Share to Google Plus

05 AOUT 2010 

Avec une cote de popularité de 80%, le président colombien laisse sa place samedi 7 août à son ex-ministre de la Défense, Juan Manuel Santos, après huit années à la tête du pays andin, sur un bilan autant héroïque qu’élogieux dans une nation minée par le terrorisme. 

Alvaro Uribe laissera une trace indélébile dans la mémoire des 45 millions de Colombiens, pour avoir réduit à la portion congrue les terroristes des FARC, de l’ELN et les paramilitaires, alors qu’il aura fait face sans relâche aux sourdes complicités de la justice avec les terroristes. 

Cette lutte acharnée et quotidienne sur tous les tableaux explique sans doute son principal échec, sans l’excuser car ses conseillers auraient dû y remédier : une communication désuète, voire absente à l’international, doublée d’une diplomatie à l’encan. 

Aujourd’hui, les Colombiens peuvent se promener en voiture dans tout le pays sans risquer de se faire enlever au premier carrefour par la guérilla, ou de périr dans un attentat aveugle à la voiture piégée. J'en ai été un témoin privilégié sur place.

Ce n’était pas le cas en 2002, année de sa prise de fonction, avec à l’époque 3.200 séquestrations par an, la plupart par les FARC et l’ELN (contre moins de 200 en 2010), et 45.000 morts violentes (contre moins de 15.000 en 2009). 

Grâce à sa politique dite de « sécurité démocratique », Uribe a réussi à laminer les FARC, passées de 18.000 à moins de 6.000 hommes, et l’ELN, désormais inexistante après avoir compté 5.000 hommes et s’être distinguée avec l’enlèvement de 250 fidèles dans une église de Cali en 1999. 30.000 paramilitaires ont rendu les armes depuis 2003, et tous leurs chefs, 16 au total, ont déjà été extradés aux USA pour y être jugés. Les assassinats de syndicalistes ont été dans le même temps réduits à leur plus simple expression.

La lutte contre les FARC, auteurs d’assassinats collectifs de civils, au style irakien d’aujourd’hui, comme les 36 morts au club El Nogal de Bogota en 2003, a porté ses fruits. Le N°2 Raul Reyes a été abattu, le n°3 exécuté par son garde du corps, et les ordinateurs saisis dans le camp du premier – validés par Interpol – ont révélé 37.000 fichiers dévastateurs pour leurs complices à l’intérieur et à l’étranger, notamment au Venezuela avec Hugo Chavez. 

Ce combat a eu en point d’orgue la libération de 15 otages illustres le 2 juillet 2008 par un commando des services secrets colombiens dans l’opération Jaque. Ingrid Betancourt, trois Américains de la lutte anti-drogue et onze officiers de l’armée colombienne avaient alors recouvré la liberté. Quatre autres officiers, dont le général Mendieta, avaient eux aussi été sauvés dans une attaque de l’armée cette année. La plupart étaient otages depuis 12 ans ! 

De tels succès ont eu lieu en dépit de la présence en Colombie d’une Cinquième colonne active : celle des magistrats de la Cour suprême de justice. Complices des narcos et des FARC, ces juges n’ont cessé de poursuivre des élus pour de présumés contacts avec les paramilitaires, sans jamais faire de même avec les sénateurs et députés devenus les relais des FARC, comme Piedad Cordoba. 

Depuis 14 mois, la Cour suprême, dont les membres corrompus ont bénéficié de l’opération « promenade » en 2006, avec un voyage d’agrément avec leurs épouses payé par un complice des narcos à Neiva (au sud, dans le Huila), n’a toujours pas désigné l’avocat général sur la liste de trois candidats proposée, selon la Constitution, par Alvaro Uribe ! Ces magistrats ont ainsi tenté d’échapper aux poursuites que le ministère public ne manquerait pas d’engager contre eux. L’opération « promenade » visait à honorer un certain Yesid Ramirez, alors président de la Cour, avec remise de cadeaux millionnaires par le narco. C’est ce même Yesid Ramirez qui vient de poursuivre, hors du cadre de sa juridiction, un fils d’Alvaro Uribe, Tomas, pour une présumée nomination amicale de notaires. Les écoutes ont permis de révéler que ce magistrat avait traité d’assassin le président, qui vient de porter plainte contre lui hier. 

