Share to Google Plus

 

08 août 13

 

On attend avec impatience les confessions de cette victime, âgée aujourd’hui de 49 ans, sur « une vie dans l’ombre de Roman Polanski » (le titre). Le livre va paraître aux USA en septembre (Atria books). La version en français en octobre.

 

Je vous recommande de lire l’article ci-dessous du Los Angeles Times, et de vous connecter sur le site du quotidien pour lire les commentaires des internautes sur ce papier.

 

L’immense majorité de ces lecteurs n’y va pas de main morte aussi bien avec le violeur qu’avec l’auteure de l’article.

 

Ce papier illustre la tolérance coupable de l’intelligentsia hollywoodienne face à la pédocriminalité dans ce milieu de dégénérés. L’auteure ne parle pas de viol dans le chapeau du papier mais de relation sexuelle (« having sex with »), et titre sur la publication « controversée » de la photo de couverture. C’est celle de Samantha, prise par Polanski un mois avant le viol. Comme si ce n’était pas bien de rappeler par l’image que ce monstre avait sodomisé une gamine de 13 ans.

 

 

Roman Polanski rape victim’s memoir features controversial cover

This photograph of Samantha   Geimer, which appears on the front cover of « The Girl: A Life in the   Shadow of Roman Polanski » was taken by Roman Polanski. (With   permission of Samantha Geimer / Atria Books)

By Rebecca Keegan

July 25, 2013, 12:41 p.m.

Samantha Geimer, the woman Roman Polanski was convicted of having sex with when she was 13, has released a provocative cover for her new memoir, « The Girl: A Life in the Shadow of Roman Polanski. »

The image is a photograph that the « Chinatown » director took of Geimer in 1977, three weeks before the notorious night that changed both of their lives.

In the photo, Geimer, then an aspiring model named Samantha Gailey, still has the chubby cheeks of a girl on the cusp of adolescence, a gold heart dangling from a chain on her neck and a far-away look in her eyes.

Polanski took the photo at Geimer’s home in Woodland Hills before coaxing her to pose topless.

Three weeks later, at another photo shoot at Jack Nicholson‘s home, the director gave Geimer a piece of a quaalude and some champagne, and raped her, according to court records.

Geimer, now 50, obtained the photo in a 1988 civil suit against Polanski, which resulted in the director agreeing to pay her $500,000 and surrender all the pictures he had taken of her. In a portion of the afterword to Geimer’s memoir provided by her publisher, Atria Books, Geimer’s lawyer, Lawrence Silver, shares some of the back story of the photo.

« In executing the search warrant, the police didn’t recognize the importance of a receipt/claim check from Sav-On Drugs’ photograph department, » Silver writes. « Years later, I was told that Polanski gave his lawyer the receipt, and they secured the printed roll of film and negatives from the drug store. During the civil suit, his lawyer had to turn those photos over to me. These photographs, important both legally and historically, would likely have never been discovered if not for the civil suit. »

Now 79 and living in France, Polanski has never returned to the U.S. to face sentencing in Geimer’s case.

s

In the last decade, the 35-year-old case has continually resurfaced.

In 2003, when Polanski was nominated for an Academy Award for directing « The Pianist, » Geimer wrote an op-ed for the Los Angeles Times, asking that Oscar voters « judge the movie, not the man. » In 2008, « Roman Polanski: Wanted and Desired, » a documentary largely sympathetic to the director, premiered at the Sundance Film Festival. In 2009, Swiss police arrested Polanski at the request of U.S. authorities, jailing him and placing him under house arrest. At the time, Geimer asked an appellate court to drop the charge against the film director, saying the publicity has disrupted her life.

Now Geimer will attempt to tell her side of the story, according to a description of the book released by her publisher, Atria Books.

« Samantha, as much as Polanski, has been a fugitive since the events of that night more than thirty years ago, » the description reads. « By telling her story in full for the first time, Samantha reclaims her identity, and indelibly proves that it is possible to move forward from victim to survivor, from confusion to certainty, from shame to strength. »

Polanski’s latest movie, a French-language adaptation of the Broadway play « Venus in Fur, » which premiered at the Cannes Film Festival in May, will be distributed in the U.S. by Sundance Selects.

