno colombiano de Álvaro Uribe, y la fuerza pública son cómplices de abusos de derechos humanos. Además, estamos convencidos que las actividades asesinas de los paramilitares son aprobadas y activamente apoyadas por el gobierno y el Ejército. Estos crímenes son agravados por la impunidad de la cual gozan los que cometieron estos delitos, y la falla del sistema judicial para procesar a los criminales y a los que dieron las órdenes.

En vez de encarcelar los verdaderos criminales, el gobierno ha encarcelado a sindicalistas, miembros de la oposición política, y a defensores de derechos humanos como al defensor de derechos humanos, Martín Sandoval. Llamamos por su liberación inmediata, y por la liberación inmediata de otros prisioneros políticos y sindicalistas.
 
Al regresar al Reino Unido y a Norte América estaremos llamando por la inmediata terminación de todo apoyo militar y político al gobierno colombiano. La no aprobación de cualquier Tratado de Libre Comercio hasta que los derechos humanos y laborales sean respetados de una manera internacionalmente verificable. Exponer públicamente la complicidad de empresas multinacionales en las violaciones de derechos humanos y laborales. Acabar de inmediato con la criminalización de la oposición democrática y legítima, incluyendo a la Senadora Piedad Córdoba, Senadora Gloria Inés Ramírez, Representante Wilson Borja y el Doctor Carlos Lozanos, entre otros. Apoyar el diálogo, un proceso de paz, y un intercambio humanitario. El cese de las ejecuciones extrajudiciales y los falsos positivos perpetrados por el Ejército colombiano.

Un informe completo de nuestras investigaciones y recomendaciones será publicado en el cercano futuro.

Miércoles 8 de abril de 2009.

Firmas adjuntas.

Katherine Craig: Abogada de Derechos Humanos. Viajó a Colombia con la Caravana de abogados en Agosto del 2008.Ian Davidson: Parlamentario Británico del Partido Laborista.
 
Jeremy Dear: Secretario General del sindicato ‘La Unión Nacional de Periodistas’ (NUJ) – el cual representa 32,000 periodistas, también es el Presidente de ‘Justice for Colombia’ y miembro del Ejecutivo de la TUC y del Consejo General de la TUC.
 
David Drever: Presidente del sindicato educativo, el ‘Instituto Educativo de Escocia’ (EIS) el cual representa 60,000 maestros en Escocia.
 
Simon Dubbins: Director del Departamento de Relaciones Internaciones del sindicato ‘Unite the Union’ el cual representa 2,100,000 afiliados in varios sectores, también es miembro del Ejecutivo del TUC Europeo y Presidente del sector grafico de la UNI (federación internacional).
Samuel Gurney: oficial del Departamento Internacional de la TUC, con responsabilidad para Colombia y otros países, también es miembro del consejo de administración de la OIT.
 

Sally Hunt: Secretaria General del sindicato de educación, ‘La Unión de Universidad y Colegios’ (UCU), el cual representa 118,000 profesores universitarios, también es miembro del Comité Ejecutivo de Justice for Colombia y del Ejecutivo y Consejo General de la TUC donde es la vocero sobre asuntos internacionales.

Peter Kilfoyle: Parlamentario Británico del Partido Laborista, anteriormente fue Ministro de Defensa.Adam Lee: Oficial del sindicato, United Steelworkers (USW) el cual representa 1.2 millones de afiliados de varios sectores de Estados Unidos y Canadá.
 
Andy Love: Parlamentario Británico del Partido Laborista.

James McGovern: Parlamentario Británico del Partido Laborista.
 
Karie Murphy: Asistente Parlamentaria.
 
John O’Neill: Abogado de la empresa más grande de abogados laboralistas en Gran Bretaña ‘Thompsons Solicitors’. 

Sandra Osborne: Parlamentaria Británica del Partido Laborista, Miembro de la Comisión Parlamentaria de Asuntos en el Exterior.Stephanie Peacock: Miembro del Comité Ejecutivo Nacional del Partido Laborista. 

Frederick Redmond: Vice Presidente Internacional del sindicato United Steelworkers (USW), el cual representa 1.2 millones de afiliados de varios sectores en los Estados Unidos y Canadá, también es miembro del Consejo Ejecutivo del AFL-CIO.

Mark Rowlinson: Fiscal del sindicato, United Steelworkers (USW) el cual representa 1.2 millones de afiliados de varios sectores en los Estados Unidos y Canadá.Michael Shaw: Presidente del sindicato de Bomberos británicos(FBU) el cual representa 45,000 afiliados bomberos.

James Sheridan: Parlamentario Británico del Partido Laborista.
Carol Wilson: Asistente ParlamentariaAnthony Woodhouse: Presidente del Comité Ejecutivo Nacional del sindicato ‘Unite the Union’, el cual representa 2,100,000 afiliados de varios sectores. 

26 MARS 2009 Cette macabre histoire de la famille Turbay Cote illustre le drame actuel de la Colombie : l’impunité dont bénéficient les complices de la guérilla à tous les niveaux de la société, y compris dans la justice. 

Le 29 décembre 2001, Inès Turbay Cote et son fils Diego, parlementaire colombien, avaient été interceptés par un commando des FARC alors qu’ils circulaient en voiture dans le département du Caqueta, au centre de la Colombie. Le député, sa mère, et leurs cinq gardes du corps avaient été allongés sur le sol, puis criblés de balles. Près de neuf ans après, l’auteur intellectuel présumé de ce massacre, l’ex-député conservateur Fernando Almario, a enfin été arrêté et inculpé pour meurtre. Ce cacique du département du Meta (de Florencia exactement. Villavicencio en est la capitale – Merci Gato Negro de rectifier cette erreur !) est un ancien communiste devenu une taupe de la guérilla au sein du parti conservateur. 

