EVO MORALES

28 février 2011

Les violents soubresauts dans les pays arabes font passer sous silence des informations gravissimes en provenance d’Amérique Latine, en proie à la corruption endémique de régimes dits de gauche sous la houlette de Chavez au Venezuela.

La police panaméenne, en coopération avec la DEA américaine, vient d’arrêter le général de la police à la retraite René Sanabria Oropeza, et de l’extrader à Miami avec l’un de ses complices. Ils sont accusés d’avoir déjà envoyé 144 kg de cocaïne aux USA.

Actuel chef du contre-espionnage au ministère de l’Intérieur bolivien, il avait été le responsable de la lutte anti-drogue entre 2007 et 2008, comme chef du FELCN (Fuerza Especial de Lucha Contra el Narcotrafico).

Sous le régime d’Evo Morales, membre de l’ALBA – alliance des gouvernements pro-castristes sous l’égide du dictateur vénézuélien Hugo Chavez -, la Bolivie est donc devenue un narco-Etat.

02 mai 2010 

 

La scène nous rappelle les années 1970 encore imprégnées du mythe guévariste dans ce pays où le Che a perdu la vie.

Le président castriste de Bolivie, Evo Morales, a nationalisé samedi trois compagnies d'électricité détenues par des groupes français, britannique et bolivien, dans le cadre de sa politique de réappropriation des ressources naturelles.
Le gouvernement avait annoncé il y a des mois son intention de prendre le contrôle de Corani, contrôlée par Inversiones Econergy Bolivia SA, filiale de la française GDF Suez, Guaracachi (filiale de la britannique Ruelec PLC) et Valle Hermoso, du consortium bolivien Bolivian Generating Group.
Il a aussi adopté un décret pour négocier l'achat d'une entreprise électrique de Cochabamba (ELFEC), autogérée par un syndicat dans cette ville du centre du pays, mais les salariés ont réaffirmé samedi leur opposition à cette nationalisation dans un communiqué.
D'autres petites entreprises de production d'électricité vont par ailleurs passer dans le giron public en vertu de cette mesure prise le jour de la Fête du Travail.
Depuis son arrivée au pouvoir il y a quatre ans, l'Etat a pris le contrôle de plusieurs entreprises dans les hydrocarbures, les mines ou les télécommunications.
Dans le cadre de sa politique de réappropriation des ressources naturelles, le président bolivien souhaite désormais que l'Etat contrôle l'ensemble du secteur électrique, de la production à la distribution.
Les groupes étrangers n'ont pas encore réagi à cette mesure.
Ils seront dédommagés à hauteur de leur participation au capital des compagnies concernées, a annoncé le gouvernement bolivien qui retiendra sur cette somme des arriérés d'impôts.
L'exécutif a par ailleurs promis qu'il ne procéderait à aucun licenciement, alors que la grogne sociale monte.
Des salariés et professeurs du secteur public ont manifesté pour protester contre la proposition gouvernementale d'augmentation des salaires, insuffisante selon eux (5%).
Cette tension a conduit M. Morales à renoncer à participer aux manifestations du 1er mai organisées par la Centrale ouvrière bolivienne (COB, syndicat unitaire), qui était jusqu'ici l'un de ses principaux alliés. 

  Por Eduardo Mackenzie 

2 de septiembre de 2009 

 

No hay que pasar muy rápido la hoja del encuentro de Unasur en Bariloche. Mucho se escribió y dijo al respecto, pero el tema no ha sido agotado. El gran vencedor de esa cumbre de presidentes fue Álvaro Uribe. Sólo unos cuantos sectarios se niegan a admitirlo. El acuerdo de cooperación militar con Estados Unidos no fue  condenado. Ese era el punto central del evento y sus enemigos más tenaces no lograron lo que querían. El mandatario colombiano no fue crucificado por sus adversarios. Por el contrario, la banda de los tres (Chávez, Correa y Morales) no impuso su ley y hasta terminó dividida. Desde esa tribuna, Uribe denunció ante el mundo el imperialismo chavista, sus  amenazas militares contra Colombia y criticó la apología que hace Caracas del criminal abatido Raúl Reyes. La declaración final de Unasur reafirmó el principio de fortalecer la lucha contra el terrorismo y el narcotráfico. Esa frase apunta directo contra las Farc aunque esa sigla no aparece en la declaración. 

