EQUATEUR

15 août 2009 

 

La Colombie a conclu un accord avec les Etats-Unis pour leur permettre d'utiliser sept bases militaires colombiennes pour lutter contre le trafic de la drogue et le terrorisme.

Contrairement à la propagande colportée par les sympathisants du castrisme en Amérique Latine (Chavez, Correa, Ortega, Morales, Kirchner), il ne s'agit pas de bases américaines. Les sept bases concernées existent déjà, elles sont colombienne, et resteront dirigées par des officiers colombiens.

Ces bases étaient déjà utilisées dans les faits depuis l'adoption en 2000 du Plan Colombie par le président démocrate Bill Clinton avec l'ex-président Andrés Pasrana, toujours en vigueur, pour lutter contre le trafic de cocaïne et les terroristes des FARC.

Comme dans le Plan Colombie, l'accord signé hier interdit l'intervention de troupes américaines sur le terrain. Il permettra notamment aux avions américains de repérer les bateaux utilisés par les trafiquants dans le Pacifique.


Le général James Cartwright, vice-président du comité de l'état-major interarmes américain, avait déclaré jeudi au cours d'une conférence de presse que les Etats-Unis étaient soucieux de rassurer les puissances régionales au sujet de cet accord, plusieurs dirigeants latino-américains ayant manifesté leur inquiétude.  « Nous devons améliorer notre travail de communication et expliquer que ce que nous faisons est aussi transparent que possible parce que les inquiétudes quelles qu'elles soient sont légitimes » a-t-il précisé.
Washington s'est tourné vers son allié colombien pour compenser la perte de sa principale plateforme de lutte contre le trafic des stupéfiants dans la région, la base de Manta en Equateur, le président équatorien, Rafael Correa, ayant refusé de renouveler l'accord qui a permis aux Etats-Unis d'utiliser cette base pendant les dix dernières années.
L'accord rapportera 40 millions de dollars à la Colombie, a souligné un responsable américain qui a préféré garder l'anonymat.
Le général Cartwright et le secrétaire américain à la Défense Robert Gates ont souligné que l'accord n'était pas dû à une initiative uniquement américaine mais au partenariat des deux pays.
« Notre objectif stratégique est d'être en mesure de satisfaire les besoins des Colombiens tout en poursuivant l'assistance que nous leur apportons pour lutter contre les menaces intérieures dont ils font l'objet » a précisé le général Cartwright.
S'exprimant à Quito au cours d'un sommet régional, M. Chavez a déclaré qu'il avait le « devoir moral » de prévenir ses homologues que « le vent de la guerre commençait à souffler » et que cela pouvait provoquer « une guerre en Amérique du Sud ».
D'autres chefs d'Etat, dont le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, ont demandé à la Colombie de s'expliquer et de garantir que les appareils américains ne « déborderaient pas » les frontières de la Colombie.
Répondant à ses détracteurs, le président colombien Alvaro Uribe a déclaré vendredi que cet accord visait à « défaire le terrorisme » et constituait « une garantie de sécurité pour les nations voisines ».
Il a ajouté qu'il assisterait au sommet extraordinaire de l'Union des Etats sud-américains (UNASUR) le 28 août à Bariloche en Argentine pour discuter de la situation créée par cet accord.
De son côté, un responsable du département de l'Amérique latine du secrétariat américain à la Défense, Frank Mora, qualifiant de « tempête dans un verre d'eau » la controverse en cours a confié à l'AFP que « cet accord ne fait que donner un cadre officiel à ce qui existe de fait actuellement ». 

 

13 août 2009 

Alfonso Cano dit niet à la libération des 23 officiers otages des FARC sans condition, exige leur échange contre des terroristes détenus, et dément tout, y compris les preuves saisies dans les pc de Raul Reyes, et même la vidéo de Mono Jojoy, le chef militaire des FARC, sur « l’aide en dollars à Correa » ainsi que les trafics d'armes et d'argent entre Chavez et les terroristes. 

Je vous laisse traduire, n’ayant ni le temps et encore moins l'envie de le faire pour ce tissu de mensonges. Il s’agit de la 1e entrevue de Cano depuis qu’il a remplacé Manuel Marulanda, décédé, en mai 2008. L’entretien a été réalisé par l’hebdomadaire Cambio, de Bogota, par courriel, et non pas dans un face à face. Cette particularité confirme que Cano est assiégé par les forces militaires. 

Voici l’interview de Cambio : 

Habla 'Cano' 


 

A punto de iniciarse una nueva campaña electoral, y en medio de tensiones externas con Venezuela y Ecuador, hay muchas preguntas en el ambiente en relación con las Farc. ¿Tratarán de influir en las elecciones? ¿Se han deteriorado sus vínculos internacionales? ¿Reciben ayuda o han ayudado a Hugo Chávez o a Rafael Correa? Desde la muerte hace algo más de un año de 'Manuel Marulanda', su sucesor 'Alfono Cano' no ha dado declaraciones a ningún medio colombiano, pero tras varias semanas de insistencia decidió romper su silencio y responder por Internet un cuestionario de CAMBIO sobre estos y otros temas de interés. 

CAMBIO: Después de que el presidente Uribe suspendió la mediación del presidente Chávez en la liberación de secuestrados, ¿las Farc han seguido teniendo contactos con el Gobierno venezolano?  

'ALFONSO CANO': No. Retirado el presidente Chávez como facilitador de ese proceso, cesaron nuestras conversaciones pero nuestra admiración por los objetivos bolivarianos del Gobierno venezolano es la misma de siempre y nuestra gratitud por sus esfuerzos en pro de un acuerdo humanitario será perenne.  

