FMI

 

13 nov 16

De deux choses l’une dans son procès en cours devant la Cour de justice de la République: ou l’ex-ministresse des Finances de Nicolas Sarkozy se moque de nous, ou ce n’est pas le cas, et, dans les deux hypothèses, elle n’a plus rien à faire à la tête du FMI.

 

Sans avoir lu les documents, ni assisté à aucune réunion, ni remis en cause l’arbitrage décidé par ses conseillers à la place des tribunaux ordinaires dans l’affaire du Crédit Lyonnais, elle a signé un bon à tirer de 403 millions pour Bernard Tapie. S’y ajoutent 45 millions de « préjudice moral » pour le couple de l’ancien patron de l’OM qu’elle a découvert après coup venus de nulle part, et qui l’ont « consternée ». Je n’invente rien, il suffit de lire les comptes-rendus du procès.

 

Celle qui dirigeait alors le tout-puissant ministère des Finances avait auparavant été avocate dans le cabinet américain Baker & McKenzie. Dans un tel poste, on apprend à lire jusqu’aux (et surtout) petites lettres de chaque contrat, même s’il ne s’agit « que » de 10.000 dollars, avant d’apposer sa signature. Alors quand il s’agit de 403 + 45 patates, et surtout lorsque l’on a affaire au sulfureux Tapie, on prend une loupe, et on consulte son Premier ministre et/ou son président, MM. Fillon et Sarkozy, avant de prendre son Mont Blanc.

 

Qu’elle mente ou qu’elle soit incompétente à ce point, la messe est dite, Madame Hagarde doit partir du FMI.

16 mai 2011

Vos premières réactions à mon commentaire, que je respecte, me paraissent aller vite en besogne dans une condamnation a priori de DSK. Mais je partage votre remarque sur le traumatisme évident subi par la victime présumée de ses actes, dont je n’avais pas parlé dans mon premier commentaire.

L’appétit ancillaire du patron du FMI et favori à la succession de Sarkozy est bien connu, mais dans l’affaire du Sofitel, convenez qu’il est urgent d’attendre: arrêté, mis en garde à vue hier pour tentative de viol et agression sexuelle sur la foi d’une plainte de la femme de chambre, il n’a pas encore été entendu par le juge, et ne le sera que ce soir (heure de Paris).

Comme il va plaider non coupable, ce juge de New York va le traduire, dans un débat contradictoire et à partir des preuves apportées par l’accusation, devant un jury appelé à confirmer ou non son inculpation.

Avant cette audience, DSK va subir des tests ADN, relevés y compris sous ses ongles, pour rechercher des traces correspondant à l’ADN de la victime présumée, comme le révèle le New York Times. Selon le quotidien, la femme de chambre, une immigrée africaine, a pénétré dans la suite de DSK en croyant qu’il était parti. C’est alors qu’il est sorti nu de la salle de bains et aurait procédé à des agressions sexuelles sur elle, y compris une fellation imposée, avant la fuite de cette femme de 32 ans qui a alerté la direction, et son propre départ précipité vers l’aéroport Kennedy.

Le FBI a retrouvé sa trace grâce à un coup de fil passé par DSK au Sofitel depuis son taxi – avec son second blackberry – pour signaler l’oubli de son autre portable. Présents à l’hôtel, les policiers ont ainsi appris que le patron du FMI allait prendre le vol d’Air France New York-Paris, et ont réussi à l’arrêter dans la cabine de 1e classe 10 minutes avant le décollage. Si l’appareil avait été en phase de départ sur le tarmac, les autorités avaient déjà décidé de le bloquer pour en sortir DSK.

J’ajoute que si le jury poursuit et condamne DSK, non seulement il devra purger une peine de prison, mais avec l’obligation de suivre des soins psychiatriques immédiats.

Un mot avant de prendre le train: j’ai honte pour mon pays, jusqu’à nouvel ordre, à la vue de DSK dont on voit les menottes une fois qu’il s’est assis dans la voiture de police à sa sortie du commissariat.

15 mai 2011
Coup de folie sexuelle ou coup monté politique, ce coup de théâtre monumental aux dépens du patron du FMI, favori de la présidentielle française en 2012, relève de l’une ou l’autre de ces deux hypothèses, aussi effrayantes l’une que l’autre.