Le régime d’Alvaro Uribe s’achève avec une nouvelle preuve des obstacles internes à une totale éradication du terrorisme, mis par la justice dans les roues de l'Exécutif, avec le soutien d’une presse aveuglée par sa tolérance face au terrorisme. 

Plusieurs agents des services secrets (DAS) et de l’UIAF (Unité des analyses financières), organe du ministère des Finances équivalent de notre Tracfin en France, sont poursuivis en ce moment pour avoir espionné les magistrats et épluché leurs comptes. La presse de gauche en Colombie dénonce un nouveau Watergate. J’en suis horrifié !

Mais c’est le devoir de ces agences de l’Etat que de traquer le blanchiment d’argent et le terrorisme ! Aucun de ces organismes n’est remis en question en France, alors même que nous n’avons pas l’équivalent des FARC sur notre sol ! Au contraire, c’est grâce à leurs écoutes téléphoniques et leurs filatures que les scandales financiers ont fini par être dénoncés à Paris… 

27 réponses à “ALVARO URIBE S’EN VA EN HEROS APRES AVOIR LAMINE LES FARC ET RAMENE LA PAIX MALGRE UNE JUSTICE AUX MAINS DE LA GUERILLA”

  • Maurice:

    Un grand président qui a réussi à amener la Colombie au seuil de la réussite tant dans le domaine de la sécurité que dans celui de l’économie . Les progrés de ce pays pendant les huit années de mandat ont été constant malgré l’isolement et le soutien pratiquement ouvert de certains voisins à la guerilla qui avait ruiné le pays et sa réputation .Grace à son action les investisseurs sont revenus , le tourisme renait et l’économie redémarre malgré la brouille avec le plus gros client , le Venezuela .La perte causée par le blocus vénézuélien est en cours d’effacement , excepté dans les zones frontaliéres , grace à la conquéte de nouveaux marchés . Il semblerait que la plus grosse victime de ce blocus en soit l’initiateur , il est vrai que Ubu Chavez soit expert dans le role de l’arroseur arrosé (il faut bien qu’il soit expert en quelque chose !)

    Maintenant la Colombie est à la croisée des chemeins . Soit Santos est à la hauteur des espérances qu’il a fait naitre , alors il peut amener son pays vers les sommets . Si il garde la confiance et le soutien du peuple Colombien , il a beaucoup d’atouts dans la main , dont un essentiel la faiblesse économique de ses principaux voisins , Equateur et Venezuela , ou jouant sur la proximité , il peut concurrencer le Brésil , surtout dans une période post-chaviste ou ce pays aura besoin de tous et de tout pour reconstruire une économie ruinée .L’Equateur , plus réaliste , recommence à sourire au nouveau Président et amorcera rapidement un virage plus serré et pourra concrétiser un rapprochement . Pour les autres pays , il faudra rétablir des relations plus cordiales ,s’imposer comme partenaire commercial . Les investisseurs devraient continuer à affluer malgré l’embellie économique du Continent Sud-Américain , avec une préférence pour les investisseurs US . Il reste à espérer que Obama lui concéde la qualité de « client privilégié ». Il est vrai que le soutien de ses alliés n’est pas la qualité premiére des gouvernements US.Donc de nombreux atouts : à lui de les utiliser pour le bien de son pays .Si il n’en a pas la capacité , le retour serait triste et verrait une reprise de la guerilla , la fuite des investisseurs , ect . La meilleure nouvele pour la Colombie serait la chute (prévisible) de Chavez . En toute logique celle-ci devrait se produire pendant le premier mandat de Santos . Souhaitons lui bonne chance , toutes les chances , y compris la derniére possibilité évoquée !!!

  • Fabio:

    La raison de son succes? Il possede la qualité la plus rare, en fait la plus precieuse d’un politicien, raison d’être du service publique: il s’identifie avec les gens, souffre avec leurs souffrances, se rejouit de leurs bonheurs, et, sans les vulgaires gesticulations qui caracterisent les politiciens, « travaille, travaille, travaille », meme au detriment de sa santé, avec un courage, determination, discipline et competence sans pair, jusqu’a voir realisé les reves des gens. Sans lui, son pays serait depuis longtemps sous une dictature et avec plusieurs centaines de milliers de morts.

    En plus, il a de la chance. On ne sait plus combien de dizaines d’attentat il a pu echapper vivant.

    Sans doute, un miracle, plus qu’une rareté historique. Quelq’un de son rang et sa classe, une fois par siecle.