Grâce à un référé, ce premier inculpé de la FARC-politique avait obtenu le mois dernier d’être jugé chez lui, à Florencia, et non pas à Bogota. On imagine quelle aurait été sa peine (voire le non lieu) s’il avait pu concrétiser cette décision, prise par un obscur Conseil de la judicature alors que la Colombie dispose d’un ministère public (Fiscalia), d’une Cour suprême, et d’un Conseil constitutionnel. Les autorités ont finalement cassé le référé, et Almario sera jugé à Bogota. La fille d’Inès Turbay Cote, Constanza, réfugiée politique en Suisse à Zürich, depuis le massacre de ses proches, vient d’écrire au président Alvaro Uribe, avec copie aux organismes internationaux, y compris au Français Philippe Texier, ex-président du comité des droits économiques, sociaux et culturels de l’ON. Elle s’y inquiète des risques d’impunité dans le procès à venir. Elle affirme surtout que 38 témoins cités dans l’enquête ont été assassinés depuis son ouverture ! Je vous joins ci-dessous la copie de son poignant courrier. 

En Colombie, plus de 50 parlementaire ou anciens députés ont été inculpés depuis 18 mois dans le cadre de la parapolitique pour leurs liens présumés avec les paramilitaires d’extrême droite, mais seul Almario l’a été jusqu’ici dans la FARC-politique ! La Cour suprême n’a encore poursuivi aucun de tous les politiciens cités dans les ordinateurs de Raul Reyes, et ils sont légion ! Piedad Cordoba continue ainsi de plastronner, tout comme le communiste-journaliste Carlos Lozano, l’activiste Gloria Cuartas, ou encore le pseudo-journaliste Hollman Morris. Pour votre édification, INTERPOL, qui a validé le contenu de ces ordinateurs, vient de donner la liste des personnes les plus recherchées dans le monde par cette police mondiale des polices. En Colombie, cette liste concerne 299 guérilleros (dont 264 des FARC) et 32 paramilitaires. 

La carta enviada por Constanza Turbay Cote al presidente Uribe 

  El Espectador, Bogota 

25 de marzo de 2009 Zurich, marzo 10, 2009
Excelentísimo Señor Presidente
Álvaro Uribe Velez
Enviada vía email
Señor Presidente de los Colombianos, Dignísimo mandatario, gestor del cambio en Colombia:

Hace algunos años cuando mi familia fue asesinada y mi sangre fue dispersa en el suelo caqueteño como se dispersa el trigo para ser separado de la cizaña, terminé sola en mi amada tierra y el día que yo desaparezca, desaparecerá el último vestigio de mi estirpe Turbay Cote. Sin embargo, apreciado Presidente, esta realidad no me mortifica, ni siquiera me intimida, esa sentencia a muerte, impuesta por quienes no terminaron de arrasar por completo con los Turbay Cote. Me preocupan, Señor Presidente, la injusticia, la impunidad, la indolencia y la miseria que se ciernen contra la Justicia de nuestro país. Me refiero a la decisión que va a tomar el Consejo Superior de la Judicatura acerca de la jurisdicción en donde se adelantará el proceso penal en el que está involucrado el autor intelectual del asesinato de mi madre, mi hermano y sus cinco acompañantes.

Todos los organismos judiciales, (Corte Suprema de Justicia, Fiscalía y Procuraduría), que han tenido la investigación en este último año, coinciden en su veredicto. Las pruebas son tan contundentes, cristalinas y sólidas que conducen a esta unidad de pensamiento. Estos mismos organismos son los que hoy condenan enfáticamente las burdas y no transparentes pretensiones del sindicado de trasladar el proceso en la etapa fundamental del Juicio, a un despacho donde espera su absolución. El ex parlamentario Fernando Almario, en una más de sus reconocidas argucias, recurre al Consejo de la Judicatura de Cundinamarca, Tribunal que falla en favor de sus pretensiones y ordena el traslado del proceso en mención a Florencia (Caquetá), concediéndole a Almario prácticamente la posibilidad de escoger el juez a su medida y conveniencia.

Coincidencialmente, lo trasladan al Juzgado Primero Penal del Circuito en Florencia, juzgado que tiene antecedentes de favorecimiento en favor de los Almario; como es el caso de su hermano Gerson Almario, implicado en la muerte de un menor, suceso ampliamente denunciado por los medios de comunicación. El Derecho a la vida es una razón de orden mayor y justificación suficiente para solicitar que el proceso se lleve en la capital del país. La vida del abogado, la de las personas que vayan a declarar y la mía, en el Caquetá corren inminente y grave peligro. Lo digo basada en el doloroso listado de 38 asesinatos de testigos y personas relacionadas con el hecho, que impunemente han tenido que sepultar sus vidas y sus sueños. Lo pido también sustentada en el último estudio de seguridad de la Policía Nacional, en donde recientemente me consideró en Alto Riesgo. No necesito mencionar la evidente falta de garantías, que se derivan del inmenso poder político y judicial que el sindicado tiene en el Caquetá.