Esa cumbre mostró, al mismo tiempo, la poca utilidad de Unasur. El intervencionismo chavista contra Colombia y contra otros países fue evocado por Uribe pero no fue tratado por el colectivo. Ese fenómeno continuará y se agravará y Unasur no hará nada para frenarlo. Igual sobre la destrucción deliberada de la economía colombiana y venezolana que está haciendo  Chávez al sabotear el comercio bilateral. Unasur es impotente pues el mal viene desde dentro. Los de Venezuela, Ecuador y Bolivia, no son gobiernos normales. Son gobiernos revolucionarios, o que se creen revolucionarios. Ante  los métodos diplomáticos ellos prefieren las vías de hecho. El principio de la autodeterminación de los pueblos les vale un pepino. Cada elección  en el continente es vista por la banda como una brecha en el campo enemigo. Su primera reacción es instintiva y subversiva: enviar  valijas de dólares, agitadores, agentes de influencia, especialistas en “movilización de masas” para  desbordar a los partidos,  sacar de la nada organismos cipayos e imponer en las urnas un candidato de bolsillo. Unasur  no hará nada contra eso pues hace parte de los mecanismos de esa subversión.   

Bariloche permitió ver otra cosa: el extraño papel de Lula en los asuntos del continente. En esa reunión, Lula apareció como la eminencia gris que guía los pasos del presidente Chávez y de su combo. El  logra frenarlo en unos momentos, pero le suelta la cuerda cuando es necesario. Hay como una muy sofisticada hipocresía de Lula en sus relaciones con el continente. Sonrisas y abrazos en las instancias diplomáticas, sobre todo en Washington y  en el G-8 y en otros foros mundialistas y orientaciones duras y anticapitalistas en los cónclaves privados y secretos del Foro de Sao Paulo, especie de nueva Kominform para la dominación del continente, que había precisamente clausurado una reunión en México[i] cinco días antes de que comenzara la de Bariloche. 

Lula impidió que Unasur, organismo artificial  y sectario, estallara en Bariloche. Una condena de los acuerdos Bogotá-Washington habría obligado al presidente colombiano a abandonar la reunión, a dejarlos solos con su rabia y sus lunáticas resoluciones. Lula no fue tan lejos pues teme que otros poderes, entre esos Washington, le apliquen la recíproca y se pongan a escudriñar la pequeña cocina de los enormes acuerdos militares entre Brasil y Francia. Y que la curiosidad se desborde sobre los acuerdos militares que Moscú y Caracas guardan bajo siete llaves. 

Los medios de comunicación, sobre todo la televisión, la radio y prensa escrita, jugaron un papel muy positivo. Gracias  a ellos el encuentro fue casi transparente. Lula estaba molesto por la transmisión en directo del evento y la prensa argentina se dio cuenta y lo dijo. Uribe había exigido ese directo y lo consiguió. Eso paralizó a Chávez, quien no se atrevió a enfrascarse en una disputa en directo con Uribe pues hace rato descubrió que éste sabe cómo responderle. Ese directo le permitió al presidente peruano Alan García lanzar una sabrosa pica contra el jefe de la “revolución bolivariana” que la prensa internacional retomó con delicia. Todo el mundo vio el odio con el que se expresa Rafael Correa. 

¿Colombia debe continuar en el juego de Unasur? Yo no lo creo. A menos de que ese organismo se abra a todos los países del continente, seguir allí es darle palancas a la tentación hegemonista de los Lula y Chávez. 




 

[i]  Según la agencia castrista Prensa latina, a esa reunión “asistieron 520 delegados de 32 países, fundamentalmente de América Latina y estuvieron representados 62 partidos políticos y movimientos de la izquierda continental”. Creado hace 19 años, el Foro de Sao Paulo tiene un objetivo: “desbaratar el modelo neoliberal”, según declaró a PL un anónimo activista mexicano. Las dos próximas  reuniones serán en Sao Paulo, en noviembre de 2009, y en Buenos Aires, en 2010.

02 septembre 2009 

Nul n’ignore sur ce blog que depuis plus d’un an j’y ai manifesté mon opinion contre un 3e mandat du président Alvaro Uribe, pour éviter à la Colombie d’être comparée aux régimes autoritaires du Venezuela, d’Equateur, de Bolivie, bientôt du Nicaragua, et du Honduras si Mel Zelaya n’avait été pas été expulsé pour avoir violé la Constitution en ce sens. 