    Soyons heureux de ce que nous avons temoigné, et de notre grain d’apport à sa cause.

  • yves:

    Une méthode et une leçon vivantes certainement observées avec envie par les autres politiciens en place ou à venir de ce monde.

    Président Uribe : Mes Hommages .

    Uribe a bien mérité les 2 posts de Maurice et Fabio antérieurs au mien …

  • jose:

    Maurice et Fabio disent avec bien plus de verbes ce que pense de Uribe; un grand homme d’etat, un grand economiste, un grand humaniste!

    La disparition de Chavez n’est qu’une question de temps car ses alies d’aujourd’hui ne sont que des alies « achetes » par l’etat Venez et son petrole.
    Le dictateur Chavez a place le Venez economique et politique sous controle des Cubains. Les Cubains ont mene le Venecuba en banqueroute comme ils l’ont fait chez eux.
    Le petrole ne coule plus « a flot » a 150$ le barile mais « goute a goute » a 67$ le barile et s’exporte tant bien que mal en echange de promesses de payments ulterieurs ou d’echange contre des aliments (riz, cafe, sucre, viande, etc…) qui arrivent au Venecuba par miliers de containers dans les ports Venez controles eux aussi par les Cubains. Ces centaines de miliers de tonnes d’aliments pouris sont decharges et laisses a l’abandon car « impropre a la consumation humaine des leurs achats ». Achats commandes par ses Cubains a echange monetaire « favorable ».
    Chavez a prepare son commerce avec ses « confiscations et nationalisations » des secteurs productifs alimentaires prives et par l’interdiction d’importation d’aliments humains de la Colombie qui faisait a elle seule les 70% de la consomation d’aliments humains au Venez.
    Addition facile; 30% de l’alimentation humaine produite au Venez plus 70% de l’alimentation humaine importee de Colombie egale a 100% l’alimentation des Venezueliens. Zero % d’importation de la Colombie plus Zero % de production locale egale a 100% du marche alimentaire aux mains de Chavez, de ses amis Cubains et de sa famille.
    Pour les francais: immaginez le meme scenario en France ou votre president donnerait toutes importations et controle d’aliments a ses amis d’Algerie apres avoir confisque toutes les entreprises alimentaires francaises et interdit tout importation d’aliments d’autre pays a moins qu’elles soient faites a travers les agents Algeriens controlant votre alimentation.

    A Panama, les gens se rejouissent de cette infamie de Chavez.
    Depuis l’ambargo de Chavez sur les produits Colombiens, les supers marches de Panama sont innondes des produits de Colombie.
    Les oignons importes des USA coutaient 4$ la livre, les oignons locaux coutaient 4$ la livre dont la moitie etaient pouries. Les oignons importes de Colombie coutent 1.50$ la livre et sont bien meilleurs que ceux des USA ou locaux. Les Choux-fleurs importes des USA coutaient 6$ la livre, ceux de Colombie coutent 1,2$ la livre. Viande et autres produits de consomations importes de Colombie nous donnent un abaissement des prix de 80%.

    MERCI CHAVEZ POUR VOTRE INGENUE THEORIE POLITICO-FINANCIAIRE CUBAINE. VOTRE INGENOSITE REDUIT LES DEPENSES DES PANAMIENS, EGALISE LES EXPORTATIONS COLOMBIENNES MALGRE QU’ELLES AFFAMENT VOS VENEZUELIENS DONT VOUS N’AVEZ QUE FAIRE SI CE N’EST QUE DE VOUS ENRICHIR VOUS ET VOS PROCHES COMME LE FIRENT LES DICTATEURS ET LES CAPOS DE LA MAFIA.
    CHAVEZ, VOUS ETE UN GRAND CRIMINEL QUI TERMINERA PENDU SOUS UNE CORDE.

    Monsieur le president Uribe, grand merci d’avoir tenu tete aux ennemis de la Democratie.

    L’embargo se Chavez sur les prduits

  • jose:

    Sorry yves,
    J’envoyais mon commentaire pendant que vous envoyez le votre.
    Je me joins a votre pensee comme je me suis joins a celles de Maurice et de Fabio.
    Viva Santos, muerte a Chavez.