Vous connaissez tous la version de la police de New York. DSK est sorti nu à 13H samedi de sa douche dans la suite à 3.000 dollars la nuit qu’il occupait au 24e étage du Sofitel à NYC, s’est trouvé devant la femme de chambre entrée dans les lieux, l’a entraînée sur le lit, l’a relâchée pour aller fermer à clef la porte d’entrée, puis l’a conduite forcée dans la salle de bains, lui a imposé une fellation, mais elle a réussi à prendre la fuite, à prévenir la direction de l’hôtel, qui a alerté la police, mais quand les détectives sont arrivés DSK n’était plus là, ils ont alors appris qu’il avait un vol pour Paris, se sont précipités à l’aéroport R. Kennedy, et l’ont arrêté à 16H40 alors qu’il avait pris place dans l’avion d’Air France en 1e classe, quatre minutes avant le décollage.

En déplacement en Belgique, je profite d’une pause pour manifester ici une série de remarques et d’interrogations avant une possible conclusion:

1- DSK a une fonction de chef d’Etat en sa qualité de patron du FMI. Je découvre qu’il n’avait aucun garde du corps ni un seul agent de sécurité de l’hôtel (du groupe Accor) devant la porte de sa suite. C’est inconcevable.

2- S’il était encore à 13H dans sa suite, c’est qu’il avait demandé un « late check out » (libération tardive de la chambre), puisque tout client doit quitter sa chambre dans le monde entier avant 12H, parfois avant 11H (comme cela vient de m’arriver hier dans le nord de la France), avant son voyage prévu pour Paris puis Berlin et Bruxelles.

3- Quand un client s’en va, y compris avec late check out, aucune femme de chambre n’entre jamais dans les lieux, ou alors, si elle ouvre la porte par erreur (ce qui est possible), elle la quitte aussitôt après avoir vu que les effets personnels de l’occupant se trouvent encore sur place (ce qui était le cas puisque DSK a laissé un portable et des effets à lui, même après avoir quitté le Sofitel). Je précise que je connais cet hôtel pour y avoir séjourné plusieurs fois.

4- Si tentative de viol il y a eu, dans la chambre puis dans la salle de bains suivant le scénario présenté par le NYPD (police), comment DSK a-t-il pu se sécher (il sortait du bain), s’habiller, faire sa valise, aller à l’ascenseur, descendre 24 étages, traverser le hall, prendre un taxi jusqu’à Kennedy Airport (entre 30 minutes et 1h30 de route), faire le check in au comptoir Air France, passer les contrôles de sécurité (y compris enlever puis remettre ses chaussures aux US), et monter dans l’avion, tout cela avant 16H40, sachant qu’il n’a pas la carrure d’un athlète ?

5- Si DSK a réussi cet exploit, comment la direction de l’hôtel, alertée par la femme de ménage, n’a-t-elle pas ordonné à son service de sécurité (tous les grands hôtels en ont un) d’empêcher DSK de sortir puisque le propre directeur du Sofitel avait fait le 911 pour signaler l’agression sexuelles à la police ?

6- DSK aurait pris la fuite, comme en témoigne l’oubli de son portable et d’effets personnels, selon la police, mais le chef du FMI a deux black berry, dont l’un crypté, et s’il était en retard, il a pu oublier l’autre. Combien de choses ai-je pu oublier moi-même dans les hôtels, je n’ose y penser !

7- Si DSK a réellement fait ce que la femme de chambre affirme, comment pouvait-il ignorer, lui qui avait failli « sauter » de son poste en 2008 après une affaire sexuelle avec une employée du FMI, que faire en tenue d’Adam des avances sexuelles à une femme sans la toucher suffit à des poursuites pénales, surtout aux US ?

Conclusions possibles:

1- Ou DSK, connu comme coureur de jupons, a vraiment commis ce que raconte la femme de ménage, dans une soudaine pulsion sexuelles incontrôlable, et alors on peut avoir peur, car il constitue un danger pour les femmes, et pour la France en cas d’élection à la présidence. Dans ce cas, il est urgent de l’hospitaliser.