 

Face aux événements internes et externes à ce superbe pays que tous les Français adorent quand ils y ont mis le pied, je reconnais que ce président incandescent reste la meilleure chose qui ait pu surgir pour le sortir de l’enfer. Le vote des deux chambres du Congrès, après une année de débats et de chausse-trappe, ouvre la voie à un référendum pour l’autoriser, ou non, à se représenter. Nul n’ignore qu’il y sera plébiscité, puis élu au premier tour, comme en 2002 et 2006. 

 

J’ai vécu en Colombie de 1999 à 2004. Avant le premier mandat d’Uribe, nul ne pouvait prendre sa voiture pour sortir des grandes villes, dont la capitale, sans risquer de faire partie des plus de 3.000 personnes séquestrées chaque année par les terroristes des FARC et de l’ELN. 

 

Aujourd’hui, le tourisme colombien explose. On peut se déplacer sans risque sur les routes. Les enlèvements ont été réduits à la portion congrue. Les attentats deviennent l’exception, quand ils étaient monnaie courante. Encore un petit effort, et les splendides paysages du pays andin aux trois cordillères de 6000 mètres, blotti entre le Pacifique et l’Atlantique, seront aussi courus que le Brésil. 

 

Si le Congrès unanime a voté pour l’organisation de ce référendum, c’est en connaissance de cause. Malgré les menaces d’une justice gangrenée par la corruption et les FARC terroristes, les élus ont relégué au vestiaire la peur qui les habitait, puisque 86 d’entre eux faisaient l’objet d’une enquête préliminaire, pour avoir appuyé dans un premier vote le principe du référendum, devant la Cour suprême de justice, connue pour ses liens avec la guérilla. Les députés et sénateurs n’ignoraient pas que 80% des 45 millions de Colombiens exigent le maintien au pouvoir d’Alvaro Uribe. 

 

Ces millions de travailleurs réputés pour leur probité, dévouement et fidélité à leur entreprise n’ont aucun atome crochu avec la gauche colombienne qui s’en va mendier son pain auprès des ennemis du pays, comme le Venezuela et l’Equateur. Les Jaime Dussan, président du Pôle démocratique alternatif (PDA-gauche proche des FARC), et le leader de ce mouvement, Carlos Gaviria, candidat à la présidentielle, portent à jamais au fer rouge la marque de cette trahison. 

 

Il reste au Conseil constitutionnel à entériner le vote du Congrès. Dans l’hypothèse, à ne pas exclure, d’un rejet de cette décision, la Colombie se retrouverait dans un contexte explosif. D’un côté le peuple, de l’autre les profiteurs et les corrompus. Une étincelle suffirait à l’explosion que nul ne souhaite…   

5 août 2009

(source RIA Novosti)

La Bolivie a demandé à la Russie un crédit pour l'achat de matériels de guerre et d'équipements à hauteur de 100 millions de dollars, a annoncé mardi le ministre bolivien de la Défense nationale Walker San Miguel Rodrigues sur les ondes de la radio locale Erbol.

« Le gouvernement bolivien a officiellement demandé à la Russie l'octroi d'un crédit de 100 millions de dollars pour la modernisation de ses forces armées. Nous définirons la date et les modalités de son amortissement quand nous aurons reçu la réponse russe », a indiqué le ministre.

Le crédit doit également être approuvé par le Congrès bolivien avant la fin de l'année et par l'Assemblée législative après son élection, selon lui.

« Il ne s'agit pas de lancer une course aux armements ou menacer un quelconque pays, mais de remplacer les matériels de guerre qui ont fait leur temps. Nous pourrons utiliser des nouveaux avions, hélicoptères et un radar pour gérer les conséquences des catastrophes naturelles et lutter contre le trafic de drogue », a précisé le ministre.

La Bolivie compte en outre acquérir un Antonov An-148 d'un coût de 30 millions de dollars pour l'exploiter en tant qu'avion présidentiel, a ajouté M.San Miguel Rodrigues.

Leonid Goloubev, ambassadeur de Russie à La Paz, a confirmé à RIA Novosti que le ministre bolivien de la Défense lui avait remis une demande du président Evo Morales portant sur le crédit. « Notre coopération évolue dans le cadre de l'accord intergouvernemental de coopération militaire et technique signé le 16 février dernier, lors de la visite officielle du président bolivien à Moscou.