¿Reconoce que el gobierno Uribe aisló a las Farc en el plano internacional?  

Mientras se desarrollaron los diálogos del Caguán ampliamos las relaciones con gobiernos y organizaciones en los diferentes continentes. Rotos los diálogos, el gobierno Pastrana y la Casa Blanca desataron una ofensiva diplomática contra las Farc que, obviamente, generó modificaciones en las formas de relacionarnos con la comunidad internacional. Pero mantenemos relaciones en todo el mundo, sujetas a la discreción que se debe. 

La sensación es que las Farc han perdido interlocución internacional, que ya no son tan fuertes en ese campo. 

No podría precisarle qué tan fuertes somos en ese campo porque es una apreciación subjetiva, pero le reitero que en las nuevas condiciones de la diplomacia del siglo XXI mantenemos muy buenas relaciones en muchas partes del mundo. 

¿Qué significan Venezuela y Ecuador dentro de su estrategia política?  

El sueño bolivariano de una patria grande que integre a todos los pueblos de América Latina y el Caribe, que desate su enorme potencial de manera soberana y nos posicione ante el mundo como la gran nación que debemos ser. 

¿Qué efectos tuvo la muerte de 'Reyes' para los vínculos externos de las Farc? 

'Raúl' era el responsable de las relaciones internacionales de las Farc y obviamente su muerte tuvo un impacto importante en ese nivel, pero dado que en las Farc todos los trabajos de dirección se analizan, planifican y desarrollan en equipo, pudimos recobrar el ritmo. Hoy, la responsabilidad de darle la dinámica adecuada a las necesidades del momento es del comandante 'Iván Márquez'.  

La incautación de los computadores de 'Raúl Reyes' los dejó al descubierto, prácticamente sin secretos.  

Con los supuestos computadores de 'Raúl', lo que se ha presentado es una burda manipulación propagandística de los gobiernos de Colombia y Estados Unidos: como cortina de humo o para subir puntos en alguna encuesta, o para difundir públicas sospechas sobre algún presidente de algún país vecino cada vez que lo consideran necesario. La rectitud de muchas figuras públicas ha sido sometida al escarnio y a la lapidación. Nada de lo atribuido a los computadores ha sido serio y lo poco que ha pasado por el rigor de la Justicia ha sido desechado por inconsistente. 

Los correos entre el Secretariado encontrados en esos computadores indican que las Farc tienen negocios de narcotráfico y de armas e inversiones en Venezuela. 

Los computadores supuestamente encontrados tienen lo que los gobiernos de Bogotá y Washington han querido que contengan. Han hecho de ellos una lámpara de Aladino a la que acuden cuando necesitan una disculpa o una justificación. Los han transformado en arietes contra los pueblos vecinos, al convertir las 'filtraciones' ordenadas desde la Presidencia en puntal de la diplomacia colombiana y, en muchas ocasiones, de la política interna, sin que nadie pueda dar fe de la veracidad de la información que difunden venenosamente. 

También hay comunicaciones entre miembros de las Farc con personas del gabinete del presidente de Brasil 'Lula' da Silva. ¿Cuál es la relación con ese gobierno? 

En época del proceso del Caguán participaron de diferentes formas muchos gobiernos y organizaciones de la comunidad internacional. Lo demás son especulaciones irresponsables.  

¿Cuánto fue realmente el aporte económico de las Farc a la campaña de Rafael Correa al que 'el Mono Jojoy' se refiere en un video conocido hace pocos días?  

No hemos entregado ni armas ni dinero a gobiernos u organizaciones de otros países, pues lo que conseguimos apenas nos alcanza para nuestra propia brega. ¿Por qué habríamos de contribuir a la campaña electoral de una persona, como el actual presidente Rafael Correa al que ni siquiera conocemos? 

¿Cómo terminaron en poder de las Farc unos lanzacohetes que Suecia  le vendió al Gobierno de Venezuela y  que el Ejército colombiano incautó en octubre de 2008? 

Uribe acudió al terror mediático para insinuar que el Gobierno de Venezuela nos facilitó unos lanzacohetes que habíamos capturado hace mucho en un enfrentamiento militar en la frontera, hecho que fue ampliamente informado a la opinión en su momento. Ni los pueblos ni los gobiernos del mundo son tan tontos como piensan en el Pentágono y en la Casa de Nariño. Sencillamente se trata de cocinar las condiciones para justificar la entrega de la soberanía nacional de Colombia a Washington, reconociendo que le quedó grande la pelea contra las Farc. 

¿Qué significó para las Farc  la muerte de 'Manuel Marulanda'?  

La ausencia de nuestro líder y guía, de nuestro referente fundamental y nuestro eje. Pero también del maestro que nos inculcó la irrevocable decisión de perdurar en el esfuerzo que él comenzó en compañía de Jacobo y sus compañeros de Marquetalia. Nos enseñó, como en la poesía de Neruda, que el mundo no termina en nosotros mismos. 

¿Y el asesinato de 'Iván Ríos' a manos de un subalterno? Eso fue interpretado como una señal de la crisis y de la descomposición que viven las Farc. 

Es un hecho sobrecogedor pero absolutamente aislado de un demente ambicioso, captado por los servicios de inteligencia del Estado, que fue capaz de asesinar tan cobardemente a un revolucionario de las altas calidades de 'Iván' y luego proceder con la sevicia que conoció el mundo entero. 

