Share to Google Plus

 

17 juillet 2010 

Ingrid Betancourt a refusé une offre d'indemnisation proposée par la France pour ses six années de captivité aux mains de la guérilla des FARC, a indiqué samedi son service de communication dans un communiqué de reçu par l'AFP. 

Mme Betancourt « renonce à l'offre du Fonds de garantie des victimes et remercie l'Etat français d'avoir reconnu généreusement son droit à une réparation », dit ce texte. 

« Ayant renoncé à entamer une sollicitation d'indemnisation en Colombie, Ingrid Betancourt tient à agir en conséquence avec la France qui l'a soutenue grandement pendant les six années de sa séquestration et depuis sa libération », ajoute le communiqué. 

Mme Betancourt a renoncé mardi à sa demande d'indemnisation de près de huit millions de dollars présentée fin juin à l'Etat colombien, après avoir déclenché une vague d'indignation en Colombie et en France pour son « ingratitude ». 

Mon commentaire : à suivre, car je ne serais pas étonné que l’indemnisation refusée se transforme en subvention pour la fondation que la sinistre Colombienne a déjà ou va monter en France. 

Une telle mesure serait insupportable dans un pays en faillite, d’autant que le pouvoir de Sarkozy vient de voter une loi pour faire payer les Français pris en otages qui n’auraient pas respecté les consignes de sécurité. Or Ingrid a refusé d’obéir à ces consignes quand elle a été enlevée par les terroristes le 23 février 2002.

Le communiqué de l'ancienne candidate à la présidence de Colombie en 2002 ne précise pas le montant de l'indemnité que le pouvoir de Sarkozy voulait lui verser. 

La presse accréditée à l'Elysée ne manquera pas, je l'espère, de poser la question sur cette somme aux autorités françaises dès demain …

12 réponses à “EFFARANT, EFFRAYANT, EPOUVANTABLE : SARKOZY VOULAIT INDEMNISER LA COLOMBIENNE INGRID BETANCOURT POUR SES SIX ANS COMME OTAGE DES FARC ! ELLE A APPAREMMENT REFUSE”

  • Judd:

    C’est vraiment insupportable cette générosité qu’ont ces politicards avec l’argent des contribuables, qu’ils se permettent de jeter par les fenêtres ! Encore heureux qu’elle ait refusé, j’espère qu’elle ne reçoit rien de la France ! Honteux que cette Colombienne ayant quitté la France pour une carrière politique dans son pays, qu’on la considère comme d’une française, pratique la double nationalité !

  • Fabio:

    Elle maintiendrait ses amours avec l’ex-otage americain Gonsalves.

    Faites vos paris: quelle sera sa nouvelle nationalité?

    Franco-americano-colombienne?

    Colombo-franco-americaine?

    Americano-colombo-francaise?

    Franco-verto-socialo-franco-sarkozo-franco-villepiniste?

    Colombo-americano-franco-colombienne???

    etc etc etc ……….. ?????????

    Pauvre Gonsalves!!!! :(

  • Fabio:

    Je crois que la plupart d’intervenants de ce blog ignorent que Nancy Pulecio, soeur de Yolanda, est consul de Colombie a Chicago. Les tentacles de ces racailles s’etendent partout dans le monde.

  • Lizz:

    Incroyable !! les bras m’en tombent !!

    Après lui avoir donné la légion d’honneur, payé ses frais, ses gardes du corps, ses voyages alors qu’elle n’est même plus domiciliée en France depuis longtemps, Sarko voulait l’indemniser .. décidément on marche sur la tête, et en plus elle demandait aussi à la Colombie de l’indemniser.

    Elle en est où d’ailleurs avec sa fondation .. pas grand chose sur son site internet, allez le visiter, çà vaut le coup d’oeil en ce qui concerne le staff et les projets !! çà ne l’empêche sans doute pas de récolter des fonds .. comment vérifier d’ailleurs ?
    Les histoires de fondation en France, çà commence à bien faire, peu d’entre elles sont contrôlées, tout comme les partis politiques d’ailleurs, et toutes les dérives sont possibles.

    Maintenant où est-elle donc domiciliée ? en France ? aux USA ? nul doute qu’elle va essayer d’ajouter un troisième passeport à sa collection. Juan Carlos doit l’avoir un peu amer non ? non seulement il a joué le cocu de service sur le tarmac à l’aéroport mais il s’est aussi fait vider son compte en banque !!

    Cette fondation est à surveiller au plus près .. çà ne m’étonne plus que Sarko voulait supprimer la cour régionale des comptes censée contrôler entre autre les fondations, vu le financement accordé déjà à la fondation de sa femme, 50.000? des deniers publics plus 500.000? de Mémé Liliane .. lol maintenant çà va être plus difficile.