La partie bolivienne souhaite également créer un centre régional de maintenance des aéronefs russes avec le concours de la société russe Iliouchine, a annoncé le diplomate russe.

20 JUILLET 2009 

Encouragée par la mollesse de Barack Obama, la mouvance castriste en Amérique du Sud continue sa marche vers le totalitarisme avec l’annonce par Daniel Ortega d’un référendum pour se maintenir au pouvoir alors que la Constitution le lui interdit. 

 

Le président du Nicaragua l’a annoncé lors des festivités pour le 30e anniversaire de la révolution sandiniste qui avait renversé le dictateur Anastasio Somoza.

 

 

« Que le droit à la réélection soit réservé à tous, et que le peuple, par son vote, récompense ou punisse », a-t-il déclaré.

 

 La Constitution, révisée en 1995, autorise une seule réélection au président de la République, et à condition que les deux mandats ne soient pas successifs. 

Ortega a évoqué la destitution de son allié du Honduras, Manuel Zelaya, renversé alors qu'il préparait une consultation populaire dans le même but. « Ici, nous pouvons parfaitement installer une urne supplémentaire pour demander au peuple s'il veut ou non la réélection, et sans aucune crainte, parce que l'armée et la police ne vont pas nous en empêcher », a-t-il ajouté. 

S’il réussit à convoquer son référendum, Ortega a toutes les chances de l’emporter grâce à une fraude électorale massive, comme celle dénoncée par toute l’opposition lors des municipales de 2008, et rappelée hier par le quotidien La Prensa à Managua. 

Le pédophile met à profit l’incroyable faiblesse d’Obama et de sa secrétaire d’Etat Hillary Clinton dans l’affaire du Honduras. Les USA soutiennent Mel Zelaya, l’ex-président expulsé du pays par la Cour suprême, le ministère public et le Congrès unanime, alors qu’il tentait d’organiser un référendum similaire illégal et condamné par la Constitution. 

Je rappelle que Daniel Ortega est accusé depuis dix ans par Zoilamerica, fille de son épouse Rosario Murillo, de l'avoir violée quand elle avait 11 ans, avec la complicité de celle-ci. “La justice est une invention bourgeoise”, avait à l'époque répondu le sandiniste Ortega.

Il a toujours profité de son immunité parlementaire pour éviter d'être jugé, alors que la Cour interaméricaine des droits de l'Homme a été saisie par Zoilamerica. C'est à coup sûr pour éviter d'être poursuivi par la justice et condamné qu'Ortega va tenter de se maintenir au pouvoir. On attend avec intérêt la réaction de Barack Obama et de Hillary Clinton, dont le président de mari, Bill, avait failli être destitué pour une gâterie obtenue d'une stagiaire majeure et consentante…

Voyez le dossier dans les archives de mon blog avec le mot-clef Zoilamerica.

15 mai 2009 

Ce que je prévoyais depuis des mois, comme le prouvent les archives de ce blog, est en train de se réaliser. « Uribe penche vers l’autocratie », titrait hier l’hebdomadaire britannique The Economist, une sommité de la presse mondiale, à propos de l’éventuelle réélection du président colombien pour un troisième mandat de quatre ans en mai 2010. Ce média n’a pourtant cessé de faire l’apologie d’Alvaro Uribe jusqu’ici pour sa réussite dans la lutte contre le terrorisme de la guérilla des FARC. 

Sans tomber dans l’autosatisfaction, je vous rappelle mes mises en garde, contestées par mes plus fervents lecteurs. En Amérique Latine, la terre des putsch en série, vouloir se perpétuer au pouvoir, malgré l’appui populaire, revient à passer pour un dictateur, comme l’a prouvé la récente condamnation à 25 ans de prison d’Alberto Fujimori, sauveur du Pérou contre les menées du Sentier Lumineux. J’ai contesté l’idée d’un troisième mandat pour Uribe pour cette raison. The Economist aboutit aux mêmes conclusions. 