Hay razones para deducir que las Farc tienen graves problemas internos: con ayuda de sus carceleros se han escapado secuestrados, el número de deserciones aumenta, los combatientes que han desertado dicen que la moral de la tropa es baja… 

Una organización con baja moral no está en condiciones de mantener una permanente actividad militar como la que informamos a través de los partes de guerra. El Gobierno trata de crear un estado psicológico triunfalista, pero de tanto mentir al final se va a transformar en un bumerán. Desertores ha habido siempre, las llamadas desmovilizaciones son una gran estafa sustentada en bazofia recogida en poblados y cárceles para agrandar los listados, desviar recursos públicos y engañar a la opinión. No tenemos graves problemas internos, no hay crisis. 

La ofensiva del gobierno Uribe los ha obligado a replegarse, eso no lo puede negar. 

La realidad es que enfrentamos la más grande ofensiva contrainsurgente jamás desatada en Latinoamérica que en solo dineros del Plan Colombia ha recibido de Washington 10.000 millones de dólares de ayuda, con una fuerza pública comprometida en la guerra cercana a los 500.000 hombres y un presupuesto anual de 8.000 millones de dólares. Eso es lo real, lo concreto. Si la situación de las Farc fuese de crisis, el Presidente no habría invitado a los gringos a escalar su invasión. No lo consideraría necesario. 

¿Los golpes que recibieron las Farc el año pasado cómo han afectado sus planes?  

De fondo, ninguno. Hicimos los ajustes necesarios en nuestras estructuras y así lo informamos a la opinión pública, y reajustamos algunos planes de cumplimiento inmediato. Nada más. Las vicisitudes propias de una lucha como la que adelantamos han sido superadas y mantenemos el interés de privilegiar temas como el canje, acuerdos humanitarios, solución política del conflicto, Asamblea Constituyente y otros asuntos vitales para Colombia, así como el trabajo con los sectores populares y en el movimiento de masas.  

¿Qué significó para el Secretariado la 'Operación Jaque'?  

Un hecho de la guerra como tantos otros y de especial impacto. Un golpe de mano posible gracias a una traición y a la dirección de estadounidenses e israelíes que participaron de su planeación, ejecución y utilización política. Lo asimilamos, pero un golpe no afecta la estrategia ni los lineamientos de las Farc. 

¿Qué tan ciertas son las discrepancias y rivalidades entre usted y 'el Mono Jojoy'?  

Desde siempre, la propaganda enemiga ha pretendido sembrar cizaña en el  interior de las Farc. Nuestra unidad es monolítica. 

¿Es consciente de que la lucha armada no tiene aceptación, del rechazo generalizado a las Farc y a prácticas tan atroces como el secuestro? 

Déjeme hacerle dos razonamientos: quienes hacemos parte de las Farc soñamos con la paz, la anhelamos con intensidad, la queremos conocer porque desde que nacimos el país está en guerra. Nosotros no amamos la guerra, nos obligaron a armarnos. Y otra consideración: la nueva actitud de Estados Unidos hacia América Latina, reflejada en Honduras y en los anunciados acuerdos con Álvaro Uribe, van a generar reacciones muy radicales en el Continente. 

¿El reconocimiento del estatus de beligerancia ya se convirtió para ustedes en un asunto accesorio?  

No, por ningún motivo. Menos ahora que Washington califica y descalifica a su antojo y traza la pauta a los otros ejes del poder mundial, sobre a quién o a quiénes se debe satanizar. La brega por el reconocimiento como organización político-militar, con una propuesta de Estado sostenida en una visión revolucionaria de la sociedad continúa siendo vital para el desarrollo de nuestro proyecto. 

¿Qué ha pasado con el cabo Pablo Moncayo? ¿Por qué no lo liberan a él y a los uniformados que siguen secuestrados en forma unilateral y sin condiciones? Sería una señal positiva. 

Hace tres meses informamos nuestra decisión de liberarlo unilateralmente, pero el Gobierno se atravesó y ha impedido su liberación. Y en cuanto a los mandos militares y policiales capturados en la confrontación, que son prisioneros de guerra, solo serán liberados mediante un canje. Excepcionalmente, y como evidencia de nuestra voluntad por alcanzar acuerdos, entregaremos al cabo Moncayo y al soldado profesional Calvo (Josué Daniel Calvo Sánchez), sin contraprestación alguna, directamente a la senadora Piedad Córdoba y al profesor Gustavo Moncayo, quienes por su transparencia blindarán nuestro gesto. 

¿Cuántos secuestrados quedan en poder de las Farc entre militares, policías y civiles? 

Los mencionados prisioneros de guerra integrantes de la Fuerza Pública son 23. También están retenidos dos concejales, con posibles vínculos con paramilitares y responsabilidad en actos de corrupción. Y en cuanto a retenciones con fines económicos,  puedo decirle que hoy se cuentan con los dedos de una mano. 

¿Por qué no incluyen en las liberaciones a secuestrados por razones económicas? 

El canje y las acciones complementarias están referidas a los prisioneros de guerra. 

¿Por qué las Farc no abandonan el secuestro? 

En toda confrontación militar hay muertos, heridos y detención de combatientes. Mientras esta perdure habrá prisioneros de guerra así el Gobierno se empeñe en llamarlos tercamente secuestrados. 

¿Es consciente del costo político que les significa el secuestro a las Farc? 

Esta forma de lucha conlleva necesidades, como las financieras, que tratamos de cubrir con colaboraciones voluntarias de amigos e impuestos a los sectores más ricos de la sociedad. 

¿El canje es una prioridad para las Farc? 

Para este Gobierno los prisioneros de guerra que mantenemos no clasifican en los estratos altos, ni generan efectos importantes en las encuestas y por eso el Presidente se da la licencia de impedir las liberaciones que hemos anunciado. 