  • Maurice:

    Dnas chaque information , il y a un coté positif et un négatif : Le positif , elle a réfusé ! Ouf !!! L’utilité de site comme celui-ci a pu aider à la pénible décision. Le négatif : On lui a proposé , devançant donc son appel ! A croire que la rigueur demandée pour nos finances ne concerne que nos concitoyens , quelques « hapy-few » n’étant pas concerné par ces problemes bassement matériels. La cour des comptes aurait-elle , éventuellement et a posteriori , relevé cette donation et si oui , dans quelle rubrique ? Les quelques prix , comme celui du « Prince des Asturies » comportant un volet financier n’auront fait que couvrir quelques dépenses urgentes et oubliées par la République Française ! Sans doute !

    Pour les aficionados du site deux notes
    1/ Un article intéressant , quoique publié dans un journal d’extréme droite, le Monde du 17/07/10 , par un journaliste , fasciste notoire , Paulo A Paranagua , qui malgré son nom , sans doute une identité d’emprunt , n’a jamais du mettre les pieds en Amérique Latine , c’est du moins les conclusions que l’on peut tirer des réactions des lecteurs .Le sujet ? La gauche Latino-Américaine face au défi du trafic de drogue .Visiblement cet article dérange les convictions tiers-mondiste et germanopratine de nombreux lecteurs de ce journal pour qui la gauche a non seulement le monopole du coeur, mais aussi celui de l’honneteté et de l’intelligence.Décidément le monde (Le Monde)n’est plus ce qu’il était ! Est l’annonce de la fin des temps ou l’amorce des temps nouveaux ? L’avenir nous le dira .
    2/ Le silence assourdissant de la presse française(et malheureusement de ce site mais rien n’est parfait) sur les nouveaux événements entre Venezuela et Colombie qui me paraissent trés important . Les preuves apportées par la Colombie , l’attitude (ambigue , pour le moment) des USA , sur le refuge et l’aide accordée par le Venezuela aux Farcs . Il semblerait que , enfin , l’on sorte de la langue de bois habituelle . Peut-étre le début de la fin pour Chavez ,si aprés l’échec économique totale, son régime était considéré comme apportant de l’aide au terrorisme officielement et était sanctionné par un ambargo ! Est-ce l’ultime cadeau d’Uribe dont les deux mandats ont constitués un succés dans ce domaine(en économie aussi d’ailleurs). Je lui souhaite et nous souhaite de partir sur ce succés . La lutte contre le terrorisme a trouvé en lui un héros et , il n’y a qu’à voir la haine que lui porte la gauche militante pour en étre sur .

  • phiconvers:

    Il faut lire l’article du JDD, qui a permis de dévoiler le pot aux roses. Sans ce journal, Betancourt n’aurait sans doute jamais renoncé au pactole. et l’on y apprend des éléments intéressants sur la répartition des rôles…

    Pourquoi Ingrid Betancourt renonce
    Suite à une enquête du JDD, l?ex-otage a annoncé samedi soir qu?elle ne voulait plus de l?argent réclamé à la France.

    Un communiqué de presse qui tombe à pic. Samedi soir tard, Ingrid Betancourt, l?ex-otage des Farc, a annoncé à l?AFP qu?elle renonce « à l?offre du Fonds de garantie des victimes et remercie l?Etat Français d?avoir reconnu généreusement son droit à une réparation ». En fait, depuis des mois, la Franco-Colombienne bataille pour obtenir une indemnisation auprès de l?organisme. Le 3 mai dernier, le conseil d?administration du Fonds s?est d?ailleurs réuni pour réexaminer sa demande. Le Fonds est alimenté par une cotisation obligatoire prélevée sur les contrats d?assurance responsabilité civile (soit 3,30 euros par dossier), sur le modèle du régime des catastrophes naturelles.

    Selon nos informations, cette dernière aurait en effet considéré que les 450.000 euros qui lui avaient été proposés en première intention constituaient une indemnisation insuffisante au regard de son préjudice. Son cas devait être de nouveau débattu au mois de septembre prochain. Ce renoncement inattendu intervient donc au moment où le JDD avait contacté samedi dans l?après-midi les services de l?Elysée, un des avocats d?Ingrid Betancourt et l?organisme d?indemnisation, s?apprêtait à publier l?information.

    « Le Fonds a proposé une compensation financière minorée »
    La crainte d?une nouvelle polémique? L?action judiciaire que la famille Betancourt avait entreprise le 9 juillet dernier contre l?Etat colombien avait déjà provoqué un véritable scandale outre-Atlantique. L?ex-candidate à l?élection présidentielle avait en effet évalué à 6,5 millions d?euros le montant de la réparation qui lui était due. L?opinion publique colombienne a immédiatement condamné cette assignation considérée comme « honteuse » au regard des risques que l?armée avait pris pour la libérer. En larmes, Ingrid Betancourt a rapidement annoncé qu?elle retirait sa plainte. Bis repetita en France.