Pour ceux qui l’ignorent, rappelons le contexte. La campagne électorale a commencé en Colombie. Dans un tel climat, les révélations sur de présumés scandales à tous les niveaux vont sortir à tout bout de champ, avec des arrière-pensées politiques évidentes. C’est déjà fait avec l’hebdomadaire Semana. Ce média est dirigé par Alejandro Santos, l’un des héritiers de la famille éponyme. L’un des ses aïeux, Eduardo, a été président de Colombie de 1938 à 1942. Son oncle, Juan Manuel, est l’actuel ministre de la Défense d’Alvaro Uribe, et candidat depuis toujours à la présidence. On comprend mieux pourquoi Semana vient de s’opposer au maintien au pouvoir du chef de l’Etat. 

Ce qu’oublie de commenter ce média, c’est le scandale des « faux positifs ». Il s’agit de jeunes civils de banlieue tués par l’armée après avoir été emmenés dans des zones de la guérilla, pour gonfler les chiffres de la lutte armée contre les FARC. Près de 1300 de ces victimes auraient été ainsi inscrites dans une macabre comptabilité depuis 2002. Dans n’importe quelle démocratie normale, le premier fusible à sauter serait le ministre de la Défense dans un tel scandale. Seuls des militaires, dont trois généraux, ont été poursuivis. Il s’agit d’un crime collectif digne de passer devant la Cour pénale internationale, en compagnie des atrocités commises par les FARC. 

L’autre scandale en cours concerne les écoutes téléphoniques réalisées par les services secrets du DAS aux dépens de journalistes, juges et politiciens. Là, je me permets de sourire. Tous les pouvoirs ont recours à cet espionnage, comme François Mitterrand de 1981 à 1986. Plus de 2000 journalistes ou autres ont été écoutés par les services secrets français. Jamais personne n’a osé évoquer un Watergate contre le président socialiste, alors que cette expression est déjà avancée en Colombie  par des médias qui ont oublié une donnée de base : leur pays lutte contre un terrorisme aveugle, présent dans tous les secteurs de la société… 

Comme l’oligarchie et ses relais médiatiques ne veulent pas d’un troisième mandat pour Alvaro Uribe, tous les moyens sont bons et seront utilisés pour l’empêcher d’arriver à ses fins, malgré un appui de 71% dans les sondages. 84% des Colombiens sont prêts à voter un référendum pour lui permettre de se représenter. Même les investissements immobiliers des deux garçons d’Uribe sont scrutés à la loupe et mis en cause au Congrès ! Imagine-t-on les députés français en train d’enquêter sur les affaires des fils Mitterrand ? C’est le rôle de la justice, ce qui a été le cas pour Jean-Christophe dans une enquête sur l’Angolagate. 

A l’inverse, la complice des FARC Piedad Cordoba, sénatrice d’extrême gauche, n’a toujours pas été poursuivie par la Cour suprême de justice, qui arrête sans relâche des élus sur de présumés contacts avec les paramilitaires. 

Nous voici revenus en Amérique Latine à une période noire de l’histoire, avec des données inversées. Les anciens dictateurs étaient de droite. Les nouveaux hommes forts, en 2009, se disent tous de gauche, pour se gagner les faveurs de la communauté internationale. Voyons ainsi le panorama d’aujourd’hui : 

-        Au Venezuela, Hugo Chavez bouscule la Constitution et se fait réélire, cette fois jusqu’en 2015, soit 16 ans au pouvoir. C’est le double de ce qu’aura réalisé Uribe en 2010, mais personne ne crie au loup dans l’intelligentsia, malgré ses complicités actives avec les FARC. 

-        En Equateur, Rafael Correa change lui aussi la Constitution, et se fait réélire en dépit de ses liens démontrés avec les FARC. 

-        En Bolivie, Evo Morales fait de même, menace de mort les autonomistes de l’Est, ignore les lois, appuie les massacres de chiens par les « ponchos rouges », comme préfiguration de ce qui attend ses ennemis. 

-        Au Nicaragua, le pédophile et violeur de la petite Zoilamerica n’a toujours pas été entendu par la justice, et triche en prime aux élections. 

Tous ces présidents sont des complices de la guérilla terroriste et de leurs alliés. 

Le titre de mon article est on ne peut plus clair pour les peuples de ces pays : si vous voulez survivre, dites non à la dictature d’Uribe, et oui à celle des autres présidents de gauche. 

