Share to Google Plus

13 mars 2013

Il est temps pour nous tous, ONG et particuliers, de monter au front pour exiger le vote immédiat par le Parlement d’une loi sur l’imprescriptibilité des crimes sexuels sur les mineurs, un renforcement des peines pour les prédateurs, et des Etats généraux pour la défense de l’enfance.

Le film de Serge Garde et mon investigation sur Outreau ont mis au jour les conséquences terrifiantes de ces assises pour les rejetons de notre pays quand ils sont victimes de viol : ils ne sont plus entendus, et leurs massacreurs restent impunis, quand ils ne récupèrent pas ces enfants aux dépens de leur mère.

Aucune de nos institutions, pour des raisons de plus en plus étranges, n’a abordé jusqu’ici cette question primordiale de l’enfance en danger en France. Pis encore : depuis trois mois, la logorrhée politique et médiatique s’est focalisée sur le mariage pour tous, et ses corollaires : la PMA ou la GMA.

Tous les intervenants n’ont cessé de parler du droit, ou non, à de telles procréations ou gestations médicalement assistées, sans JAMAIS toucher à la seule question urgente : les enfants violés et sans défense en France.

Depuis le lancement de mon blog, ainsi que la sortie du film « Outreau, l’autre vérité » (Serge Garde), et celle de mon livre « Retour à Outreau-Contre-enquête sur une manipulation pédocriminelle », je suis assailli de nouveaux témoignages hallucinants sur les violences sexuelles commises contre des mineurs, l’impunité de leurs auteurs, et le drame des mères qui ont osé confesser les crimes.

Une mobilisation s’impose pour forcer le pouvoir à ouvrir des Etats généraux sur l’enfance et à voter une loi sur cette imprescriptibilité des crimes sexuels contre des mineurs.

Aujourd’hui, aucune plainte en la matière n’est plus reçue au-delà des 38 ans atteints par la victime. Quand on sait les réticences d’un mineur à dénoncer les sévices commis contre lui, une absence de limite dans le temps pour ce faire empêchera les bourreaux d’échapper à une peine méritée, et surtout de recommencer à tout moment.

5 réponses à “Pédocriminalité : exigeons une loi immédiate sur l’imprescriptibilité des crimes sexuels sur les enfants !”

  • l’imprescriptibilité est un acte indispensable pour la victime. Ce devrait même être aux victimes d’en décider. C’est un droit de victimes, et non de la société. Et surtout pas pour lutter contre les pédocriminels, et encore moins lutter contre les pédophiles donc des gens ayant certes des attirances sexuelles envers les enfants, dont un grand nombre d’entre eux, pour ne pas affecter des enfants, ont préféré l’abstinence. S’il y a des gens qui veulent bien aider les victimes, ce sera un atout important.. Plus la société voudra apporter son aide, mieux ce sera. Merci à elles et eux. Mais celle-ci ne doit – devrait – devra pas les substituer.

    l’imprescriptibilité ne peut pas être conçue n’importe comment. Il est nécessaire que la victime puisse être psychologiquement aidée avant, durant, et même après le procès.: l’imprescriptibilité n’est pas, pour la victime, un acte anodin. Beaucoup de choses reviennent et peuvent revenir en mémoire. Et cela peut-être encore plus durant les procès et surtout lorsque l’agresseur ne veut pas reconnaître l’agression commise. Il est nécessaire que la victime (femme et/ou homme) soit soutenue. C’est même impératif.

    Pour ma part, bien que je sache que des victimes ne soient pas d’accord avec cela, je pense que les dépôts de plaintes devraient passer par les associations de victimes qui sont à même de mieux comprendre les victimes. Et je dit bien d’associations et non pas de psychologues qui, très souvent, ne connaissent pas tout-à-fait la problématique du traumatisme, ainsi que d’autres éléments concernant la victimisation, voire même après la victimisation, l’emprise, par exemple, où j’ai même du aider des victimes qui ne se comprenaient pas elles-mêmes.

    En tant qu’ancienne victime, voire même proche de victimes, en Suisse, j’ai été contre. Non pas pour que cela puisse ne pas être fait, mais parce que les conditions n’étaient surtout pas suffisantes pour les victimes: http://action-blanche.over-blog.com/article-l-imprescriptibilite-en-suisse-113232155.html :
    on ne fait pas rechercher, on ne recherche pas, les pédocriminels par l’imprescriptibilité . C’est d’ailleurs aussi pour cela que chaque victime devrait pouvoir rechercher, faire rechercher, son propre bourreaux, et aussi pourquoi l’imprescriptibilité est nécessaire. (Maintenant que des victimes veuillent se mettre ensemble pour dénoncer des faits envers un seul et unique pédocriminel, pourquoi pas. Je l’encourage même: Plusieurs victimes peuvent aussi plus facilement faire “pencher la balance”, par la décision des jurés.) Aussi, ne aucun cas, des victimes devraient être ennuyer par des gens qui voudraient les forcer à porter plainte. Des victimes peuvent peuvent aller mieux (s’être reconstruites) et ne pas en avoir besoin. Il est inutile dans ce cas précis de les replonger dans leurs propres anciennes souffrances.