Si lo que está por pasar sucediera bajo el mandato de otro colombiano que no fuera usted, yo me resignaría silenciosa en el difícil exilio al que me veo expuesta; pero como lo que pasará signará de forma significativa su mandato, el cual sin duda ha resultado de esperanza, es por ello que recurro a usted, para que en su condición de Jefe de Estado pueda contribuir a detener este exabrupto y honrrar así el compromiso que su gobierno adquirió ante la comunidad internacional de convertir en un « Propósito de Estado », la defensa de los Derechos Humanos en Colombia.  No podemos tener un juez elegido por su reo, no podemos enviar al reo donde tiene su cubil, no podemos dejar al reo que manipule a sus anchas su propio proceso, pues las garantías procesales también deben proteger a las víctimas, quienes en este caso específico, solamente atinamos a preguntarnos:

Qué garantías y cuál transparencia se pueden derivar de un tribunal en el cual algunos de sus miembros fueron elegidos en los tiempos en que Fernando Almario ofició como Representante elector y el hoy presidente de dicha sala, Dr. Angelino Lizcano (leal amigo del sindicado Almario), siendo el Secretario General de la Cámara fue el inscriptor y coordinador de dichas elecciones ? Aún más grave resulta la situación evidente mediante la cual, si un Magistrado del Consejo Superior de la Judicatura resultara denunciado disciplinaria o penalmente por alguna conducta suya, su juez natural es la Comisión de Acusaciones de la Cámara de Representantes, en donde se encuentra el otro alfil del ex-congresista Almario, Reinaldo Duque, secretario de la comisión. Se constituye así, en la Justicia colombiana, el perverso « Triángulo de las Bermudas de Almario », en donde por arte de magia se desaparece cualquier esperanza de Justicia.

Señor Presidente, llevo nueve años de paciente silencio; ya llegó la hora de la verdad, verdad que clama su cooperación. Es cierto, apreciado Señor Presidente, que los miembros de mi familia fueron sus amigos, recuerdo con gratitud que usted nos honró con su solidaridad y presencia en los oficios religiosos. También es muy cierto que este proceso retomó vida gracias al periodismo investigativo de la revista Cambio y a las valerosas denuncias que hizo el Senador Gustavo Petro en debate realizado en el Senado de la República en diciembre del 2007, quienes dieron a conocer a la opinión pública nacional e internacional el fenómeno conocido como Farcpolítica y cuyo único caso debidamente judicializado es el del ex representante Fernando Almario.Este caso no es una jugada de la oposición, tampoco es un simple evento de corrupción política, es uno de los mayores ejemplos de impunidad en la historia jurídica de Colombia; al cual le solicito a usted, Señor Presidente, la mayor atención por parte de todas las Instituciones del Estado, ya que en ese fenómeno confluyen las organizaciones armadas ilegales, el poder político y los intereses del narcotráfico.  El vil asesinato de mi madre, mis dos únicos hermanos y las 38 personas correlacionadas con el hecho, es un crimen de LESA HUMANIDAD que clama justicia. 

Pido al Altísimo que lo ilumine, para que libre a Colombia de este terrible flagelo y sea usted el líder que no duda en marcar este precedente por EL RESPETO A LA VIDA. Se lo solicito, por la vida de los que tanto amamos, por la vida de las nuevas generaciones, por la vida de quienes como su padre, todos los míos y otro sinfín de colombianos, partieron en estas violentas y muy dolorosas circunstancias. De usted,
Con sentimientos de admiración y aprecio
Constanza Turbay Cote

C.C. Dr. Francisco Santos, Vicepresidente de la República; Dr. Nilson Pinilla, Presidente Corte Constitucional; Dr. Julio Enrique Socha Salamanca,Presidente Sala Penal Corte Suprema de Justicia;Dr. Mario Iguaran, Fiscal General de la Nación; Dr. Orlando Ordonez, Procurador General de la Nación; Senador Gustavo Petro; Srs. Corte Penal Internacional; Sr. Leandro Despouy, Relator Especial de Naciones Unidas sobre independencia del Poder Judicial; Sr. Eugeni Gay Montalvo, Misión de Magistrados Independientes Europeos; Sr. Philipe Texier, Presidente del Comite de los Derechos Económicos y Sociales de la ONU; Sr. Santiago Canton, Secretario General de la Comisión Interamericana de Derechos Humanos; Sra. Hellen Flautre, Presidente del Subcomite de Derechos Humanos Diputados Europeos; Familiares de víctimas; Jefes de Redacción: El Tiempo, El Espectador, Cambio, Semana, CMI, RCN, Caracol.  

16 janvier 2009

Voici la version en espagnol de mon papier, traduit par Eduardo MacKenzie 

14 de enero de 2009

 

Mi respeto impregnado de admiración por su pueblo, a pesar del dolor de las víctimas de un conflicto sin final, me obliga a llamarles la atención. Quién ama bien castiga bien, dice el sabio proverbio. ¡Ayuden a su país, en vez de menospreciarlo sin cesar!  Por haber vivido y  trabajado en Colombia como periodista extranjero (en la AFP) durante cerca de seis años, puedo decirles con certeza: ustedes llegarán a ser parte del Primer mundo el día en que guarden sus armas en el desván.