Mais n’oubliez pas que la roue tourne, comme ce fut le cas pour Pinochet et consorts… 

9 avril 2009 

Le président bolivien, Evo Morales, s'est déclaré jeudi en grève de la faim au palais présidentiel, avec des dirigeants syndicaux et sociaux, pour protester contre un retard législatif au Congrès susceptible de menacer la tenue des élections générales de décembre.
« Face à la négligence d'un groupe de parlementaires néo-libéraux nous sommes obligés d'employer cette mesure » de grève de la faim pour protester, a annoncé M. Morales.
« Nous nous déclarons en grève de la faim », ont déclaré M. Morales et des dirigeants du syndicat Central Obrera Boliviana (COB), dans un document diffusé par la coalition de la majorité Coordinadora Nacional por el Cambio (Conalcam).
L'action survient sur fond de session-marathon au Parlement, où un vif débat oppose la majorité et l'opposition de droite sur l'approbation d'une nouvelle loi électorale qui doit permettre la tenue d'élections générales en décembre.
Evo Morales, premier président bolivien d'origine indienne, y sollicitera un deuxième mandat de cinq ans qui l'amènerait jusqu'en 2015.
Le chef de l'Etat part a priori favori, dans la foulée du référendum qui a vu en janvier son projet de nouvelle Constitution approuvé à 61%.
L'action spectaculaire du président illustre le bras de fer constant au sein de la politique bolivienne, où le Mouvement vers le socialisme (MAS) d'Evo Morales domine la Chambre des députés, mais l'opposition de droite contrôle le Sénat.
Cet équilibre est précisement au coeur des différends bloquant l'adoption de la loi électorale: ils portent sur le registre électoral, le vote des Boliviens de l'étranger et le nombre de sièges réservés au Parlement à des minorités indigènes.
L'opposition de droite craint que le parti au pouvoir ne manipule les conditions d'une large majorité législative.
L'annonce de Morales survient alors qu'une commission de haut niveau représentant les deux chambres était jeudi matin en consultations, avec quelque succès, pour rapprocher les positions. Un sénateur du parti au pouvoir a évoqué la possibilité d'un accord dans le courant de jeudi.
Le bras de fer entre MAS et opposition paralyse plusieurs pans de la vie politique et judidiciaire en Bolivie, notamment la Cour constitutionnelle et le Conseil de la magistrature, où le quorum n'est plus atteint depuis l'an passé, faute d'accord au Parlement sur les nominations entre MAS et opposition.

 

11 mars 2009

Le président bolivien Evo Morales a mâché une feuille de coca devant les ministres des 53 pays membres de la Commission des stupéfiants de l'ONU, réunis à Vienne mercredi, pour appuyer sa demande de retrait de la liste des substances interdites depuis 1961.
« La feuille de coca n'est pas de la cocaïne, elle n'est pas nocive pour la santé, elle n'engendre pas de perturbations psychiques ni de dépendance », a-t-il plaidé en séance plénière de la 52e réunion de cette Commission au siège viennois des Nations unies.
M. Morales, qui est resté leader syndical des cultivateurs de coca, a ajouté que les feuilles de cette plante étaient cultivées depuis « 3.000 ans avant Jésus-Christ » et qu'elles sont « le symbole de l'identité de la culture » des peuples andins.
Aussi a-t-il officiellement demandé le retrait des feuilles de coca de la liste des substances interdites tout en demandant qu'y soit inclue la pâte de cocaïne qui n'y figure pas, selon lui.
S'adressant aux ministres de la Justice et de l'Intérieur des pays membres de la Commission des stupéfiants, le président bolivien, lui-même cultivateur et consommateur de feuilles de coca, a averti : « si c'est une drogue alors vous devez me mettre en prison ».
Evo Morales, premier président bolivien d'origine indienne élu en 2005, se bat contre la stigmatisation de la feuille de coca, dont est issue la cocaïne, mais qui est aussi une plante « sacrée » en Bolivie, à la culture et la consommation traditionnelles ou thérapeutiques (infusion, mastication).
« En tant que producteur et président (de la Bolivie) j'ai des responsabilités, je dois défendre une identité. La feuille de coca a quelque chose de sacré », a-t-il ajouté en précisant que quelque 10 millions de personnes mastiquent des feuilles de coca dans les pays andins.
L'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) réclame depuis des années l'interdiction de la mastication de ces feuilles dont plus de 28.000 hectares sont cultivés en Bolivie, 3e producteur mondial après la Colombie et le Pérou.
Les Etats-Unis ont fermement condamné cette culture en extension en Amérique du Sud. En représailles, le président Morales a expulsé en septembre dernier l'agence américaine de lutte anti-drogue (DEA) du pays.
Devant la presse, M. Morales a espéré une inflexion de la part du nouveau président américain Barack Obama en soulignant : « nous avons des points communs, nous sommes tous deux issus de peuples qui ont été humiliés et exploités ».
Selon lui, les Nations unies ont reconnu que son gouvernement avait fait plus que tous ses prédécesseurs pour l'éradication de la culture de la feuille de coca à des fins de production de cocaïne, avec plus de 16.000 hectares reconvertis depuis 2005. « Nous défendons la feuille de coca mais nous combattons la cocaïne », a-t-il rappelé.
« J'ai consommé quotidiennement des feuilles de coca pendant dix ans. Si les effets étaient tels qu'on les décrit, je ne serais jamais devenu président de la République », a-t-il conclu.