  • phiconvers:

    Un immense bravo au président Uribe, que les Colombiens, pour une immense majorité, regrettent déjà. Je ne veux pas insulter l’avenir mais je suis sûr que j’aimerai moins Santos que son brillant prédecesseur, qui m’a fait retrouver, à titre personnel, l’espérance dans la politique. Il reste beaucoup d’ornières en Colombie, dénoncées à juste titre sur ce blog : la justice, la diplomatie, les infrastructures notamment. Mais si Santos ne se montre pas trop indigne de son merveilleux héritage, le pays saura poursuivre son chemin vers le développement et la juste compétition avec un Brésil décidément trop orgueilleux.

    Puisque l’on parle beaucoup d’articles d’archives ces derniers jours, j’invite ceux que ça intéresse à (re)lire les articles que j’ai consacrés ces dernières années à la Colombie, en particulier ma « chronique pour y voir plus clair dans les Andes » :
    http://www.agoravox.fr/auteur/phiconvers

  • Boynton:

    Bonjour,
    Hors sujet, mais, souvenons-nous d’échanges anciens…
    Un investigateur de la Police admet avoir manipulé des données des ordinateurs de Reyès avant de les remettre à disposition de la Fiscalia.
    El Pais: http://www.elpais.com.co/elpais/judicial/noticias/uniformado-confeso-manipular-informacion-computadores-?raul-reyes?
    Soit il ment, soit le rapport d’Interpol a mal été interprété: ce dernier disait en substance qu’aucune preuve de manipulation n’avait pu être mise en évidence, ce qui n’excluait pas cette possibilité.
    On en reparlera sans aucun doute.

  • Fabio:

    Bof, ce n’est pas nouveau, c’est ce que Telesur affirme depuis deux ans. Ca ne serait pas une surprise si ce Ronald Coy a fait des voyages repetés a Caracas et Buenos Aires avant ces nouvelles declarations, commme celui la (Meneses est son nom?) Colonel ou Majeur de la Police « temoin » qui accuse Uribe de diriger des cellules paramilitaires.

    Je laisse le gouvernement colombien se defendre, ils sont assez grands pour ca.

  • Fabio:

    Petit article aujourd’hui, parmis des dizaines qu’on pourrait citer, sur la corruption de la justice colombienne et ses faux temoins. Cette semaine finalement a ete prouvé que toutes les accusations des « temoins » narcos et paramilitaires contre l’ancien maire de Medellin etaient inventées. Il a eu de la chance car il y a des centaines de gens emprisonnees et condamnées par des accusations bidons similaires. Quand meme ca a permis a la presse internationale de prendre des conclusions et faire la difamation d’un pays entier pendant des années.

    —–

    Plinio Apuleyo Mendoza

    ¿Líder o jarrón chino?
    Mañana entregará el mando. No quiero detenerme en lo que sabemos de sobra. Álvaro Uribe fue un mandatario excepcional. Ninguno había logrado tanto en el campo de la seguridad, del desarrollo, de la confianza inversionista y de los programas sociales. Ahora la pregunta que todos nos hacemos es la de cuál va a ser su vida a partir de mañana.

    Voy a permitirme el papel de vidente. Conociéndolo, no creo que vaya a refugiarse en su finca ni a concederse un descanso prolongado en el exterior. Como ex presidente, no hará el papel ornamental de un florero. O de un jarrón chino, como suele decir con humor Ernesto Samper. No es un hombre que pueda abandonar el combate emprendido por él. Tal es su destino; su carácter.

    Contra lo que muchos piensan, hay tareas vitales para el país que él puede realizar con más eficacia y libertad fuera y no dentro del poder. La más importante: confrontar la guerra jurídica; guerra que, gracias a manipulados procesos y condenas a personajes de su entorno, busca presentarlo como inspirador o encubridor de delitos de lesa humanidad.

    Quien con más empeño anima desde la sombra esta guerra es ‘Alfonso Cano’. Un video suyo lo ha confirmado. A tiempo que propone al nuevo gobierno conversaciones de paz, habla de acciones judiciales contra la administración saliente. Incluso, se permite felicitar a la Corte Suprema de Justicia por « vincular con crímenes de lesa humanidad a un grupo muy selecto de los llamados ‘parapolíticos’ ».