« The Girl: A Life in the Shadow of Roman Polanski, » is due Sept. 17.

21 réponses à “Pédocriminalité : Samantha Geimer, la fillette de 13 violée et sodomisée par Polanski en 1977 à Hollywood, publie son histoire”

  • « On attend avec impatience les confessions de cette victime » Ah bon ? Parce que maintenant les victimes ont des confessions à faire ? Elle a commis une erreur en étant victime ? Elle a quelque chose à se reprocher, des excuses à faire à quelqu’un ?

  • tsuky:

    Jacques-M vous feriez mieux de vous taire.Jacques Thomet prouve par tous ses écrits qu’il ne considère jamais les victimes comme des coupables devant avouer ou se « confesser ».
    Il est au contraire un des très rares journalistes à prendre la défense des victimes de la pédocriminalité et à fustiger les ignobles collusions de bon nombre d’institutionnels , des médias et du show bizz.
    Le mot » confessions » est ici pris dans le sens de récit relatant les faits criminels subis par cette gamine.
    Lisez donc comment il décrit l’affaire d’Outreau dans son ouvrage et la vie de jimmy Saville en Angleterre
    qui a pu en toute impunité abuser et violenter des centaines d’enfants.Si vous trouvez une seule ligne en défaveur des victimes faites le savoir.

  • Tsuky, Je ne nie pas toutes les compétences de Jacques Thomet dans le journalisme d’investigations.
    Cependant, confesser signifie bien: « Avouer ses fautes ». Or, je ne voie pas, comme vous le dites vous-même, la faute d’avoir été victime. C’est un mot particulièrement mal choisi. Que vous vouliez ou non, les victimes ont une sensibilité très particulière quant aux mots et aux gestes des autres. Un mot ou un geste (même le plus petit) peut faire taire une victime pendant des années. Voire même la plonger dans une victimisation (ce que l’on appelle une « victimisation secondaire ») encore plus grave. Cela au lieu de se reconstruire. Les victimes parlent plutôt de « témoignage ». Aider des victimes lorsque le résultat final sera de les replonger dans des conditions pires encore, désolé, je n’y vois strictement aucun intérêt. Et cette partie psychologique devrait aussi être largement prise en considération. C’est plus important que l’on pourrait le croire. Cela d’autant plus que 53% des tentatives de suicides sont commises par des victimes d’abus et agressions sexuelles. Peut-être serait-il temps pour Jacques Thomet de s’entourer d’anciennes victimes pour arriver à plus concrétiser son travail.

    • Jacques Thomet:

      Arrête ton char ! J’ai passé des journées entières, puis au phone, sans limite, avec des enfants victimes de prédateurs sexuels.

      • LG:

        Je confirme: Jacques ne se contente pas d’écrire mais soutient concrètement les victimes en se mettant à leur disposition quand celles-ci ont besoin de parler , de se défouler verbalement, de pleurer, de se faire entendre…
        Même les médecins ne se sont pas montrés aussi disponibles !

      • Jacques Thomet, lorsque vous en aurez fait autant envers des victimes adultes victimes lors de leurs jeunesses et encore placées dans leurs premières phrases de reconstruction -ce dont j’ai pris en considération dans mon texte, je l’admets- vous verrez qu’elles sont encore bien plus fragiles. Les enfants victimes ne subissant pas encore trop de pression quant à la honte, la (dite) culpabilité, et souvent, peut-être même, encore une plus grande emprise.

        • Jacques Thomet:

          Comment peut-on dire que « les enfants victimes ne subissent pas encore trop de pression quant à la honte, la culpabilité » ??? Tentatives de suicide, automutilations, scarifications, voilà le quotidien de certaines des jeunes victimes à Outreau …