¿Hay alguna posibilidad de negociación ó diálogo con el gobierno Uribe?  

Una salida civilizada al conflicto no puede depender de la voluntad de una persona, por poderosa que sea. Así que, independiente de quién ocupe la Presidencia, persistiremos en buscar salidas políticas al conflicto.   

¿Tiene una fórmula sustituta a un despeje para eventuales diálogos? 

Lo determinante son las garantías oficiales para un encuentro del Gobierno y las Farc que despojen de cualquier peligro y tensión a los participantes, y posibiliten las mejores condiciones para las conversaciones. 

¿Por qué persistir en la guerra?  

Siempre hemos pensado que nadie que ame realmente la patria puede desearle ese destino, y por eso cada vez que ha sido factible hemos conversado con los representantes del Estado en busca de construir acuerdos que lleven a la convivencia. No ha sido posible pero esto no nos lleva a desistir de tal empeño. Hay que hablar, dialogar y ello significa espacio, garantías, medio ambiente, grandeza, tolerancia, voluntad y decisión. 

¿El regreso de 'Simón Trinidad' y de 'Sonia' de Estados Unidos seguiría siendo una condición para el intercambio humanitario, para el diálogo? 

Hemos exigido garantías de modo, tiempo y lugar para que representantes del Gobierno y los nuestros analicen la viabilidad y los términos de un canje. Lo demás son especulaciones. 

¿Hay algún tipo de contacto con el Gobierno?  

Ninguno. Ni siquiera permiten recibir al cabo Moncayo. 

¿Qué significaría una posible reelección del Presidente en el horizonte de una eventual negociación? 

Lo esencial son las concepciones políticas y los intereses que represente la persona que asuma en el próximo periodo. Si sus convicciones están inundadas de violencia, guerra, vindicta y autoritarismo, la confrontación persistirá y seguramente alcanzará nuevos niveles. Si existe una visión democrática, civilizada, patriótica y realista, la perspectiva será alentadora para Colombia.   

¿En caso de que algún día se llegara a un acuerdo de paz, usted y otros miembros del Secretariado se verían aspirando a cargos de elección popular o como miembros de una Asamblea Constituyente? 

¿Nosotros luchando toda la vida para al final integrarnos a un régimen político como el actual? Miremos el poder legislativo: más de 80 reos paramilitares, varios más ladrones, parlamentarios en ejercicio elegidos con menos de 1.000 votos, Teodolindos a granel, genuflexiones a cambio de notarías, trasteo de votos, de partidos…  

¿Por qué las Farc nunca le han concedido algún valor a la desmovilización de los paramilitares y al proceso de Justicia y Paz? 

Porque fue una farsa. Los verdaderos jefes del paramilitarismo permanecieron ocultos, lavaron los dólares del narcotráfico, se quedaron con las tierras usurpadas, no repararon a nadie y terminaron copando el aparato del Estado. En las cárceles de Colombia y los Estados Unidos quedaron presos los bandidos más ingenuos que creyeron en sus jefes. 

¿Cree que la Corte Penal Internacional terminará juzgando los crímenes de guerra cometidos en desarrollo del conflicto colombiano?  

Es una verdadera espada de Damocles que pende sobre el país, que al activarse con todos sus protocolos internacionalizará, no solo el conflicto, sino muchos aspectos de la vida nacional. Parece que el Presidente, siempre tan previsivo, estrecha lazos con Washington, buscando burladeros en caso de que le falle su macabro plan de reelección indefinida. 

 

9 août 2009 

 

Les militaires colombiens ont capturé samedi 11 militaires équatoriens sur le territoire colombien. Ils  devaient être remis dans la journée de dimanche aux autorités équatoriennes. 

 

La nouvelle est contenue dans un communiqué du ministère colombien des Affaires étrangères. 


« Hier, 8 août 2009, à 12H00 (18H00 heure de Paris), au lieu-dit La Reforma, municipalité de Puerto Leguizamo, département de Putumayo, l'armée colombienne a capturé un officier, un sous-officier et neuf soldats appartenant à l'armée équatorienne, à 300 mètres de la frontière », déclare le communiqué.
« En accord avec les conventions en vigueur (…) il sera procédé à leur remise aujourd'hui aux autorités militaires équatoriennes », ajoute le communiqué. 


L'Equateur a suspendu ses relations diplomatiques avec la Colombie à la suite de l'attaque aérienne, le 1er mars 2008, par l'armée colombienne, d'un campement de la guérilla des Forces armées révolutionnaires colombiennes (Farc) installé en territoire équatorien. Le numéro deux des Farc, Raul Reyes, avait été tué au cours du bombardement. 

 

Cet incident survient en pleine crise entre l’Equateur et la Colombie. Le président équatorien Rafael Correa, convaincu de complicité avec les FARC, continue de harceler Bogota, avec la mise en place de taxes douanières sur plus de mille produits de Colombie, premier client de Quito. 

 

Lundi s’ouvre à Lima le sommet de l’UNSUR, union des nations sud-américaines censée servir de cadre à une communauté semblable à celle de l’UE, avec  à terme  une seule monnaie, un passeport et un parlement communs. Comme l’UNASUR va être présidée pendant un an par l’Equateur, le président colombien Alvaro Uribe a décidé de ne pas y participer.

Rafael Correa continue de jouer avec le feu. Grâce à la nouvelle Constitution qu'il a fait adopter, il vient d'inaugurer un nouveau mandat présidentiel hier, en annonçant une radicalisation vers le socialisme de son régime, de plus en plus autoritaire et menaçant pour la liberté d'expression.