 

No hablo sólo de los grupos armados, ni de sus metas desconectadas de la realidad económica actual, en un mundo enfrentado a una mundialización global. Vivir de los rehenes y de la cocaína los llevará ineluctablemente al fracaso final, a un lamentable baño de sangre si no le ponen fin a su violencia. Esto que digo es válido para las FARC, para el ELN y para las AUC (o sus continuadores). La rendición de todas esas organizaciones permitirá su reintegración a la vida civil, como ya pudieron hacerlo miles de otros como ustedes y sin sufrir la exterminación que tanto temen cuando evocan el precedente de la Unión patriótica. Me dirijo también a otros actores importantes de la sociedad colombiana, es decir, a los medios de comunicación. En mi calidad de periodista francés, puedo decirles que sólo su régimen democrático tolera, sin reaccionar, sus insultos repetidos contra el Presidente de Colombia. Les guste o no,  Alvaro Uribe fue elegido y luego reelegido, en la primera vuelta de cada elección, en 2002 y 2006.

 

Si yo escribiera sobre el jefe del Estado francés lo que ustedes eructan, semana tras semana, sobre su presidente, yo sería objeto de reacciones judiciales inmediatas en este París que ustedes ven erróneamente como el paraíso de los Derechos humanos. ¿Saben ustedes acaso que el ex director del diario Liberation sufrió recientemente una violenta detención (fue maltratado delante de sus niños, aislado e interrogado por la policía durante 48 horas, le hicieron un control anal, le retiron la corbata y los cordones de sus zapatos para evitar, probablemente, un posible intento de suicidio)? ¿Todo eso por qué? ¿Cual fue su fechoría?  Por el comentario que un internauta dejó en la página web de ese diario. ¡Cuando yo leo las reacciones que los lectores dejan en los diarios colombianos me digo que todos ustedes serían detenidos si sus periódicos se publicaran en Francia!

 

Las FARC anunciaron en diciembre pasado la liberación eventual de seis de sus rehenes, quienes han estado encadenados desde hace seis o más años, y su entrega a Piedad Córdoba. Ese es el último ejemplo hasta hoy de un escándalo que ustedes no sólo ignoraron sino que dejaron desarrollar. Sus editoriales, en lugar de denunciar los repetidos chantajes de la guerrilla sanguinaria antes de  cumplir sus promesas, toman por objetivo al presidente, quien se opone, entre otras cosas, a la presencia de Hugo Chavez en esa liberación. ¿Debo recordarles lo que haría Venezuela de su país si ese aprendiz de dictador  pudiera anexarse a Colombia en su sueño de una nueva Gran Colombia? Ustedes serían convertidos en peones o, peor, en siniestros “colaboradores” de un sistema comunista que el mundo entero detesta. Reaccionen entonces, y cesen sus peleas para hacer de su país un faro de la América Latina del siglo XXI.

 

 

Jacques Thomet

14 janvier 2009 

Mon respect teinté d’admiration pour votre peuple, malgré la douleur des victimes dans un conflit sans fin, m’oblige à vous interpeller. Qui aime bien châtie bien, selon le sage dicton. Aidez votre pays, au lieu de le dénigrer sans cesse ! 

Pour avoir vécu et travaillé comme journaliste étranger (AFP) pendant près de six ans en Colombie, je puis vous assurer de ma certitude : vous gagnerez vite le Premier monde le jour où vous aurez rangé vos armes au vestiaire. 

Je ne parle pas seulement des groupes armés, aux visées déconnectées de la réalité économique actuelle, dans un monde confronté à une mondialisation globale. Vivre des otages et de la cocaïne conduit à votre inéluctable fin, dans le sang hélas si vous n’y mettez pas un terme. C’est valable pour les FARC, l’ELN et les AUC (ou leurs suivants). Votre reddition conduira à votre réintégration dans la vie civile, comme des milliers d’entre vous ont déjà pu le faire, sans subir l’extermination que vous redoutez en citant le précédent de l’Union patriotique. 

Je m’adresse aussi aux acteurs en vue de la société colombienne, c'est-à-dire les médias. En ma qualité de journaliste français, je puis vous dire que seul votre régime démocratique tolère, sans réagir, vos insultes répétées contre le président élu de Colombie. On l’aime ou pas, mais Alvaro Uribe a été élu, puis réélu, qui plus est au premier tour à chacun des scrutins, en 2002 et 2006. 

 

Si j’écrivais sur le chef de l’Etat français ce que vous éructez, semaine après semaine, sur son homologue colombien, je ferais l’objet de poursuites judiciaires immédiates dans ce Paris que vous croyez, à tort, être le paradis des Droits de l’homme. Savez-vous que l’ancien Pdg du quotidien Libération a récemment subi une violente garde à vue (isolement et interrogation par la police pendant 48 heures, contrôle anal, retrait de cravate et des lacets de chaussures, menottes devant ses enfants, pour soi-disant éviter une éventuelle tentative de suicide) ? Son méfait ? Le commentaire d’un internaute sur le site du journal. Quand je lis les réactions des lecteurs sur le site de vos journaux, vous seriez tous en garde à vue si vos médias se publiaient en France ! 

 

Les FARC ont annoncé en décembre dernier la prochaine libération de six de leurs otages, tous enchaînés depuis six ans ou davantage, et leur remise à Piedad Cordoba. C’est le dernier exemple en date d’un scandale que vous avez non seulement ignoré, mais que vous laissez faire. 

 

Vos éditoriaux, au lieu de dénoncer les chantages à répétition de la guérilla sanguinaire pour conclure leur engagement, prennent pour cible le président, opposé entre autre à la présence de  Hugo Chavez dans cette libération. Dois-je vous rappeler ce que ferait le Venezuela de votre pays si ce dictateur en herbe pouvait l’annexer au sien dans son rêve pour le retour de la Grande Colombie ? Vous n’y seriez que des péons, ou, pire, de sinistres « collabos » d’un système communiste honni par le monde entier.   