          • Jacques Thomet, vous savez très bien que les enfants ont vécu quelque chose de très spécial. C’est à dire le fait de ne pas avoir été reconnu par la justice. Une victime qui n’est pas reconnue comme victime peut pousser à la seconde victimisation. J’ai aussi une vidéo d’Action-Innocence dénonçant un autre cas sur mon blog internet. Néanmoins, une très grande partie des victimes, très certainement la plus importante, dénonce les faits subis une fois adulte. Où elles se seront enfoncées dans la honte, la culpabilité, voire même, pour certaines d’entre elles, dans l’emprise. Bien qu’aussi dans le déni et le refoulement.
            J’ai aussi aidé pas mal de victimes à s’en sortir. Aussi par internet. Et aussi qui parlaient pour la première fois. Cela allant, jusqu’au point d’en voir un, lors d’une de mes actions de prévention, m’acheter un livre sur la reconstruction s’enfuir de mon stand juste après l’achat du livre. Et cela de surcroit en pleine hystérie contre la pédophilie (et non contre la pédocriminalité et l’inceste).
            L’affaire d’ Outreau a certes été une grande catastrophe pour ses victimes, je ne le nie surtout pas, mais cela ne représente malheureusement pas toutes les victimes d’abus et d’agressions sexuelles. Elles sont même peut-être plus nombreuses que l’on pourrait se l’imaginer. Dont certaines d’entre elles ne parleront jamais.

    • tsuky:

      Jacques M votre situation de victime ne vous autorise pas à vous montrer injuste avec Jacques Thomet, même si le mot témoignage peut sembler préférable.On ne rejette pas l’action exceptionnelle d’un homme courageux face à l’omerta immonde des institutions et de la presse.Les vrais humanistes comme jacques Thomet se comptent sur les doigts de la main.Arrêtez de vous montrer puriste sur les mots et considérez plutôt le courage qu’il faut pour affronter les légions d’imposteurs qui massacrent l’Enfance.Jacques Thomet respecte profondément les enfants victimes et ne les a jamais considérés comme des fautifs.On ne juge pas un homme sur un mot mais sur l’ensemble de ses actes et de ses écrits.

      • Tsuky, je n’ai pas jugé Jacques Thomet d’aucune manière, il ne m’appartient pas de le faire. J’ai expliqué qu’un mot mal choisi ou un geste inapproprié pouvait avoir de lourdes conséquences. Et oui, en tant qu’ancienne victime j’ai à le faire. Comme vous le dites par votre message, beaucoup de personnes ne comprennent pas suffisamment les conséquences de leurs propres actions. Ce qui, comme je l’ai dit, peut entraîner des victimes à souffrir encore plus de leurs propres victimisations. Et comme vous le dites, peut-être, est-il enfin temps que ceux qui combattent l’inceste et la pédocriminalité doivent en prendre connaissance.

  • J’ajoute: Il y a dernièrement eu un livre très important parlant des problèmes des victimes quant à leurs reconstruction, c’est le livre noir des violences sexuelles de Madame Muriel Salmona. Vous y découvrirez le Comment et pourquoi des victimes se sentent maltraités, cela aussi par le corps médical. (Bien qu’en ce qui me concerne, ayant tout de même vécu la maltraitance sexuelle lors de ma jeune enfance, je ne sois pas non plus tout à fait d’accord avec celui-ci. Mais bon c’est peut-être un début quant à la souffrance des victimes venant de la société.) Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, mes expériences personnelles ont fait que je peux me considérer comme quelqu’un connaissant pas mal cette problématique.

    • tsuky:

      Personne ne vous dit que vous ne connaisez pas le problème.J’ai lu le livre de Muriel Salmona qui dit beaucoup de vérités sur les maltraitances infligées aux victimes même par ceux qui sont censés les combattre.Ceux qui défendent réellement les enfants ne sont pas légions raison de plus pour ne pas jeter sur eux des soupçons indignes.Si vous avez des éléments intéressants communiquez les à jacques Thomet au lieu de jouer les censeurs.Jacques Thomet respecte les souffrances de tous les enfants victimes y compris la vôtre alors respectez son travail colossal et son courage.

  • Marion89:

    Bonsoir,
    je me pose souvent la question, à savoir si cette jeune fille à l’époque aura été la seule victime de
    Polanski, j’ai du mal à y croire, sinon pourquoi n’a t-on jamais évoqué les autres, je n’ai rien trouvé dans
    ce sens

  • Marion89:

    Ah oui ! il me semblait bien avoir vu son nom associé à une autre affaire,  » Coral « , bizarrement il était en
    France quand le scandale fût dévoilé :
    http://www.alterinfo.net/L-affaire-Polanski-va-t-elle-rouvrir-les-dossiers-Coral-et-Zandvoort-aux-USA_a37657.html

    Donc ça ne m’étonne pas, aussi je me disais qu’il ne pouvait pas en rester là
    Il n’empêche que tout est étouffé là aussi et en toute impunité
    Ecoeurant !