 

7 août 2009 

Pays des droits de l’Homme, la France l’a été mais ne l’est plus. La succession sans précédent de scandales gravissimes, contre les libertés mais en faveur du terrorisme, dans les nouvelles dictatures de gauche en Amérique Latine, a laissé de marbre jusqu’ici l’Elysée, le Quai d’Orsay et la grande presse. 

Il n’est pas trop tard pour réagir, comme l’a fait hier Jim Jones, le conseiller à la Sécurité nationale de Barack Obama. Jusqu’ici tolérant, voire naïf face à Hugo Chavez, le président américain a enfin compris. Jim Jones a accusé Chavez de tolérer la transformation du Venezuela en base arrière des FARC. Le Département d’Etat a également amolli sa position face au Honduras, et ne parle plus de coup d’Etat. 

Contre toute logique, Paris garde le silence sur ces deux cas précis, alors que les faits démontrent que Chavez a fourni entre autre, selon les dernières révélations, des lance-roquettes suédois aux FARC, ainsi que des AK-47 et des sommes d’argent en millions de dollars. Au Honduras, Paris a condamné un « coup d’Etat », qui n’en est pas un pour la bonne raison que c’est Mel Zelaya qui tentait d’en réaliser un, avec un référendum illégal pour se maintenir au pouvoir comme le font Chavez, Correa, Morales et bientôt Ortega. Mel a été déposé à la demande de tous les corps constitués UNANIMES.

Le Quai donc ronronne sans mouvoir ses positions sur ces sujets explosifs. Les journalistes accrédités ne posent pas la moindre question à cet égard. Pourtant, en 2008, Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères, s’est remué en Amérique Latine. Mais c’était pour sauver la Colombienne Ingrid Betancur. Il s’était rendu à deux reprises à Caracas pour y rencontrer Hugo Chavez, en février puis en avril, et le supplier de faire libérer Ingrid Betancur par ses amis des FARC. Quand le n°2 de ce groupe terroriste, Raul Reyes, a été abattu par l’armée colombienne le 1er mars 2008, l’ancien « French doctor » a osé avancer que « ce n’était pas une bonne nouvelle ». Le 18 juin 2007, quand onze députés colombiens otages des FARC ont été assassinés par les rebelles, qui croyaient être attaqués par l’armée, Paris a ordonné à Bogota de ne pas mettre en péril la vie d’otages (d’Ingrid en fait) par une intervention militaire. Or c’est une autre colonne des FARC qui avait été prise pour un détachement de l’armée par les ravisseurs des onze malheureux députés, criblés de balles dans le dos. Jamais le Quai n’a présenté ses excuses pour cette mise en demeure sans raison d’être. 

18 mois plus tard, c’est le silence radio en France face à toutes les révélations qui éclaboussent les régimes castristes totalitaires. La fermeture de 34 radions et télévisions par Chavez ? Aucune réaction. Le financement de Rafael Correa par les FARC en Equateur, comme le prouve une vidéo du chef militaire des FARC ? Le mutisme. Les menaces de Correa contre la presse ? Rien. 

Ce blog continuera de vous informer sur ce que vous ne lisez ni n’entendez dans les conférences de presse en France sur le Cône sud. 

 

6 août 2009 

 

Si j’étais Colombien, je hurlerais contre cette initiative que je qualifierais, comme Français, de « Vichyste », le terme utilisé pour dénoncer les collaborateurs des Nazis en France, dont François Mitterrand, pendant la Seconde guerre mondiale. 

Une délégation du Pôle démocratique alternatif (PDA), principal parti d’opposition à Alvaro Uribe, va se rendre à Caracas pour y rencontrer Hugo Chavez cette semaine, avant d’aller à Quito lundi appuyer son sous-fifre Rafael Correa. Les deux présidents du Venezuela et de l’Equateur sont des complices avérés de la guérilla terroriste des FARC.

Cette incroyable visite intervient au moment où un amoncellement de preuves démontre, comme vient de l'affirmer Jim Jones, conseiller d'Obama, les liens de Chavez avec les FARC.

 

Quand on connaît l’étendue des dommages causés à l’économie colombienne, soit plus de deux milliards de dollars, par le gel des relations commerciales décidé par Chavez mécontent des révélations sur ses aides en armes aux FARC, il est difficile d’admettre le voyage à Canossa de Jaime Dussan, président du PDA, connu pour ses liens avec les FARC. 

 

5 août 2009 

 

L'armée américaine pourra utiliser sept bases colombiennes pour lutter contre le narcotrafic et le terrorisme, si un accord en négociation entre Bogota et Washington est validé, a révélé le général Freddy Padilla, commandant des forces militaires colombiennes. 


Il s’agit de trois bases aériennes, deux bases de l'armée de terre et deux bases navales. 

 

L’utilisation par les GI’s de ces bases vise à suppléer à la fermeture de la base américaine de Manta, sur la côte Pacifique de l’Equateur. Rafael Correa a refusé en effet de renouveler le contrat de dix ans signé en 1999 par l’ancien président Jamil Mahuad pour autoriser les USA à utiliser Manta pour mener des opérations de lutte anti-drogue dans la région andine. 500 soldats américains y étaient installés. 


L’accord entre Bogota et Washington est critiqué par les voisins de la Colombie, l'Equateur et le Venezuela, ainsi que par le Nicaragua et la Bolivie. Le Brésil et le Chili, plus modérés, se sont dits préoccupés et ont demandé la réunion du Conseil de défense sud-américain. 


Celui-ci devrait être convoqué fin août, a indiqué mardi Fander Falconi, ministre des Affaires étrangères de l'Equateur qui accueille lundi le prochain sommet de l'Union des nations sud-américaines (Unasur).