    Ahora bien, todos sabemos que la CSJ, en guerra contra el presidente Uribe desde el 2006, ha abierto el fuego de sus inculpaciones contra muchos militares, parlamentarios, gobernadores y funcionarios cercanos al Gobierno. Nunca sus magistrados le perdonaron al Presidente que dejara el recurso de la tutela en manos de la Corte Constitucional. Consideraron que con ello buscaba facilitar los trámites de una nueva reelección suya. Y con ánimo de retaliación, jueces y fiscales bajo su control partieron siempre en sus investigaciones de una presunción de culpabilidad y dieron crédito a falsos testigos, muchos de ellos deslizados por agentes de las Farc. Es una realidad que el Presidente conoce de sobra y que fuera del poder puede denunciar de manera más libre.

    Tampoco podrá guardar silencio cuando ‘Cano’ reitere sus ofertas de paz y Chávez las presente como un signo de cambio propicio para restablecer las relaciones con Colombia. Oiremos de nuevo voces de apoyo a tal iniciativa, con la cantinela pacifista de siempre, la misma que auspició el Caguán.

    Muchos dirán que, para no ponerle palos en la rueda al nuevo gobierno, el ex presidente Uribe deberá abstenerse de cualquier pronunciamiento. Creo, desde luego, que Juan Manuel Santos no comerá cuentos con las propuestas de paz de ‘Alfonso Cano’. También pienso que un entendimiento suyo con la Corte Suprema de Justicia no escamoteará su empeño de llevar a la Fiscalía a un hombre riguroso e independiente. Pero una política de borrón y cuenta nueva puede hacer olvidar a los inocentes inculpados.

    ¿Cómo impedir que una justicia infiltrada, convertida en arma de guerra, se sirva para sus fines del simple afán informativo de los medios de comunicación y de una opinión desprevenida? ¿Cómo proteger de tales maniobras a los militares?

    Son todas inquietudes válidas. Pienso que Uribe encontrará la manera de liderar una vigilante corriente de opinión que haga frente a la guerra jurídica y a todos sus aliados dentro del país y fuera de él. Con su prestigio, él podría movilizar muchos amigos en el ámbito internacional. Todo ello le vendría muy bien al nuevo gobierno. Sería una manera de articular, al fin desde el lado democrático, una real combinación de formas de lucha.

    Plinio Apuleyo Mendoza

  • Fabio:

    Le lien de El Pais ne marche pas. Ce qui est drole est que seulement Telesur parle de la nouvelle, mais pas dans la page principal LOL. Seulement en petit lettre dans « Amerique Latine ».

  • Boynton:

    Bonjour Fabio,
    Le lien s’était modifié à la copie, voici le bon:
    http://www.elpais.com.co/elpais/judicial/noticias/uniformado-confeso-manipular-informacion-computadores-?raul-reyes?
    Sinon, une recherche Internet sur « Ronald Coy », par exemple avec Google, sur les dernières 24 heures te convaincra que Telesur n’est pas le seul media à en parler.
    La validité des accusations fondées sur l’informatique de Reyès va sans doute maintenant être remise en cause.

  • Boynton:

    Le lien se modifie à chaque fois après envoi. Le voici sans le http://www.

    elpais.com.co/elpais/judicial/noticias/uniformado-confeso-manipular-informacion-computadores-?raul-reyes?

  • Fabio:

    Et oui, il n’y a pas que Telesur, il y a aussi AVN, Anncol, les sites americains pro-Farc, etc. Demain le Reseau Voltaire et le Diplo en France, sans doute. Dans une semaine « Courrier International » et le Pridvaroff.

    C’est curieux que les Farc et Chavez ne se sont jamais mis d’accord sur leur reaction sur l’ordinateur de Reyes. Les lundi, mercredi, vendredi, ils affirmaient que c’etait un ordinateur faux et planté, car un ordinateur ne pouvait pas survivre un bombardement. Mais les Mardis et Jeudis ils disaient que le gouvernement colombien avait manipulé le vrai ordinateur de reyes (les samedis et dimanche, on mange comme un roi et boit la Polar). LOL. Concluons donc que le gouvernement colombien l’a planté pour ensuite le manipuler, et duper Interpol et tout le monde n’est ce pas? LOL :D Quel est votre avis Boynton?

    J’ai toujours pensé que notre esoterique Boynton etait soit predisposé à la philousophie derridadaiste francaise, soit il possedait un grain de mauvais foi, soit toutes les deux — apres tout les philousophes francais (avec quelques exceptions notables) ne sont pas le modele d’honneté intellectuelle. Toujours sufisament raisonné pour poser en argumentation serieuse, mais toujours suffisament ambigu pour laisser le terrain à l’affabulation arbitraire.