20 février 2009 

Dans la mouvance latino-américaine, le paupérisme séculaire, exacerbé par les images télévisées d’un Premier monde gavé aux hormones, a engendré une génération spontanée de leaders « révolutionnaires », avec Lula (Brésil), Evo Morales (Bolivie), Rafael Correa (Equateur), Daniel Ortega (Nicaragua), Fernando Lugo (Paraguay) et Hugo Chavez (Venezuela).   

Trois d’entre eux ont déjà deux mandats à leur actif : Lula, Ortega et Chavez. Aucun n’a résolu le drame de la pauvreté dans chacun de leurs pays. Les « favelas » continuent de proliférer au Brésil avec leurs caïds de la drogue, Ortega n'est qu'un pédophile et violeur avéré, et Chavez, avec un pétrole à 140 dollars le baril avant la chute du prix, n'a rien résolu. Correa va affronter le « Chauvingate », du nom de son ancien sous-ministre qui vient de révéler les liens du régime avec les FARC, et Chavez a cessé d'insulter Uribe qui le tient par « los cojones » pour l'appui avéé de l'ancien putchiste à la guérilla colombienne. L'ancien évêque Lugo ? Son pays, l'un des plus pauvres de la région, n'a aucun poids politique. 

En Colombie, Alvaro Uribe a réussi, ou est en passe de le faire. Il a laminé la guérilla, rétabli la sécurité, et permis à ses 46 millions de compatriotes de jouir enfin de la liberté : celle de pouvoir voyager dans son propre pays sans être rançonné ou assassiné. 

Mais il est catalogué de droite, pour avoir décidé d’éradiquer ceux que même l’Union européenne qualifie de terroristes : les FARC. Cette guérilla vient d’assassiner huit Indiens Awa, comme elle a exécuté onze députés en 2007, comme elle retient en captivité plus de 3000 otages, dont certains depuis onze ans, à l’image du général Luis Mendieta, contraint de ramper pour aller faire ses besoins derrière un arbre en raison d’une paralysie des membres inférieurs. 

La volonté de Hugo Chavez de se faire réélire à vie va pouvoir se concrétiser, grâce au succès de son référendum le 15 février dernier. 

J’ai marqué dans le passé mon opposition à un troisième mandat pour Alvaro Uribe, à même d’en faire un « dictateur » de facto, même élu, aux yeux de la communauté internationale. 

La permanence au pouvoir de Chavez, ennemi presque avoué de la Colombie qu’il rêve d’annexer, ne permet pas à Bogota de laisser le pouvoir à un demi-solde. L’élection présidentielle aura lieu dans un an, en mai 2010. C’est demain. Aucun des politiciens déjà en lice ne peut prétendre à reprendre le flambeau du chef de l’Etat, encore moins le sinistre Ernesto Samper, président de 1994 à 1998, arrosé à hauteur de six millions de dollars par le cartel de la cocaïne de Cali pour sa campagne, et privé de visa aux USA. 

Alvaro Uribe, malgré les souhaits de son épouse Lina, ne peut retourner à la terre et à ses chevaux de paso fino. Il lui faut remettre le couvert. Les partisans de Chavez auront du mal à lui reprocher une telle ambition.

Catégories
Commentaires récents
Archives