  • Marion89:

    @ Capucine, bonjour,
    En effet j’ai trouvé son nom et sa photo :
    http://www.ladepeche.fr/article/2010/05/20/839300-actrice-charlotte-lewis-accuse-polanski-dis-verite-sait.html

    Je cite issu de cet article :
     » Néanmoins, une interview qu’elle avait donnée en 1999 au journal britannique News of the World, et ressortie depuis, a semé le trouble. « Je savais que Roman avait fait quelque chose de mal aux Etats-Unis, mais je voulais être sa maîtresse (…). Je le désirais probablement plus que lui ne le voulait », disait-elle à l’époque.  »

    Charlotte était mineure aussi, mais il semblerait qu’elle fût consentante à l’époque et revendiquait cette
    relation, c’est encore un autre cas de figure. De toute façon rien ne m’enlèvera de l’idée qu’il ne s’est pas limité à Samantha, pédophile 1 jour pédophile toujours ( dixit une armada de psy. )
    Son nom apparait aussi dans l’affaire  » Coral « , ce qui n’est pas rien non plus

    • Capucine:

      Merci Marion pour ce lien qui met en lumière les méandres de cette affaire… mais il est important de lire la suite de l’article, puisque vous avez malencontreusement cité seulement la phrase attribuée à Charlotte Lewis qui disqualifie son témoignage plus récent disant ce qu’elle a subi à l’époque de la part de Roman Polanski :

      « Nombre des citations qui me sont attribuées dans l’article de News of the World ne sont pas exactes », dit mercredi dans un communiqué l’actrice qui a été interrogée par la police et la justice de Los Angeles.

      « J’en reste aux déclarations que j’ai faites à la police de Los Angeles et au procureur du comté de Los Angeles, et je serais heureuse d’être confrontée à Roman Polanski, en face à face, n’importe quand, n’importe où dans le monde car je dis la vérité et il le sait », ajoute l’actrice.

      Roman Polanski est actuellement assigné à résidence en Suisse pour une autre affaire de « relations sexuelles illégales ». Il est dans l’attente d’une éventuelle extradition vers les Etats-Unis.

      « Juste après l’incident que j’ai eu avec M. Polanski, quand j’avais 16 ans, j’ai raconté à un ami la vérité sur ce qui s’est passé, comment M. Polanski a abusé de moi », explique mercredi l’actrice. « Mon avocat, Gloria Allred, a remis à la police un acte notarié de cet ami, il soutient mes déclarations », ajoute-t-elle. »

      Comment cela se passe-t-il lorsqu’une personne est interviewée, à votre avis ?

      Pensez-vous qu’elle a le droit de relire l’interview avant sa publication par le/la journaliste qui a recueilli ses propos ?

      Pensez-vous que lesdits propos sont toujours retranscrits avec le maximum de soin pour coller à ce que la personne qui a été interviewée a dit ?

      Pour en revenir à Polanski, sa capacité à mal agir… il faut prendre la mesure de l’énergie qu’il a été capable d’investir dès le début de sa carrière de cinéaste, dans des projets funestes : son film « Rose Mary’s baby » raconte la vraie naissance de l’antichrist, qui n’est autre que le fils du diable, et comme je l’ai dit, il n’est pas anodin que le rôle du diable qui va « engrosser » la jeune femme afin qu’elle donne naissance à cet enfant maléfique au possible, a été joué par Anton LaVey, qui a fondé l’église de Satan et est un sataniste avéré.