Alors, réagissez, et oubliez vos querelles pour faire de votre pays un phare de l’Amérique Latine au XXIe siècle. 

5 décembre 2008

 

Une fois n’est pas coutume, je réagis à vos derniers commentaires, en italique et en rouge après chaque post. J’aimerais disposer de temps pour le faire plus souvent…

 Jefdef : Jacques Thomet reprend donc les commentaires du Figaro qui cite Le MONDE DIPLOMATIQUE qui cite une guerillero qui déclare que c’est normal d’avoir enlevé Ingrid parce qu’elle est une bourgeoise et que, eux, y sont pas cons, ils le savaient…
ça c’est c’est de l’argumentaire…
dites donc Jacques vous progressez…

Tu confonds avec un autre blog. J’ai publié les édifiantes réactions des lecteurs du Figaro à la supercherie de l’affaire Betancur !

 

 

Moi, je suis de plus en plu dégouté par les commentaires antiIngrid,par leur poujadisme, leurs relents xénophobes, et surtout un etat d’esprit si petit, si mesquin.

Ne confondons pas les ordres de grandeur. Les petits et mesquins, on les a entendus pendant six ans sur les escaliers de l’Elysée, les plateaux de télé, et les manifs de 20 personnes tromper le public français sur ce scandale qui heureusement éclate au grand jour. Je parle de la famille et des comités. Xénophobe ? Parce que l’on a révélé qu’Ingrid B. était colombienne et non pas française ? Parce que je dénonce l’hébergement en France aux frais du contribuable de dizaines de familles de chefs guérilleros ? Ne lancez pas de fausses accusations…

Elle a peut-être le revers de son narcissisme mais bon,relevez le niveau…

Et puis tellement de désinformations dans l’autre sens aussi: personne ne relèveve que sa contrition envers Uribe, elle l’a fait dans les premières minutes de sa libération, en demandant à sa propre mère de s’excuser ou tout au moins, ce qui valait autant, de remercier publiquement Uribe et l’armée…

NON, JAMAIS cette femme, Yolanda Pulecio, ni les enfants d’Ingrid ni l’ex-mari n’ont présenté leurs excuses à Uribe ni même remercié le commando d’agents secrets qui ont risqué leur peau pour aller sortir de ce guêpier, contrairement aux desiderata de Paris, celle qui a refusé d’obéir à l’armée et à la police le 23 février 2002 et s’est jetée dans la gueule du loup.

Quand elle refuse toute négociation avec les Farcs,c’est là aussi un retournement complet par rapport à ce que l’on attendait: mais ici, dans ce site, on ne relèvera que la contradiction avec sa famille, pour redire mille fois que son mari est un imbécile etc.

J’ai lu beaucoup ce site; je croyais sincérement être dans un site d’information: et de grand journaliste.
En fait c’est une page d’émotions, de petites haines cuites à petits feux, de ressentiments.

La cohérence idéologique qui se dégage c’est un petit poujadisme, même pas du Lepen grand Style. Quand à y trouver de l’humanisme… ou du réalisme éclairé?

En fait les idées ne comptent pas.
Ce qu’il importe de souligner ici, dans le site de J.T, c’est qu’Ingrid se contredit; plutôt de relever qu’elle va dans un sens qui parait intelligent, souhaitable pour la COlombie.
QUand elle ne va pas en Amérique, va-t-on louer sa prudence?
Non, elle est lâche.

Quand elle y va, va-t-on louer son courage, cette fois?
Non, elle va dépenser l’argent des français qui ont perdu leur argent dans les “sharetimes” (commentaire du Figaro plus haut que J.T se délecte de rediffuser),
d’ailleurs elle est pas française comme le souligne avec cette élégance si râre le grand bloggiste franc-comtois…
d’ailleurs son nom c’est Betancur…
Non, elle va se faire enlever une nouvelle fois…
et la première fois, quand elle est sortie, elle était pas maigre… ça vaut pas ça…
elle a pas du souffrir beaucoup… d’ailleurs le guerillero le dit :”c’est sa faute si elle fut enlevée: elle était une bourgeoise….!!!!!
Alors ça c’est un argument… enfin, je ne sais plus trop si c’était un argument d’un lecteur du figaro(!!!) ou de J.T §§§ mais au niveau de l’inconséquence intellectuelle c’est du même niveau.

Je trouvais ici des post extremement intelligents de COlombiens, pertinents, mesurés, documentés;
Mais qu’est-ce qu’ils pensent de ces commentaires qui sentent le vomi ?
Pense-t-il commme JT que c’est l’expression de la vérité, la voix du peuple qui va faire éclater le scandale???
je voudrais vraiment le savoir…

Merci à eux de me répondre et de me rassurer sur la santé morale de l’humanité bloggueuse…

Mais de quel courage s’agit-il puisqu’à Bogota elle n’a pas mis un pied dehors ? Elle avait 20 gardes du corps colombiens déployés par le directeur de la police, sans compter ses deux agents français qui ne la quittent pas d’une semelle. C’est à Bogota qu’elle devait manifester pour les otages la semaine dernière, et non pas à Madrid. Elle se serait ainsi trouvée aux côtés d’Oscar Tulio Lizcano, le député otage pendant sept ans et libéré le mois dernier par son geôlier, Isaza, qui sera bientôt hébergé en France avec le statut de réfugié politique, ce que je trouve intolérable. Cet Oscar Tulio Lizcano, lui, est un Monsieur… Il est au moins autant un objectif militaire que cette dame. Entre nous, évitons les leçons d’humanité, je pourrais vous en donner, mais pour cela lisez mon livre et vous verrez ce que j’ai fait pour Ingrid au péril de ma vie.