  • christine C:

    BRAVO!!!!!

    c’est le moment de ne plus rien lacher!tous ensemble!

  • Simon:

    Bien évidemment nous devons nous mobiliser maintenant
    Nous devons vous aider, vous qui avez fait un énorme travail dans votre livre
    L’excellent film de Serge Garde, fait prendre conscience qu’il y a urgence à un grand changement dans la protection de l’enfance
    Des enfants sont prisonniers depuis des années, il est temps de se réveiller

  • Evelyne:

    Je suis d’accord, évidemment. Mais d’un point de vue pratique, comment fait on ?

    Il me semble que la 1ere des choses à faire, c’est de se constituer en collectif. Ensuite, au nom de ce collectif, on envoie des pétitions à l’échelle européenne (parce que c’est tout à fait là un sujet dont l’Europe entière devrait s’emparer). Et on suit ces pétitions de très près, en adoptant des stratégies d’efficacité : Il faut les envoyer notamment à des personnes médiatisées (acteurs, chanteurs, écrivains, présentateurs d’émissions (je pense à Eric Naulleau, le partenaire de Zemmour, par ex, ou à Courbet, Sabatier, Naguy, Patrick Sébastien… La liste peut être très longue, de personnes qui ont un carnet d’adresse bien rempli, et seraient tout à fait sensibles au problème et ravies d’agir, ne serait ce qu’en diffusant la pétition, ou en la soutenant officiellement. C’est juste une question de stratégie de groupe.

    Et avec une pétition qui a rassemblé de très nombreuses voix, appuyée officiellement par des gens célèbres (Adjani, Dujardin…entre autres), on peut ensuite aller EXIGER des députés nationaux et surtout européens qu’ils mouillent un peu leur chemise et s’occupent enfin du dossier.

    Dans cette époque que nous vivons, tout est basé sur la médiatisation. C’est la médiatisation qui a fait déraper le procès d’Outreau. Le buzz, comme on dit. Un buzz, ça peut se préparer et s’organiser intelligemment (stratégiquement), pour la bonne cause.

    Très souvent, je reçois des mails de remerciement d’AVAAZ, qui m’explique que grâce à telle ou telle pétition que j’ai signée, telle proposition de loi inquiétante a finalement été rejetée, ou telle autre, réclamée au contraire, adoptée. AVAAZ est un bon outil, me semble t’il. Parce qu’Avaaz diffuse à l’échelle internationale.

    Un tel collectif pourrait être créé sur le pouce ici même. Il suffit de lui trouver un nom. Il pourrait ensuite préparer un texte de pétition, et contacter toutes les associations de protection de l’enfance pour obtenir leur soutien. + les mouvements féministes. +les asso formées autour de la prostitution (la majorité, voire la quasi totalité des prostitués(ées) actuellement sur le trottoir en Europe du nord sont des personnes qui ont été violées AVANT d’entrer en prostitution, et bien souvent malheureusement pendant l’enfance. L’entrée en prostitution est un des dommages collatéraux courants du viol. On est donc dans un problème de salubrité publique. Aspect non négligeable, donc, que personne ou presque ne connait.)

    Ensuite, avec une liste de soutiens officiels (dont des personnalités connues), on balance la pétition partout.
    Une pétition qui réclame des Etats Généraux sur la pédocriminalité, l’imprescribilité pour les violences sexuelles sur mineurs, et une sévérité accrue pour les coupables.

    Dans la lancée, j’ai une autre pétition en tête : un soutien international pour ce membre du congrès américain, qui, en fin 2012, a déposé une demande officielle pour que le tribunal de La Haye soit déplacé ailleurs qu’en Hollande, pour la raison que malgré des témoignages accablants de plusieurs personnes, dont des membres ponctuels de son personnel, celui qui a été le ministre de la justice Hollandaise pendant plus de 10 ans echappe à toute enquête sur de nombreux faits de viols supposés sur mineurs, très protégé en haut lieu.
    Cet américain estime qu’il y a là un paradoxe scandaleux, à ce qu’un pays qui couvre ainsi sciemment un présumé pédophile héberge un tribunal international de justice.

    Une telle info, sur Avaaz, c’est une bombe nucléaire qui ferait pas mal de rififi dans les branches, autant au gouvernement hollandais qu’ailleurs. Si les Hollandais plient, les Belges voisins se sentiront sur la sellette également, et légèrement coincés aux entournures. Ca s’appelle frapper directement à la tête. C’est efficace, ça secoue tout le cocotier…

  • Simon:

    École en bateau : Léonide Kameneff passe aux aveux – Le Point
    http://www.lepoint.fr › Société
    Il y a 2 heures – Le fondateur de l’École en bateau Léonide Kameneff, principal accusé au procès des viols et agressions sexuelles dénoncés par d’anciens …

Laisser un commentaire

Catégories
Commentaires récents
Archives