      Voici les articles qui apparaissent dans la recherche sur des extraits de ce film :

      https://www.google.ch/search?q=rosemary%27s+baby+extrait&ie=utf-8&oe=utf-8&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a&gws_rd=cr

      L’un d’eux est très complet et décrit et commente le film :

      http://www.alterinfo.net/Le-film-de-Polansky-Rosemary-s-baby-et-la-face-sombre-d-Hollywood_a56055.html

      Je viens de passer du temps à chercher un extrait du film qui concerne la scène de l’imprégnation avec la figure du diable qui se penche sur la jeune femme après qu’elle ait été droguée… j’ai déjà vu cet extrait, il est impressionnant… maléfique au plus haut point. En fait, c’est une vraie scène de satanisme, tout y est, ces détails que Polanski met en scène représentent ce qui se passe vraiment dans ce milieu. L’atmosphère qui s’en dégage est trouble, oppressante, malsaine au possible… je peine à comprendre le plaisir qu’il y a à touiller dans une telle atmosphère durant des semaines, des mois, pour réaliser le film…

      Avant cela, un an plus tôt, Polanski avait joué avec sa femme Sharon Tate dans un film de Vampires, plus tard, il va jouer dans et réaliser le film The Tenant (Le Locataire),, qui fait partie, avec RoseMary’s baby, d’une trilogie de film malsains, d’horreur sur fond réel. Ce qui est réel, ce sont les maléfices, les incantations, etc… que Polanski décrit avec un réalisme qui permet de dire qu’il a été conseillé par un vrai sorcier (c’est peut-être une preuve que Anton LaVey était réellement de la partie, bien qu’il n’ait pas figuré au générique du film).

      Je souligne cela juste pour qu’on se rende compte que Polanski est peut-être un génie du cinéma, en tant que réalisateur génial (bon, faudra encore qu’on me dise en quoi il l’est…. car je ne fais que colporter l’aura qui s’est créée autour de lui) mais il l’est dans un genre particulièrement malsain, le milieu du satanisme, des vampires, de l’horreur, sur fond de vérité.

      De plus le thème de la naissance de l’antéchrist est particulièrement significatif puisque le livre de l’Apocalypse nous annonce qu’il va y avoir un antéchrist qui va pervertir énormément de choses et de personnes dans ce monde.

      Tout ceci n’est pas anodin, on ne se lance pas dans une telle aventure en étant naïf, forcément Polanski devait être entouré de personnes au courant de la signification de tous ces symboles occultes réels qu’il met en scène, et du thème de l’antéchrist, ou fils du diable, qu’il traite avec grand réalisme. Peut-être même a-t-il fait partie d’un tel milieu… en tous les cas, ses actions ne sont pas brillantes, tout comme dans le film, dans sa propre vie une jeune femme est droguée pour être violée…

  • LG:

    Ce qui me parait plus grave c’est le film Rosemary’s Baby dont le conseiller scénariste n’est autre qu’Anton Lavey, le fondateur de la synagogue de Satan et l’auteur de la bible de satan.

    Anton Lavey, disciple de Crowley n’invente rien dans ce film où il est question de vendre une jeune fille au diable, GHB, viol satanique et enfant conçu avec le diable pour un dessein sordide.

    Tous les ingrédients du rituel satanique y sont, hormis le viol d’enfants en réunion et le sacrifice humain.
    Pourquoi Polanski a-t-il fait ce film, avec Lavey à ses côtés?
    Simple scénario ou reflet d’expériences vécues?
    Que peut en dire Gibert Abas?

    http://vigilantcitizen.com/moviesandtv/roman-polanskis-rosemarys-baby-and-the-dark-side-of-hollywood/

  • Marion89:

    @ Capucine,

    bonjour et merci pour toutes ces infos, je suis entièrement d’accord avec vous concernant l’état d’esprit de P.
    J’avais lu cette version aussi, mais je me disais qu’à 16 ans, qui ne se  » pâmerait pas  » pour un homme aussi célèbre ?
    Je vais en rajouter une couche, avec la première femme de P, enceinte de 8 mois, elle fût alors assassinée ainsi que 4 amis près d’elle ce jour là, par….:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Sharon_Tate

    Ou encore ici : http://www.liberation.fr/medias/0101454110-le-calvaire-sharon-tate