 

 

laila | planet22@hotmail.fr | hotmail | IP : 82.239.92.114

Si ses amis croient qu’elle est menacée et qu’elle
a besoin de protection, c’est leur affaire, par contre
Jacques vous pouvez argumenter que sa sécurité
doit être financée par elle même car elle a largement
les moyens, elle appartienne a une famille très riche
et en plus grâce a tous ses mensonges mme ingrid
betancur s’est fait accorder plusieurs prix qui
representent une bonne somme, son argent de poche!
le peuple francais est peut être prêt a financer
la protection de vraies mais vraies heroes sinceres et humbles!

Oui, elle a reçu 60.000 euros pour le seul prix de la concorde Prince des Asturies.

 

une question de concierge..IB a t elle rencontre son mari colombien lors de sa vsite en Colombie

Cette question n’a rien de concierge. Personne ne l’a posée dans les médias…Mais si elle l’avait vu, on l’aurait su, non ?

Christelle | christelle.vercoutere@hotmail.fr | IP : 88.178.87.131

vous devez jubiler Monsieur, vous qui la détestez! Mais cela ne vous empêche pas de faire de l’argent sur son dos avec un deuxieme livre portant le nom de Madame Bétancourt…

Vous parlez comme Yolanda Pulecio, la mère d’Ingrid B. Elle avait dit la même chose dans Libération en 2007. Le quotidien m’avait donné cinq colonnes pour répondre en page 5. Si je gagne de l’argent sur la vente de mes  livres, c’est parce que j’y ai travaillé pendant des mois, à enquêter, interviewer, dépouiller des dossiers, etc. Je dis bien « travaillé », avec charges sociales puis impôts payés sur le fruit de ce travail. Je ne jubile pas, Christelle, je ne fais que mon travail, à contrecourant d’une presse aux ordres, et quand mon analyse est enfin partagée, après des années d’un scandale maison, je suis satisfait.  

Je ne lirais probablement pas votre livre non plus, toute ces informations ont dèja été traitées sur le NET par je ne sais combien de journalistes …

Ah non ! Justement pas ! Les révélations de mon livre ne sont pas sur le net, sinon ça se saurait…

Quand à la fourberie des politiques, ce n’est pas nouveau… elle est continuelle.

Par ailleurs, vous semblez avoir un parti pris qui me parait sidérant et me surprend de la part d’une personne qui se dit “pro” de l’investigation..
Je ne veux pas être polémique mais je suis réellement surpris.

Oui, j’ai une position différente de la meute des béni-oui-oui et autres complices du système en place. Je suis un pro, et j’en suis fier, c’est pour cela que j’apprécie de passer une bonne partie de mon temps sur ce blog !

Patrick Marguillier | pmgraph@gmail.com | IP : 87.88.27.101 

c’est qui qui a écrit cet article puéril aux relents de nationalite aigue? j’ose esperer que ce n’est pas Jacques Thomet tout de même !!???

Je suis bien l’auteur de ce blog. Tu as quelque chose contre le respect de la patrie ? Mon oncle a été tué à 17 ans en 1916 dans la bataille sanglante de la Somme, et mon père a été résistant dans le massif du Lomont.  Entendre siffler notre hymne me révulse. Tu n’es pas choqué quand les Algériens, Tunisiens et Marocains, ainsi que leurs fils français de la première et seconde génération, sifflent l’hymne national ou jettent des bouteilles  contre la loge présidentielle au stade de France (à France-Algérie de 2002), sur la ministre communiste des Sports ? Moi oui, et nous sommes des millions à être choqués par cette haine contre notre pays par des gens qui en détiennent l   a carte d’identité mais crachent dessus pour ne profiter que des avantages médicaux et financiers.

 

ARNAUD Pierre-yves | pierre-yves.arnaud@wanadoo.fr | IP : 62.56.151.90

monsieur thomet, je viens de dévorer le livre sur l’opération “jaque”.
je suis un fan de la colombie où je vais assez souvent.
j’ai pu me rendre compte par delà de toutes les couches sociales que uribe était leur président.. alors comment se fait il qu’il y est autant de désinformation le concernant.. sans parler de l’étrange bonne presse dont bénéfécie les farcs.. ont ils construit une école, un hopital…??

j’atais à bogota début 2005, uribe était en europe.
la moitiée l’hémiscicle du parlement européen se serait vidé lorsque il est venu prendre la parole. pouvez vous confirmer ce fait ?

bravo encore pour ce livre et bravo aux forces spéciales colombiennes/

Oui, la propagande des Verts a été telle qu’une poignée de députés européens fantômes, détenteurs de privilèges démentiels, ont fait un scandale et quitté l’hémicycle quand le président colombien est venu au Parlement, en 2004 ou 2003, mais pas en 2005. Honte à eux ! 

