Share to Google Plus

12 octobre 2012

Pour lever l’omerta sur l’énorme taux de criminalité sexuelle en France (cf. mon papier antérieur), il est temps d’exiger la création d’un registre national des délinquants sexuels, ouvert au public sur internet.

Cette mesure est déjà courante aux USA et dans l’ouest du Canada  (Manitoba, Saskatchewan, Alberta). Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, se bat actuellement pour qu’elle soit appliquée dans la « Belle province » du Québec.

Connectez-vous sur www.offendex.com et vous verrez sur le champ comment fonctionne le fichier américain, avec le répertoire de 750.000
délinquants sexuels. Si vous habitez à tel endroit, à telle rue, vous tapez l’adresse et dans la seconde une carte s’affiche avec la présence ou non dans le secteur de criminels sexuels libérés à tel et tel endroit de votre quartier. Un clic sur le lieu qui vous intéresse, et vous avez la fiche du délinquant, ainsi que son adresse précise, y compris l’étage si c’est un immeuble.

Evidemment, je me doute des hurlements que vont pousser les défenseurs des droits en tous genres devant une telle proposition, mais je m’en tape le coquillard.  Après mes 18 mois d’enquête sur la pédophilie à Outreau et ailleurs, mon objectif vise à sauver les enfants de tels prédateurs, puisqu’il est démontré que la récidive concerne 80% des délinquants sexuels.

Quand on connaît la monstruosité des viols commis à Outreau et ailleurs y compris sur des bébés, on ne peut que souhaiter la création d’un tel registre. Quel député ou quel sénateur ou quel ministre aura le courage de proposer cette mesure de salubrité ?

Elle ne vise pas à jeter l’opprobre public sur les condamnés une fois libérés. Ils bénéficient du droit à la réinsertion sociale comme tout autre ancien détenu. Mais les Français ont le droit de savoir s’ils ont pour voisin un ou des ex-délinquants sexuels, pour assurer ainsi la protection des enfants, des mineurs et des femmes.

Un débat urgent s’impose sur ce thème, comme c’est le cas au Québec, où le quotidien « Journal de Montréal » a publié pendant
trois jours un « dossier pédophilie » fin septembre. L’un de nos grands journaux serait bienvenu de l’imiter en France, pour briser l’omerta
toujours en cours depuis Outreau.

8 réponses à “Pédophilie : un registre national des délinquants sexuels, ouvert au public sur internet, s’impose en France”

  • « … s’impose en France … » Mais également en Belgique !

    http://www.cineyrgie.nl/?id=3303

    Extrait :

    EXCLUSIF DUTROUX : les inimaginables tortures corporelles de Julie et de Melissa :

    …. « L’enquêteur de la BSR de Charleroi ne devait pas découvrir les fillettes devenues témoins gênants. Le serrurier qui accompagnait le fieffé limier avait pourtant, selon ses propres termes, « distinctement identifié les voix » dans la cave de la maison de Marcinelle où ils se trouvaient tous les deux.
    « J’ai eu l’impression de gamines qui parlaient ou jouaient. C’était excessivement proche » explique-t-il. Mais il ignorait que René Michaux recherchait les petites disparues rapporte l’agence Belga (30 mars 2004). »…