    Donc RP épouse Sharon en 1968 qui meurt assassinée en 69, il est accusé de pédo sur Samantha en 1977, Charlotte Lewis ( 16 ou 17 ans à l’époque l’accuse aussi pour des faits similaires qui se sont déroulés dans les années 65, mais elle se prostituait déjà ) et Edith Michelle ( alors majeure pourtant ) en 1974.
    Il avait commencé bien avant son mariage avec Sharon. C’est un milieu pourri et corrompu puissance 1000 que celui du show bizz et je pense que le meurtre de Sharon était en lien étroit avec la personnalité de RP et
    ses fréquentations.
    Pour LG, bonjour ,
    en effet le film  » Rosemary’s baby  » est symbolique de l’état d’esprit satanique des années 60/70, je reprends le lien de Capucine :
    http://www.alterinfo.net/Le-film-de-Polansky-Rosemary-s-baby-et-la-face-sombre-d-Hollywood_a56055.html

    Au départ RM avait prévu de donner à sa femme le rôle de Rosemary’s, mais elle fût assassinée entre temps :
     » LE MEURTRE DE SHARON TATE

    Roman Polanski et sa femme, Sharon Tate

    Avant de se décider pour Mia Farrow, Roman Polansky avait à l’origine prévu sa femme, Sharon Tate, pour jouer le rôle de Rosemary. Elle n’a pas été auditionnée pour le rôle mais fait une brève apparition non créditée dans le film, au cours de la scène de la fête. Quatorze mois après la sortie du film, Tate (qui était enceinte de 8 mois) a été rituellement tuée par des membres de la « famille » Manson. Elle a été poignardée 16 fois et ses tueurs ont inscrits le mot « porc » avec son sang sur les murs de la maison.  »

     » Selon de nombreux observateurs, les meurtres de Manson ont été programmés à l’aide de chansons des Beatles (Manson lui-même a affirmé que la chanson Helter Skelter contenait des messages cachés destinés à lui et sa famille).

    « Charles Manson a été programmé avec la musique des Beatles. (…) Ils font régulièrement appel à des esclaves et font des paroles hypnotiques destinées à être des indices pour les esclaves avant que la musique ne sorte. Par exemple, les paroles de « ain’t that a shame » vont altérer le comportement de certains vers la colère ». Pour un autre esclave, la chanson Everything is relative, in its own way”, rappelle à la personne du culte, la famille et l’obéissance. »
    -Fritz Springmeier, « La formule Illuminati pour créer un esclave indétectable par le contrôle mental »

    Comment est-ce possible que la majorité des citoyens se voilent la face à ce point ??

    Peut-on être intelligent et dérangé mentalement ? je me pose la question….Je ne sais plus si j’ai évoqué le festival de Cannes cette année, RP était présent il m’est venu la nausée quand je l’ai vu pour la première fois, pas très loin de moi, monter les marches sur le tapis rouge. Mais comment est-ce possible qu’ils cautionnent tous ?? Ici en photo avec sa femme, qui est vraiment Emmanuelle Seigner ? ( soeur de Mathilde ), elle n’est au courant de rien ?? Ils sont ensembles depuis 89.
    http://www.cannes.com/fr/culture/cannes-et-le-cinema/le-festival-de-cannes/la-montee-des-marches/festival-de-cannes-2013.html

    Encore un gros scandale c’est effarant de voir tous ces fans se prosterner devant lui, je ne comprends pas

    • Jacques Thomet:

      Soyons clairs:
      - On a vu DSK menotté à New York pour une histoire de fellation, conclue au pénal par un non-lieu, avec une immigrée majeure qui avait déjà gravement menti.
      - On voit RP montant libre les marches de Cannes sous les fleurs du mal.

      N’y a-t-il pas erreur dans les bracelets de l’histoire ?

      Dans la hiérarchie des valeurs actuelles en France, toucher à des mineures mène au ciel, et à l’enfer avec les majeures.

  • Marion89:

    Bonjour,
    encore une histoire sectaire derrière ?
    http://fr.news.yahoo.com/selena-gomez-détraqué-obsédé-star-massacre-famille-1641005
    Je me pose la question pour ce Daniel Green, surtout quand on sait ce qu’il se passe là bas.
    Je n’arrive pas à trouver d’infos supplémentaires sur lui

Laisser un commentaire

Catégories
Archives