 

Le général à la retraite Jim Jones, conseiller pour la sécurité nationale du président américain Barack Obama, a promis mardi au Brésil de fournir « une bonne explication » sur l'utilisation de ces bases et assuré que cette affaire allait connaître « un dénouement satisfaisant ». 


Pour répondre aux critiques des gouvernements latino-américains, le président colombien Alvaro Uribe a entamé mardi une tournée d'explications dans sept pays sud-américains (Pérou, Chili, Brésil, Paraguay, Argentine, Bolivie et Uruguay). 

 

 

 

04 mars 2008 

« Où sont les femmes » continue d’être un succès du chanteur français, Patrick Juvet, depuis sa création en 1977. « Où sont les journalistes » sera le prochain tube si les compositeurs se penchent sur le contexte de l’Amérique Latine, et notamment des régimes castristes au Venezuela et en Equateur. « Que fait le monde libre », dira un autre refrain. 

Les preuves abondent des connexions actives entre les FARC terroristes et les autorités du Venezuela ainsi que de l’Equateur, mais les présidents de ces pays les nient, la grande presse se tait, à de rares excepions, et la communauté internationale ne bouge pas le petit doigt. 

Hélas pour Correa et Chavez, ils mentent à satiété. Je ne vais pas faire un cours sur leurs déclarations démenties par les faits, ce sera le thème d’un livre, mais seulement m'attarder sur deux exemples instructifs. 

En Equateur, Rafael Correa est sur la corde raide pour la succession de révélations sur l’appui financier des FARC à sa campagne électorale de 2006. Je n’y reviens pas, il suffit de relire ici mes archives. Correa dément toute aide de la guérilla terroriste colombienne, annonce sa démission si elle est prouvée « par 20 centimes », et vient de rendre public un présumé « Journal » de Raul Reyes (ex-n°2 des FARC abattu en Equateur le 1er mars 2008) où il est qualifié de « traître » par Raul Reyes, alors que son ministre de l’Intérieur de l’époque, Gustavo Larrea, est considéré par le chef rebelle « d’agent de la CIA ». 

Dans ce contexte, comment le président équatorien Rafael Correa a-t-il pu affirmer le 4 mars 2008, dans une intervention télévisée, que l'attaque colombienne contre le camp en Equateur, où le numéro deux des Farc Raul Reyes a été tué, avait empêché la libération de la France-colombienne Ingrid Betancourt et d'autres otages?
« Je regrette de vous annoncer que les conversations étaient assez avancées pour libérer en Equateur 11 otages, dont Ingrid Betancourt », avait alors affirmé Correa dans un message à la nation.
« Tout a été compromis par des mains guerrières et autoritaires. Nous ne pouvons écarter que cela ait été une des motivations de l'incursion (colombienne) et de l'attaque de la part des ennemis de la paix », a-t-il ajouté.
 

Le même jour, le ministre de l'Intérieur équatorien Gustavo Larrea avait assuré que ces libérations des 11 otages n'avaient « pas de contrepartie » et devaient intervenir en mars.
« Nous n'avons pas négocié avec les Farc autre chose que la libération d'Ingrid Betancourt', a-t-il affirmé, répondant aux accusations de complicité avec la guérilla formulées par Bogota.
« Tous les contacts avec la guérilla l'ont été pour des motifs humanitaires conjointement avec la France. Quelqu'un accuse-t-il le président (français) Nicolas Sarkozy de soutenir les Farc? », s'est-il interrogé. 

Comment ce ministre de l’époque, aujourd’hui voué aux gémonies par Rafael Correa, a-t-il pu proférer de tels mensonges ? Il avouera par la suite n’avoir eu qu’un seul entretien avec Raul Reyes, mais pas en Equateur. Où alors ? Sur la Lune ? Le n°2 des FARC ne bougeait pas de son refuge équatorien, où je l’avais rencontré en 2004. Même si Larrea a rencontré Reyes, une fois donc, peut-être sur la fleuve Putumayo qui sépare les deux pays, comment pouvait-il affirmer qu’une libération de onze otages, dont Ingrid Betancur et les trois Américains, était imminente ? Les courriels de Raul Reyes prouvent le contraire, sans parler du « Journal » du n°2 des FARC transmis à la justice équatorienne par Correa… 

Quant à  Hugo Chavez, le mensonge est chez lui aussi une seconde nature. Les faits donc (et pas les vidéos ou documents de Raul Reyes). Quand les FARC annoncent en décembre 2007 la libération de Clara Rojas, l’ex-n°2 d’Ingrid Betancur otage avec elle depuis 2002, et de son enfant Emmanuel, fruit de sa liaison avec un guérillero, Chavez monte soudain au créneau. Il lit un communiqué des FARC annonçant que ces libérations sont retardées par des opérations de l’armée colombienne contre la guérilla. Il accuse alors le président colombien Alvaro Uribe de « dynamiter » le processus. La vérité éclate dans la nuit du Nouvel An 2008 : Uribe révèle que les FARC ont reporté les libérations car elles n’ont plus entre leurs mains le bébé, remis par un délégué des rebelles, depuis plusieurs mois, à l’Institut local du Bien-Etre social.  Je pourrais aligner sans discontinuer les mensonges proférés par les deux apôtres du castrisme en Amérique Latine. Ces témoignages me suffisent, pour « colorier » avec davantage de noir les preuves accablantes des liens actifs entre les deux présidents d’Equateur et du Venezuela, et les FARC.  La Cour pénale internationale de La Haye les attend. Leurs jours sont comptés.