    … « Or, les enfants étaient repliés sur eux-mêmes, nus et entièrement ficelés par les fils électriques quand la pelleteuse les a dégagés du sol. Les photos prises sur les lieux et lors des autopsies ordonnées par la P.J. de Liège le montrent clairement.
    A la vue de ces photos que le hasard me mit entre les mains, surgit l’effroi. On ne veut pas voir !
    Aussi fallut-il un certain temps avant que je n’y repère des éléments troublants. Je n’ai pas la formation du légiste mais j’ai des yeux et une certaine intelligence.
    Aussi vous demanderai-je de vous mettre à ma place en imaginant le périnée d’une enfant recroquevillée sur elle-même : deux trous béants : les orifices vaginal et anal. La photo numérotée 63 est un gros plan de l’anus montrant une dilatation de 4 cm de diamètre (une règle avoisine la béance). Plus haut, sur la grande lèvre gauche, un point de suture enserre un bourrelet de peau. La photo 30 montre que le fil électrique transperçait cette région !
    Quel fut l’intérêt de recoudre cette perforation de la vulve du cadavre ?
    Ailleurs, sur la photo 53 (vue latérale gauche), le fil électrique pénètre à la partie externe du sein et ressort à sa partie supérieure !
    Seule une alêne, cette aiguille utilisée au travail de la peausserie, a pu entraîner le fil électrique à travers les peaux. Les enfants étaient-ils morts quand ils ont été ainsi ligotés ? Par quel sadisme morbide leur emballeur aurait-il agi ?
    Pour des raisons louables mais mensongères, les autorités judiciaires ont peut-être voulu étouffer la vérité. Se sont-elles rendu compte qu’en agissant ainsi, elles se sont instituées complices de ce qui s’affirme être, au vu des événements récents, un réseau de criminalité polymorphe mondial !
    Je n’ose croire que les représentants de nos institutions y soient mêlés, mais je me suis posé des questions quand les députés de notre parlement ont quitté la séance en insultant le jeune représentant Laurent Louis qui réclamait, c’était son droit, la réouverture de ce dossier bis brûlant…
    L’association de fait NNSPMDF (Nousnesommespasmortesdefaim) est née de multiples déductions et constatations du même ordre. Elle compte de nombreux membres dispersés aux quatre coins du pays, et tient à ranimer la braise au cœur des démocrates blasés par des pouvoirs qui se sont moqués d’eux.
    Il est grand temps que la vérité soit révélée pour que cesse ce commerce abject des enfants.
    Roger Morelle, ce 10 octobre 2012 »

    *Avec tout le respect et l’admiration de Paul-Emile Charlton envers le Collectif NNSPMDF pour leur lutte courage exemplaire.

  • Yaellachevresauvage:

    Je suggère plusieurs annotations, ou une classification:
    - en noir les récidivistes
    - en rouge les condamnés
    - en orange ceux qui ont échappé à la condamnation soit par manque de preuves alors qu’il y a une évidence (comme à Outreau par exemple) soit parce que ces monstres ont menacé la ou les victimes pour qu’elles n’aillent pas au bout de leur plainte (ah ben tiens, encore comme à Outreau)

  • Simon:

    « Outreau » c’est tous les jours, qu’on massacre les victimes
    Plus on veut défendre les enfants, plus la justice est complice des agresseurs,
    Un exemple de copinage à suivre à St Malo le jeudi 18 octobre à 13 H au TGI
    Une petite fille s’est confiée à sa grand mère,
    La grand mère auditionnée par les gendarmes a tout raconté
    Elle est poursuivie pour dénonciation calomnieuse

  • Simon:

    Pensez au covoiturage,
    En étant nombreux, pour soutenir la petite fille et sa grand mère
    Vous protégez aussi vos enfants et vos petits enfants
    Ne dites pas « oui, mais ce n’est peut-être pas comme nous »
    Eh bien si, c’est comme vous,
    Une petite fille de 3 ans 1/2 victime de viol, que la justice refuse de protéger
    Les médias seront-ils présents à ST MALO LE 18 OCTOBRE à 13 H ??

  • lulu:

    Une élue parisienne EELV figure parmi les 17 personnes interpellées en France et entendues cette semaine lors du démantèlement d’un réseau de blanchiment de fonds liés au trafic de drogue, a indiqué une source proche du dossier, confirmant une information d’Europe 1. – Philippe Huguen/AFP

    Quand le démantèlement des réseaux pédophiles ?
    qui rendraient la liberté aux « enfants otages » en France !!!

    • Jacques Thomet:

      @lulu
      Oui, tu as raison. Il faudrait aussi réagir auprès des associations féministes qui ont manifesté avec juste raison contre le verdict des assises avant-hier sur les viols en réunion, baptisés « tournantes » par les médias. Pourquoi n’incluent-elles pas la pédophilie dans leurs revendications ?

  • Bazin:

    Pensant trouver justement une liste mentionnant tous çes délinquants sexuels car je viens d apprendre que malheureusement un de mes cousins est fiché et je voulais vérifier avant de lancer une » bombe  »au sein de la famille. Mais a ma grande surprise ça n existe pas chez nous . Alors membres du gouvernement et autres une lois qui stipule que tous citoyens est en droit de savoir si des prédateurs vivent auprès de chez nous . Alors a vos crayons.

Laisser un commentaire

Catégories
Commentaires récents
Archives