Share to Google Plus

 

20 mai 2013

 

Le quotidien espagnol El Pais, l’un des meilleurs journaux au monde, consacre sa Une et une page entière ce matin aux révélations sur les viols commis dans les années 1980, mais prescrits, contre des fillettes de la sélection espagnole féminine de gymnastique par leur entraîneur, Jesus Carballo.

 

Je tiens à vous relater cette affaire pour démontrer une fois de plus combien le combat contre la pédocriminalité est actif en Espagne, contrairement à la France.

 

Ce cas précis de gymnastes espagnoles violées impunément pendant des années illustre d’autre part l’énorme difficulté des victimes de tels prédateurs à dénoncer ces méfaits, puisqu’elles ont attendu d’avoir près de 50 ans pour parler.

 

Comme en France, les viols sur mineurs sont prescrits quand la victime a passé l’âge de 38 ans, et une fois de plus ce constat devrait pousser les législateurs à les rendre imprescriptibles, ce que j’ai déjà souligné ici.

  

Pour qu’éclate ce scandale, il a fallu une rencontre récente des anciennes gymnastes entre elles, au cours de laquelle elles ont l’une après l’autre commencé à oser révéler ce qu’elles avaient subi.

 

Cette prise de conscience collective les a conduites à porter plainte, et la police, relève El Pais, qualifie de « totalement vrais » ces actes criminels.

 

Un juge espagnol a classé le dossier pour prescription, mais les avocats des victimes et le Conseil supérieur des sports ont fait appel à Madrid.  

 

Agé de 69 ans, Carballo, sélectionneur des gymnastes pendant 30 ans, a été suspendu par la fédération de gymnastique dès que la plainte a été déposée. « Il a détruit ma vie », a affirmé l’une des victimes, aujourd’hui âgée de 48 ans.

3 réponses à “Pédocriminalité : la lutte en Espagne contre ce fléau tranche avec le laxisme français”

  • un juge du coté des pedophiles:

    Un juge espagnol a classé le dossier pour prescription aors qu il ne semble apparemment pas conaitre les lois de son pays encore un juge qui protege les pedophiles au detriment des victimes de pedophilie c est le monde à l envers ! comment ce juge peut il travailler au sein de cette justice !

    Ce juge devrait etre radié illico presto de la justice en question un pourfendeur de pedophile n a pas sa place dans la justice ni dans les couloirs de la justice et devrait etre placé sous les bareau !

  • tsuky:

    Il est réconfortant de constater que certains pays prennent les mesures qui s’imposent face à la criminalité sexuelle.
    L’Espagne en effet a déjà neutralisé des réseaux pédocriminels s’attaquant même à des bébés.
    Elle a mis également en place des juges spécialisés pour la défense des femmes qui montrent leur efficacité.
    Ces juges demandés en France par les mouvements féministes et les défenseurs des victimes n’existent toujours pas, comme n’existe toujours pas ce pôle de magistrats spécialisés capable de contrer la pédocriminalité galopante.
    ce Pôle avait été demandé par Miguel Petit rapporteur de l’ONU qui avait condamné la France en 2002 pour son laxisme envers la pédocriminalité(articles dans le Parisien et l’HUmanité)
    Rien ne changera tant qu’un pôle de justice international composé de magistrats intègres et spécialisés ne sera pas crée.Celui ci permettrait à des victimes, des mères injustement condamnées , incarcérées ou internées, à des militants des droits des femmes et des enfants; de trouver une aide légale qui leur permettrait d’être réellement entendus.Les agresseurs pourraient ainsi être débusqués et cesseraient de nuire.

    la journaliste Ceri, sur le site « DONDE VAMOS » avec le même courage que Jacques THomet fait l’inventaire terrible de la criminalité sexuelle cachée, dans un grand nombre de pays, protégée et tue par nos piteux médias souvent beaucoup plus prompts à accabler les humanistes qu’à dénoncer les agresseurs souvent organisés et disposant de redoutables armes pour assassiner la vérité.

    Les politiques, la justice, les médias sont tous alimentés de témoignages accablants depuis longtemps.
    La politique des trois singes, en France et dans bien d’autres pays semble bien être la seule en vigueur.
    Pendant que des gamins se font massacrer, des juges chez nous s’amusent à afficher sur « le mur des cons « les têtes de ceux qui demandent que les lois soient appliquées à l’égard des crimes contre l’Enfance et les femmes.Et pendant ce temps là ,notre sociologue vedette des médias, Laurent Mucchielli, idole de la gauche judiciaire, politique et médiatique vient nous expliquer que nous vivons sous la « dictature d’une idéologie victimaire ».
    Compliments à ces quelques journalistes d’investigation courageux qui sauvent l’honneur d’un journalisme véreux et à l’agonie.

  • tsuky:

    hier, j’avais écrit un commentaire relatif aux différences entre justice Française et justice Espagnole.celui-ci figurait sur le site.Aujourd’hui, il a disparu.

Laisser un commentaire

Catégories
Commentaires récents
Archives