4 août 2009 

L’ex-président équatorien Lucio Gutierrez a diffusé hier soir sur le Canal Uno de Quito une vidéo dans laquelle le chef de la lutte anti-corruption du Panama, Enrique Montenegro, dénonce les liens entre Correa et les FARC, et des tentatives de la guérilla de laver son argent sale via des entreprises et des banques au Panama. 

Cette vidéo date de 2007, bien avant les révélations sur ces liens contenues dans les ordinateurs de Raul Reyes, l’ex-N°2 des FARC abattu en Equateur le 1er mars 2008 par l’armée colombienne. 

Gutierrez a rappelé qu’il avait déjà révélé cet enregistrement en 2007, mais que le pouvoir l’avait alors accusé de « trahison », sans que la justice ne mène la moindre enquête. 

« Lucio » a demandé à l’ONU d’ouvrir une commission d’enquête pour analyser toutes les accusations accumulées contre Correa pour ses relations avec les FARC, notamment le financement de sa campagne électorale en 2006, comme tendent à le démontrer une série de documents et de vidéos publiés depuis 2008. 

3 août 2009 

Le président de l'Equateur, Rafael Correa, très critique à l'égard de la presse depuis son arrivée au pouvoir en 2007, a annoncé lundi que son gouvernement allait retirer leurs licences à « quelques » radios et télévisions qui les ont obtenus de manière irrégulière.
Le dirigeant socialiste attend de recevoir d'ici huit jours un rapport technique sur les médias concernés, qui a révélé « de très graves irrégularités ».
« Le rapport est très grave, il va falloir supprimer certaines fréquences, quelques vaches sacrées vont tomber », a déclaré M. Correa dans une interview à l'Association latino-américaine d'éducation radiophonique (ALER).
Ces dernières semaines, le chef de l'Etat a haussé le ton contre les médias qu'il considère d'opposition, déclarant notamment mi-juillet qu'il était disposé à mettre son mandat en jeu pour libérer l'Equateur de « la presse corrompue et médiocre ».
M. Correa n'a précisé ni la nature des infractions commises ni l'identité de médias épinglés dans ce rapport.
Son gouvernement a récemment poursuivi la chaîne Teleamazonas, pour avoir diffusé des informations fondées sur des rumeurs, ce qui pourrait à terme entraîner sa fermeture administrative pendant trois mois.
Cette annonce intervient alors que le principal allié de M. Correa, le Venezuela socialiste d'Hugo Chavez, vient de fermer 34 radios et télévisions et étudie un projet de loi destiné à sanctionner les « délits médiatiques ».

30 juillet 2009 

 

Le feuilleton tragi-comique de la mouvance castriste en Amérique Latine vient de rebondir en  Equateur avec un présumé « Journal » manuscrit de Raul Reyes, un faux manifeste fabriqué par le pouvoir local aux ordres de Chavez pour tenter de dédouaner Rafael Correa de tout lien avec la guérilla colombienne malgré des preuves accablantes. 

Mouillé jusqu’aux yeux pour ses liens financiers avec les terroristes colombiens, Rafael Correa tente par tous les moyens, même les plus ignobles comme celui de « brûler » quatre de ses anciens collaborateurs, et d’échapper ainsi à une évidence létale pour sa survie au pouvoir. 

 

17 mois après l’élimination de l’ex-n°2 des FARC Raul Reyes par l’armée d’Alvaro Uribe le 1er mars 2008 dans son retranchement d’Angostura, en Equateur, à moins de 2 km de la frontière colombienne, le gouvernement équatorien a subitement découvert lundi dernier ( !) un présumé « Journal » manuscrit de Raul Reyes, remis aujourd’hui à la justice de Quito, sans que l’on sache qui a remis aux autorités ce document, ni le lieu de sa saisie. « On ne pouvait le garder au sein du gouvernement, on a jugé fondamental qu’il soit connu des instances judiciaires, et que ce soit la justice qui vérifie la véracité du document », a commenté le ministre local de l’Intérieur, Gustavo Jalkh. 

 

Hélas pour Rafael Correa, toutes les données de cette lettre révèlent qu’il s’agit d’un faux grossier en vue de sauver le chef de l’Etat. Nul besoin d’avoir recours à des graphologues, comme l’a fait la radio W de Bogota, pour démontrer la supercherie. 

Le document n’a pu être retrouvé dans le campement de Raul Reyes par les autorités d’Equateur, puisque les lieux ont été épluchés et ratissés par l’armée colombienne qui a embarqué le cadavre du n°2 des FARC et tous ses ordinateurs, disques durs et clefs USB. 

 

Si par hasard ces feuilles écrites y avaient été oubliées par les soldats colombiens, leurs homologues équatoriens, venus sur place après l’intervention, se seraient empressés de les remettre à Correa, qui les aurait aussitôt publiées pour se tirer d’affaire face aux révélations compromettantes pour lui déjà contenues dans les dossiers des ordinateurs de Reyes, et publiées dès avril 2008 par Bogota. Le chef en second des terroristes y évoquait le versement de 100.000 dollars par les FARC à la campagne électorale de Rafael Correa. 

 

Ces faits avérés, puisqu’Interpol a validé le contenu des ordinateurs de Raul Reyes, ont été confirmés il y a une semaine par la découverte d’une vidéo saisie en Colombie sur une guérillera des FARC arrêtée par l’armée, Adela Perez. Ce film montre le chef militaire des FARC, Jorge Briceno, alias « Mono Jojoy », en train de lire le 21 mars 2008 une lettre de Manuel Marulanda (cinq jours avant sa mort), qui évoque entre autre « les dollars versés à la campagne de Correa ». 