    Interpol parcontre a toujours ete clair cristalin: les ordinateurs n’ont pas ete manipulés, quoique on ne peut pas prendre des conclusions sur le contenu des fichiers. En l’occurrence c’est evident qu’e malgré les affirmations du gouvernement colombien, on ne peut pas prouver que l’hipopotame demandait aux Farc garder l’Ingrate 20-30 ans, ou que Marquez vivait protegé a Caracas.

    Ces ordinateurs ont servi au gouv colombien pour trouver les coordonnées des Farc au Venezuela, et leur reseau international, ce qui est maintenant bien connu et prouvé. Si maintenant les juges, Farc et Chavez veulent rentrer en scene et jouer leur jeu, ca tombe deux ans trop tard pour eux.

    Minuit ici, il faut se coucher, bon soir a tous.

  • alexis:

    Un gran Bravo y u Gracias Presidente Uribe, elpueblo esta contigo y te defendera de los guerrillos de la Cotr Suprema-mente Podrida de Injusticia y todos sus esbirros y lacayos

  • Nicolas:

    Gracias Presidente Alvaro Uribe !
    Tout a été très bien dit sur ce blog et je ne peux que témoigner à mon tour de mon admiration pour ce grand président dont l’histoire retiendra, je l’espère, le courage, la détermination et la force de travail au service de son peuple.
    A l’heure où tant de politiciens de par le monde démontrent, jour après jour, qu’ils ne sont pas là pour servir mais pour se servir, et que leur élection est seulement le moyen d’une ascension personnelle et égoïste, Alvaro Uribe fait au contraire partie de ces hommes d’Etat, si rares, qui sont au service des autres. Il faut espérer que son successeur soit aussi de ceux qui contribuent à redonner à la politique toutes ses lettres de noblesse.

  • Maurice:

    Que se passe-t-il ? Une déclaration intéressante (voire intelligente si ce n’est pas une erreur de la presse)du secretaire d’Etat envoye representé la France à la passation de pouvoir entre Uribe et Santos .Celui-ci évoque comme un fait établi la présence de guerilleros de la Farcs au Venezuela san spour autant impliqué le gouvernement de Chavez .Il est vrai que l’on peut aisément confondre quelques centaines de Guerilleros avec un groupe de chasseurs venus tirer quelques oiseaux (encore que je crois que la chasse est interdite au Venezuela, zut , ils sont donc bien hors-la loi)Mis a part le fait qu’envoyer un secrétaire d’Etat à la passation de pouvoir d’un President de la République soit un peu juste , mais s’il fait preuve de bonne volonté , pourquoi pas . Kouchner n’a pas du condescendre à accorder sa présence , il est vrai que le quai d’Orsay n’est guére pro-Colombien . Mais cette déclaration pourrait préfigurer un lachage de Chavez , à rapprocher de l’article de Patrick Bele , dans le Figaro d’aujourd’hui, réaliste sur les problémes rencontrés par Chavez et PDVSA , là aussi un peu tôt pour parler d’intelligence et d’objectivité mais on dirait que ça en prend le chemin ! Le mandat de Santos pourrait commencer sur des auspices plus que favorables si le lachage de Chavez se confirmait . Ce dernier a survécu , comme la plupart des dictateurs , grace à la lacheté des soi-disants démocrates .

  • Fabio:

    En effet Maurice, on dirait qu’Uribe nous laisse un bilan encore plus possitif que prevu! C’est l’otonne du Patriarche, la production petroliere qui baisse, l’infrastructure qui coule, la violence record du monde, la pauvreté, la precarité, les rats qui abandonnent, le desastre inflationnaire et monetaire, le chef qui ne peut plus laisser son pays…. et, a cote de tout cela, l’elephant des Farc dans la maison.

    Les preuves de la presence des Farc au Venezuela sont contundentes et definitives. On ne parle plus de quelques fichiers word, mais des evidences fortes, reelles et detaillées (trouvées en fait grace a ces fichiers), plusieurs temoignages, documents graphiques, videos, de plusieurs coordonnées geographiques exactes a la seconde.