2- Ou il s’agit d’un montage, et là on rentre dans les cloaques de la politique, en se souvenant de ce qui est arrivé à Bill Clinton.
A l’heure qu’il est aucune des deux hypothèses ne peut être privilégiée, car DSK vient de faire savoir qu’il n’a rien à se reprocher.

 

 11 mai 2010 

(Voici une analyse pointue, en exclusivité pour ce blog, de notre internaute ami Yves sur le « sauvetage » de l’euro. Qui dans les médias ou chez les politiques vous a décrit cette manipulation, à part le grand WSJ ? Merci à Yves et on attend la suite… Tu peux signer avec ton nom, à toi de décider.) 

Ayant appris la finance et son alter-ego le monétaire très péniblement à cause de leurs termes
barbares destinés à confondre et à impressionner le grand-public à la manière des grands prêtres
égyptiens, je n’ai de cesse de simplifier et d’utiliser des mots de tous les jours.
………………………………..
Ainsi j’applaudis à l’expression “Traite de cavalerie” par Mr Thomet pour décrire le plan de secours
de 3/4 de Trilliard d’Euros dont le montage reste flou selon le WSJ. 

Le flou devient encore plus flou lorsqu’il s’agit du capital or-métal censé couvrir l’émission/attribution par le FMI de prêts aux pays en difficulté pour 250 milliards. Le FMI refuse de dire où se trouve son or (le nôtre à tous en fait) et encore moins de permettre de le compter… Pourtant le FMI aurait besoin de vendre au minimum 8250 tonnes d’or au taux actuel en Euros pour couvrir les 100% de ses prêts éventuels. Le FMI étant comme une banque, on ne lui demandera de couvrir ses arrières en actif-or que pour 6% du montant qu’il prêtera, soit avec 495 tonnes. 

Au dernier décompte, le FMI ne détenait plus que 168 tonnes et des promesses d’apport d’or
physique de ses membres dont les USA, … seulement promesses datant de 1978.
Sans parler des ventes secrètes ces derniers mois. En clair, le FMI est ou va être en banqueroute.
Comment font-ils ? 

Passons au 500 milliards prêtables par l’UE et la Commission Européenne, la magie a été d’aller
frapper à la porte du seul atelier de planche à billets autorisé en Europe, c.a.d la Banque Centrale
Européenne, la BCE à qui on demande en fait “d’inventer” à partir de rien de très grosses sommes
d’argent. Le “on” ce sont les politiciens, Mr Strauss-Kahn et d’autres bien cachés, mais connus
si on s’en donne la peine. Ces nouveaux billets pleins d’air atteindront la sortie, se répandront dans les rues d’Europe et diminueront d’autant la valeur globale de tous les anciens Euros réunis, la valeur Euro se sera diluée. Ceci ne plaira pas du tout aux prêteurs et acheteurs d’emprunts ou de dettes à terme (obligations). Ils savent maintenant qu’ils seront payés le jour de l’échéance avec une monnaie diluée, dévaluée. Pour prêter plus à nouveau, ils exigeront des intérêts beaucoup plus forts de la part des Etats.…..” Pas de problème ! On est en train de créer de nouvelles taxes et on augmente les anciennes sur nos peuples, on pourra vous payer !”, diront les Etats pour rassurer. “Mais avez-vous prévu de favoriser vos entreprises privées créatrices de richesses en diminuant
sérieusement le nombre de vos fonctionnaires, en allégeant les taxes sur les entreprises ?”,
demanderont les prêteurs avant de se commettre. “Non, car il nous faut tous ces fonctionnaires pour encadrer la récolte de ces impôts dans le privé, et par ailleurs nous prélevons un impôt sur les salaires de nos fonctionnaires aussi”.
… Les prêteurs remarqueront alors: “Ah !, vous vous auto-imposez entre vous alors avec
l’argent privé venant du peuple, c’est curieux !”. “Tout ça ne nous plait pas beaucoup, mais
bon, passons”. “On vous prête, mais à 20%, voire jusqu’à 30% d’intérêts selon la durée, mais
prévoyez, vous Etats, de n’en pas informer vos peuples, qu’ils ne se rendent pas compte que
vous allez les asservir sur plusieurs générations”.
( Note : Dans une autre partie, j’élaborerai sur le moyen d’éviter cet asservissement
multi-générationnel ) 

Catégories
Archives