 

Que l’on juge en tout cas ce qui est pour moi un montage, à partir de ces extraits du présumé « Journal » de Raul Reyes publiés dans la presse ce jeudi:

 

 - Trois semaines avant d’être abattu le 1er mars 2008, Raul Reyes aurait écrit le 9 février que « ce fut un suicide d’avoir fait confiance à Correa. Tous les apports en argent à la campagne de Correa n’auront servi à rien ». 

- Le 23 février 2008, Reyes aurait ajouté : « je suis encerclé, je le sens à partir de toute mon expérience militaire. Ma fin est proche, mais ce n’est pas ce qui me préoccupe le plus. Mon amertume vient de ce que je suis tombé comme un enfant dans le piège de Correa ». 

- Raul Reyes qualifie « d’agents doubles » ses contacts avec Correa : l’ex-ministre de Correa, Gustavo Larrea, le colonel en retraite Jorge Brito, et le dentiste Luis Ayala, qui « agissent avec les cartels mexicains de la drogue », mais aussi « collaborent avec la CIA. Pour eux, je suis le vrai butin, et me livrer  sera leur meilleur succès ». 

- Raul Reyes cite aussi l’ex-sous-secrétaire d’Etat équatorien à l’Intérieur, Ignacio Chauvin, comme « courrier de Gustavo Larrea » avec le campement des FARC à Angostura, où le n°2 des FARC s’était installé « sur l’insistance du colonel Brito ». Selon Reyes, il s’agissait « d’un piège » qui le tenait « bloqué » pour y « recevoir des délégations internationales pour la libération d’otages », car les émissaires de Correa « allaient conduire à l’échec de la libération de prisonniers » (otages). 

- Raul Reyes avoue dans ce présumé Journal qu’il n’a « aucune confiance en Brito », et accuse Larrea d’avoir informé le ministre de la Défense colombien de l’époque, Juan Manuel Santos, sur leurs entretiens. Le 9 septembre 2007, il avoue même accepter de nouvelles réunions avec Larrea « par pure et difficile responsabilité, sans être convaincu de leur utilité ». 

- Le 15 janvier 2008, Raul Reyes en remet une couche contre Gustavo Larrea, « un autre traître, comme le prouvent ses permanentes actions dilatoires pour la libération des prisonniers et l’échange humanitaire ». Il prévoit déjà sa fin à cette même date : « je pressens que tout ce merdier va mal finir, spécialement pour moi. La trahison de Correa va nous coûter plus cher que celle de Gutierrez (l’ancien président équatorien destitué en 2005). 

- Dans son présumé « Journal », Raul Reyes aurait envisagé une « invasion du Venezuela par les USA », avec pour conséquence « une guerre qui enflammera tout le Cône sud, pour une longue guerre », et « pour les gringos davantage de pertes qu’en Irak ou en Afghanistan ». Toujours selon ce présumé texte de Reyes, « un jour ou l’autre les USA attaqueront l’Equateur », et Alvaro Uribe « est disposé à faire de la Colombie l’Israël de l’Amérique du Sud ». 

 

Je réfute en tous points la véracité de ce document, un faux sans le moindre doute, pour les raisons suivantes : 

1-  Jamais Raul Reyes n’aurait pu accuser les émissaires de Correa d’avoir voulu faire échouer la présumée libération d’otages en 2008. Quand il a été abattu le 1er mars de cette année-là, le pouvoir équatorien s’est empressé de dénoncer son exécution, de rompre les relations diplomatiques avec la Colombie (toujours gelées en juillet 2009), d’insulter le gouvernement colombien, et d’affirmer que la fin tragique de Reyes avait empêché « la libération imminente de douze de ses otages par les FARC ». Ce qui était faux, bien entendu, mais Correa entendait ainsi défendre l'action de Raul Reyes.

 

2-  Jamais Raul Reyes n’a été obligé de s’installer à Angostura, dans son campement équatorien situé à 1400 mètres de la frontière colombienne, par les émissaires de Correa. Il s’y trouvait déjà quand je l’ai rencontré pour l’AFP en mars 2004. 

 

3-   Jamais Raul Reyes n’aurait annoncé sa fin prochaine, comme le vieillard de la fable, sans s’enfuir via les innombrables cours d’eau de cette région tropicale s’il avait pressenti l’attaque du 1er mars. Il était d’autant moins préparé à ce bombardement qu’il accueillait dans son campement, à la fin février 2008, et la nuit de sa mort, une délégation de la Coordination continentale bolivarienne (CCB). Ce groupement d’agents castristes dans le Cône sud, sustenté par Hugo Chavez, venait de se réunir à Quito. Les photos saisies dans les disques durs de Reyes le montrent en train de servir le whisky à ses hôtes, y compris de jolies jeunes femmes. 

 

En conclusion : 

La couardise de Rafael Correa atteint ici des proportions rarement vues en politique avec ce faux document. 

Il accable Larrea, Brito, Chauvin et Ayala de tous les maux pour les livrer à la justice, et se fait passer pour un traître aux yeux des FARC, pour mieux tenter de se disculper. Il vient même ce jeudi de mettre en doute le communiqué des FARC, publié hier sur ce blog, qui nie l’aide financière de la guérilla terroriste à sa campagne. 

Mais il prend des gants avec le Venezuela avec sa sortie, mise dans la bouche de Reyes, sur les menaces d’invasion américaine au Venezuela. 

Nous touchons ici aux limites du supportable. Rafael Correa doit renoncer à son mandat de président et s’enfuir au Nicaragua, pour y rejoindre ses autres amis dictateurs de la mouvance castriste : le pédophile Daniel Ortega et Mel Zelaya. 

Catégories
Archives