Share to Google Plus

24 janvier 17

Ne nous endormons pas sur nos lauriers après l’abdication de Roman Polanski aux Césars. Ce n’est pas seulement une victoire des féministes, comme la presse tend à le faire accroire, mais de tous ceux qui combattent les violences sexuelles contre les mineurs.
Et cette lutte est loin d’être gagnée.
Les négationnistes de la pédocriminalité déversent une torrent de boue en ce moment dans leurs commentaires sur le renoncement de Polanski, tels que « fascisme, antisémitisme, inculture, femmes connasses, nazis, fachosphère », et j’en passe.
C’est un véritable mur pédocide qu’il va falloir abattre. Ce siège commence par l’obtention de l’imprescriptibilité pour les viols d’enfants, et c’est urgent, car le Parlement doit en principe adopter un nouveau texte avant la fin de la session en février. Sans une telle mesure, les victimes continueront à ne plus pouvoir porter plainte contre leurs prédateurs après avoir atteint l’âge de 38 ans.

 

3 réponses à “Après Polanski, la lutte continue : imprescriptibilité pour les viols d’enfants !”

  • tsuky:

    Bonjour Jacques,

    C’est avec une grande satisfaction que je viens de constater que votre blog est à nouveau accessible.Je croyais que vous aviez été censuré ou que écoeuré par tant d’inerties institutionnelles, vous aviez cessé le combat.
    Je constate qu’il n’en est rien et je vous en félicite.Vous sauvez l’honneur du journaliste avec une poignée d’autres courageux.Le travail que vous faites est exceptionnel et devrait être un exemple pour les futures écoles de journalisme.
    Vous avez raison: les défenseurs des enfants sont noircis sans relâche par des gangs d’idéologues pervers qui utilisent tous les stratagèmes de la désinformation pour cacher l’ampleur de l’immonde fléau de la pédocriminalité.
    Vous n’êtes pas sans savoir qu’un livre remarquable est sorti en Avril 2016 et qui traite le l’inversion des culpabilités et de l’abandon des enfants victimes de la criminalité sexuelle.Cet ouvrage s’intitule » Danger en protection de l’enfance; dénis et instrumentalisations perverses(Dunod)
    Marie- Christine Gryson Dejehansart a participé à cet ouvrage et remet les faits à l’endroit pour le procès d’Outreau.D’autres participants décrivent la persécution des défenseurs des enfants,les peines dérisoires ou les absences de peines pour certains faits graves. Le courant idéologique pro pédos et ses théories fumeuses perverses est très bien analysé.Cet ouvrage devrait être un outil précieux pour tous les services sociaux et les magistrats chargés de protéger les enfants mais on est en droit de s’interroger devant ce silence persistant qui met au placard tous les ouvrages qui décrivent des faits incontestables.
    Force est de reconnaître que pour l’instant seule une petite troupe humaniste cherche à faire bouger les choses et qu’en face on est guère pressé de mettre en place de nouvelles structures capables à la fois de protéger les enfants victimes et ceux qui les défendent.
    J’espère qu’un jour vous écrirez un nouvel ouvrage sur l’historique de la pédocriminalité jusqu’à nos jours.
    1968 a été le début de l’offensive énorme de ceux qui ont voulu nous faire croire qu’il était urgent de « libérer les enfants » afin qu’ils puissent connaître les « joies de l’amour libre avec les adultes ».(lire historique de l’activisme pédophile sur le net)
    le livre les voleurs d’innocence de Patrick Meney en 1992 qui aurait dû en principe déclencher un énorme scandale a fait un gros flop du fait de sa mise au placard par notre société plus prompte à croire les mensonges grossiers des désinformateurs-occulteurs de service.
    Bien cordialement
    Tsuky

  • Outreau en VO:

    Excellent article de Jacques Délivré, ré-informateur sur Outreau concernant le rapport dominant-dominé à propos de l’affaire Polanski:
    https://blogs.mediapart.fr/jacques-delivre/blog/250117/de-polanski-hamilton

Laisser un commentaire

Catégories
Archives