Régis | rbador@lagoon.nc | IP : 203.104.53.18

LA COLOMBIE, une fois de plus triste record mondial en victimes des mines antipersonnelles. çà c’est hélas une vraie conséquence des conséquences monstrueuses des actes des FARC!!! Ne n’oublions pas! Les FARC ne se contentent pas d’enlever des civils pour les rançonner: ils en tuent aussi des centaines par an, à retardement (avec leurs mines):

“Le Moniteur des Mines Terrestres, qui depuis dix ans présente une étude complète sur le sujet, a révélé le 21 novembre en Suisse que 895 personnes furent victimes en 2007 de ces armes sournoises en Colombie, triste record mondial, une fois de plus, pour ce pays. L’Afghanistan s’est retrouvé second de ce « palmarès » avec 811 victimes, tout en ayant encore le record historique du nombre de victimes (entre 52.000 et 60.000 selon le rapport).

Quoique la Colombie occupe la première place mondiale, le rapport du Moniteur révèle également que ce nombre de victimes a été en baisse, le rapport de 2006 ayant parlé de 1.167 victimes.

Paradoxalment, la Colombie ne se trouve pas dans la liste des cinq pays qui recoivent le plus d’aides de la communauté internationale pour afronter ce grave problème.”

D’après un article publié le 20 Novembre 2008 dans EL TIEMPO par Alejandro ROJAS CARDOZO.

La guérilla terroriste a laissé plus de 100.000 mines antipersonnel dans le sol colombien. Jamais Human Rights Watch ou Amnesty International n’en parlent, bien entendu :! 

INGHELS | michel.inghels@skynet.be | IP : 81.241.131.110

Je désespérais de lire un jour d’autres commentaires (232) que ceux délivrés par votre fan club constitué de personnes telles que Fernand, Philconers, Georges Badoz et autres convaincus de votre pensée “extrème”.
Certes Madame Claudia Garcia Marquez y va un peu fort en vous traitant de menteur, d’opportuniste à la solde d’Uribe(dixit).
Je me permettrais toutefois d’apporté certaines nuances comme je l’avais déjà fait en mars 2008 dans ma réaction 27, page 3 des commentaires repris en page d’accueil de votre blog que je continue à parcourir régulièrement.
Je ne me permettrais pas de vous traiter de menteur car bien souvent par d’autres sources je recoupe certaines de vos informations.
Toutefois où je rejoins Madame Claudia Garcia Marquez c’est dans le fait que vous “mentez” souvent par omission en ne relayant que partie d’informations.
Lorsque l’on se targue de vouloir défendre un travail d’investigation il faut enquêter à charge mais aussi à décharge.
Votre livre “Ingrid Betancourt: histoire de coeur ou raison d’Etat (Hugo Doc- 2006), était déjà très partial mais avait l’avantage de diffuser
une perception autre de l’affaire des otages aux mains des Farc. Tout n’est jamais tout blanc ou tout noir.
Par soucis purement opportuniste vous avez réiteré avec un nouvau bouquin intitulé “Les Secrets de l’Opération Betancourt (Fayard)
Je ne puis dire que je suis décu par son contenu car à force de lire et relire les commentaires de votre blog je m’attendais un peu à ce genre de “relecture” de l’histoire.
Ne vous étonnez pas à voir bientôt la mise au pilon des invendus de votre édition. Ce ne sera pas le fait de la raison d’état mais bien du ton général utilisé dans votre
diatribe. Pourquoi êtes vous devenu si caustique ? A vouloir règler ses comptes avec tout le monde on passe souvent à côté de l’essentiel…

Comprends bien que l’on n’est pas caustique, ce que j’admets être pour ma part, gratuitement. L’affaire Ingrid B. va rester dans l’histoire comme l’une des plus grandes manipulations médiatiques de l’histoire contemporaine. 

 

Claudia Garcia Marquez | claudiagarciamarquez@yahoo.fr | IP : 189.135.197.84

Monsieur Thomet,
Vous vous décrivez comme un journaliste ”d’INVESTIGATION” avec 32 ans de métier etc… etc…
Vous n’êtes qu’un menteur, un opportuniste à la solde d’Uribe et de sa clique.
Vous dites connaître mon pays la Colombie, mais pas du tout, vous vous contentez de rerendre les informations difusées par El Tiempo et la famille SANTOS, dont vous êtes si près.
Thomet vous êtes un pauvre type qui ne sais que faire pour vendre ses torchons.

Claudia, j’ai validé ton commentaire malgré tes insultes, ce que jamais n’auraient fait les grands médias de mon pays ! Mais dire que je reprends les infos du Tiempo est tellement malheureux. Quant à « vendre mes torchons », j’aimerais toucher des dividendes sur les informations que je vous apporte sur mon blog ! 

Vous ”vomissez” sur cette France, votre pays, cette France qui m’a accueilie les bras ouverts et que j’aime tant.

Relis ce que je viens d’écrire sur ceux qui ont sifflé la Marseillaise, et tu verras que le « vomi » appartient à d’autres. 


Vous accusez la France, ses Présidents Chirac, Sarkozy, ses ministres de Villepin, Kouchner, les émissaires, les comités de soutiens et tous ceux qui ont oeuvrer depuis des années pour la libération de TOUS les otages de Colombie d’être les complices des Farc.
Mais qu’avez-vous fais M. Thomet pendant ces 4 années passées en Colombie en qualité de responsable du bureau de l’AFP, avec compétence au Vénézuela et en Equateur ??? RIEN, RIEN. Je sais dequoi je parle, car j’étais encore à Bogota, trés prés de la presse, en 2003.