    Meme si Unasur ne se fait pas interessé, meme si Lula et Obama regardent ailleurs et jouent au philosophe, les faits parlent par eux memes. Je crois que tous s’attendaient a que la Colombie se plie face au chantage economique, mais puisque tout le pays s’est soudé derriere Uribe, les dirigents sudamericains n’osent plus se montrer trop proche du tyran aggresseur.

    C’est significatif que Correa et Kirchner veuillent se montrer a coté de Santos. Et cerise sur le gateau, on annonce que Maduro assistera a la ceremonie. Chavez, n’avait-il pas decidé de rompre les relations? C’est le Venezuela qui a fini par flechir. Entretemps les revisions de croissance economique en Colombie ne font qu’augmenter. Gracias Uribe!

  • Fabio:

    LOL, boynton a oublié le massacre de 2000 personnes a la Macarena par Uribe. :) Il a encore des progres a faire. Faut lire Anncol plus souvent!

  • Boynton:

    Bonjour,
    Il semblerait y avoir deux homonymes: Boynton et boynton.
    Je suis celui des messages du 06 août, pas de celui du 7. Je n’ai jamais vu, ici, jusqu’à ce jour de commentaire de ce boynton. Est-ce un usurpateur ou un joueur?
    Je remercie donc Jacques qui doit être en possession des adresses e-mail de chacun de bien vouloir faire en sorte de corriger cette possibilité de confusion.
    Pour ma part, j’aurais écrit Uribe au lieu de uribe, étroits au lieu de etroit, alcalde au lieu de alcade, etc…
    F.Boynton

  • Fabio:

    Hmm, je lance une hypothese: « boynton » avec « b » réside à Marseille. LOL. Merci Boynton (le vrai) de la rectification!

  • @tous
    J’ai éliminé le pseudo boynton, qui n’est autre que le mouloud habituel
    JT

  • phiconvers:

    Voici ce que je viens de poster en réaction àhttp://www.lefigaro.fr/international/2010/08/06/01003-20100806ARTFIG00545-en-colombie-uribe-laisse-la-place-a-santos.php) l’article spécieux de P. Bèle (, qui est décidément un bien mauvais « spécialiste » de la Colombie au figaro :

    — Votre article, P. Bele, est malveillant ou ignorant. Vous dites « Alvaro Uribe lui cède la place à contrec?ur » quand Uribe, malgré son immense popularité, a accepté de se plier à la décision de la justice, qu’il lui aurait été très facile de contourner. En outre, Santos était LE candidat d’Uribe et il est donc vraisemblablement ravi que ce soit son ancien ministre de la défense qui lui succède. Vous continuez en affirmant que « les inégalités se sont creusées » sous Uribe. Quelles données vous permettent-elles de faire cette affirmation ? Selon les informations et statistiques dont je dispose, cumulées à mes voyages réguliers en Colombie depuis 10 ans, c’est tout le contraire qui s’est produit.
    Je déplore votre parti pris sectaire et votre défaut d’information des lecteurs d’Uribe sur l’exceptionnelle popularité avec laquelle ce président incroyable quitte le pouvoir volontairement. Alvaro Uribe m’a rendu la confiance dans la politique, perdue par l’observation désespérante des trahisons et de l’impuissance des leaders français depuis 30 ans. —

  • phiconvers:

    Amusant, ce message a été rejeté par Le Figaro pour contenu « diffamatoire »…

  • COLOCOCO2:

    @Phiconvers
    Moi je ne suis pas surpris, je parle en connaissance de cause…

    Tout ce qui n’ est pas dans le sens du vent dominant, ( je ne dis meme pas dans le sens de
     » l’histoire « , est censuré au figaro; la censure s’y pratique à la hache , dans la Pravda de l’UMP.

    @Jacques Thomet
    Sans surprise non plus …..

  • Boynton:

    Merci Jacques d’avoir expulsé ce bernard-l’hermite dont l’inconsistance naturelle le condamne à emprunter des carapaces qui ne sont pas siennes.

  • phiconvers:

    Pour rire, colococo, la réponse de « l’équipe d’animation » du figaro :

    Vous avancez «Votre article, P.Bele est malveillant ou ignorant [?] votre parti pris sectaire et votre défaut d?information».

    Ce commentaire peut être considéré comme dénigrant à l?égard de M. Bele.

    Or la charte du Figaro précise : «seront également rejetées les contributions dénigrant directement ou indirectement Le Figaro, ses journalistes et ses dirigeants.»

Laisser un commentaire

Catégories
Commentaires récents
Archives