Ah bon ? Explique-nous vite de quoi tu parles ! Entre 2002 et 2004, il y a près de 2.000 dépêches AFP signées de mes initiales depuis la Colombie sur Betancourt et les otages ! Au Venezuela, les ministres de Chavez m’appelaient pendant le  « golpe » de 2002 pour que j’appelle en leur nom l’ONU et l’UE à défendre la démocratie, ce que j’ai fait pendant 40 jours à Caracas. Que faisais-tu, toi, dans ces périodes ? Je n’ai aucun souvenir de t’avoir vue travailler. 

Je suis au jour le jour, depuis des années, tout ce qui ce passe dans mon pays et tout ce que vous ”écrivez”. Je ne sais pas si c’est exactement le terme qui convient.
Pourquoi ne parlez-vous pas des centaines et centaines de ”falso positivos” ? (780 depuis de début de l’année 2008,selon certaines ONG)

Pour ceux qui ne connaissent pas ce drame, les ”falsos positivos”, sont des jeunes gens, pauvres, sans emploi, à la dérive, mais aussi des malades mentaux que l’armée de M. Uribe fait enlever dans les banlieux misérables de Bogota, Medellin, Cali et autres villes du pays, mais aussi dans les campagnes.
Ces malheureux son abattus, habillés d’un uniforme camouflés et présentés à presse comme des guérilleros tués au combat. Quelle honte !
Pourquoi ? Tout simplement pour prouver que l’armée tue beaucoup de guérilleros des Farc. Triste et honteux !!!
Pourquoi ne parlez-vous pas de toutes ces violations aux droits de l’homme perpétrées dans mon pays par les parties en conflit, certes, mais surtout par les paramilitaires, dont vous ne parlez JAMAIS et l’armée et qui sont publiquement dénoncées par l’ensemble des ONG, mais aussi par la Cour pénale internale. Vous n’avez jamais écris le moindre mot sur ces dizaines et dizaines de fosses communes découvertes tous les jours où sont entassés des centaines de cadavres de colombiens et colombiennes disparus. Parlez-en M. Thommet car vous n’ignorez pas ces tueries organisées. Les Farc ne sont pas des anges, tout le monde le sait. Bon nombre d’assasinats sont à mettre à leur compte.
Mais les autres acteurs armés Vous en parlez souvent ?? Jamais. Pourquoi ?
Pour ne pas déplaire à celui et ceux pour qui vous ”travaillez’. Vous m’avez parfaitement compris.

Je travaille pour une approche de la vérité (je n’ai pas dit vérité, car qui la détient ?), et pour personne d’autre. Donc je ne comprends rien à ton allusion. J’ai parlé des paramilitaires, peut-être pas assez à ton goût, mais ils ont rendu les armes en 2003. Et ils n’ont pas d’otages civils, que je sache ! Or les médias français parlent de 3000 otages aux mains de tous les groupes armés dont les paras ! 

Tout cela, vous ne le voyez pas n’est ce pas M. Thomet.

OUI MONSIEUR THOMET, Oui le Président SARKOZY et les plus hautorités françaises ont tout fait pour venir en aide à ces malheureux prisonniers des Farc dans la jungle colombienne et il faut féliciter le chef de l’Etat et son gouvernement
pour l’ensemble de leurs actions.
Vous ne cessez de critiquer le travail des émissaires. Vous les accusez d’avoir été les complices des Farc, de s’^tre fait bernés, manipulés etc… reprenant les propos du Président URIBE, (vous ne savez pas faire autre chos que reprendre à votre compte ce que disent et font les autres). Savez-vous au moins qui sont-ils ? le travail qu’ont effectué ces émissaires ? Les risques important pour leur vie qu’ils ont pris dans la jungle ?

Moi aussi je suis allé dans la jungle, voir Raul Reyes, et sans passeport diplomatique, et sans recevoir les compliments de Bernard Kouchener (dont je n’ai aucun besoin) comme ces émissaires,  pour leur action nulle et non avenue pendant six ans. Tu manques d’infos, désolé de te le dire : dans le récent reportage de Canal + sur les FARC, Noël Saez avoue avoir été roulé par les autorités colombiennes ! 

Vous le savez, mais vous ne voulez pas l’écrire, car votre mauvaise foi et plus grande que votre envie de dire la vérité sur l’engagement personnel et désintéressé de ces hommes. Vous être un ”très bon journaliste d’investigation” Jacques Thomet, continuez, vous irez loin…. Peut-être, un jour prochain, devant un juge pour diffamation. Pour ma part, c’est ce que je ferai si j’étais la place de tous ceux que vous salisez de vos propos outrageants et mensongeux.

Ce passage vous fera honte je pense… 

Un dernier point : Je félécite les médias français (radio, TV et presse écrite) qui refusent désormais de vous recevoir et et publier vos mensonges.

Je compte sur vous pour publier sans tarder ce ”petit” commentaire sur votre blog.

Claudia de Paris

Et en plus vous donnez des ordres ! Quant aux grands médias, ils n’ont jamais été chauds pour mettre les pieds dans le plat, comme on dit. 

KATHERINE | katherinerouffi@hotmail.com | IP : 86.209.136.18 

c est tres confortable et rémunerateur pour elle
de tabler sur son insecurité
oscar lizcano qui est menacé car s’étant evadé etait
dans la marche pour les sequestrés
katherine

Merci pour l’info. C’est important, j’ai utilisé cette précision dans un commentaire plus haut. 

Catégories
Archives