    Le Fonds de garantie des victimes d?actes terroristes et d?infractions pénales indemnise en effet les Français et les étrangers victimes d?actes terroristes ou de prises d?otages sur le territoire national et les Français agressés dans de mêmes conditions à l?étranger. La demande est généralement présentée par le Quai d?Orsay. Dans le cas de l?ancienne otage, selon des sources concordantes, son affaire aurait été suivie avec attention par l?Elysée. « On nous a clairement dit qu?il s?agissait d?un dossier signalé et qu?il n?était en aucun envisageable de le rejeter », confie sous le sceau du secret l?un des administrateurs. Pourtant les règles d?indemnisation sont très strictes. Les personnes qui s?exposent à un danger alors qu?elles ont été prévenues ne peuvent obtenir réparation.

    Pour tenir compte de cette circonstance, le Fonds a proposé une compensation financière minorée. « Elle savait que la zone où elle se rendait était dangereuse, raconte un proche de dossier, il en a été tenu compte dans le calcul ». Interrogé par le JDD, le porte-parole du président de la République dément toute intervention des conseillers de Nicolas Sarkozy.

    Un livre-confession attendu à la rentrée
    Le renoncement d?Ingrid Betancourt clôt le débat. Le président de la République s?était en effet particulièrement impliqué dans la libération de l?otage. Il l?avait accueillie le 14 juillet 2008 et lui avait remis la Légion d?honneur. Dans le contexte actuel, un quelconque soupçon de favoritisme aurait été embarrassant. Ingrid Betancourt n?avait pas non plus intérêt à un nouveau coup de projecteur médiatique.

    Son image s?est en effet brouillée au fil des mois à la suite des déclarations peu amènes de ses anciens compagnons d?infortunes, de son comité de soutien et même de son ex-mari. Un livre-confession attendu à la rentrée doit lui permettre de gommer ces dérapages successifs.

    Marie-Christine Tabet – Le Journal du Dimanche

    Dimanche 18 Juillet 2010

  • Judd:

    Ce que dit la loi pour les binationaux, sur le site Service Public.fr
    Mme Bétancourt en Colombie redevient Colombienne à part entière et la France n’a pas à s’impliquer dans les affaires de la Colombie !

    Régime de la double nationalité

    En vertu du principe de souveraineté, la France considère le double national en tant que ressortissant titulaire de l’ensemble des droits et obligations attaché à la nationalité française, qu’il s’agisse d’un Français ayant acquis une nationalité étrangère ou d’un étranger devenu français.

    Un Français binational ne peut cependant faire prévaloir sa nationalité française auprès des autorités de l’autre Etat dont il possède aussi la nationalité lorsqu’il réside sur son territoire. Ce binational est alors généralement considéré par cet Etat comme son ressortissant exclusif et, il s’en suit que la protection diplomatique de la France ne peut s’exercer contre l’autre Etat dont dépend le binational et, réciproquement, pour l’Etat étranger qui ne peut faire bénéficier de sa protection le binational sur le territoire français.

  • COLOCOCO2:

    Merci à phiconvers pour cet intéressant document.
    Sacré SARKÖZY, il est en ce moment de tous les coups …foireux…
    Bien sur, « l’ Eysée dément »;
    Mais qu’ est ce qui peut bien le lier à cette bonne femme, qui est en train de devenir la championne de la loose ???? A part reconnaitre qu’il s’est royalement planté dès le départ, je ne vois pas.
    ( il a quand meme comme excuse, le fait,d’avoir été loin d’etre le seul, pour autant que cela soit une excuse )…..

  • paloma:

    Indemnización del Estado francés que Ingrid Betancourt rechazó, había sido solicitada por ella misma
    EL TIEMPO BOGOTA

    Según el periódico francés ‘Journal du dimanche’, la oferta del Fondo de Garantía de Víctimas francés obedecía a un reclamo que ella había instaurado.

    La indemnización del Estado francés que la ex candidata presidencial colombiana Ingrid Betancourt anunció ayer que rechazó fue solicitada por la propia ex rehén de las Farc, según publicó hoy el periódico francés « Journal du dimanche » (JDD).

    Betancourt anunció el sábado por medio de un comunicado que rechazaba la « oferta del Fondo de Garantía de Víctimas » francés pero JDD afirma hoy que « hace meses » que la franco-colombiana reclama a ese organismo galo el cobro de una indemnización.

    El periódico afirma que el pasado 3 de mayo el Fondo de Garantía de Víctimas de actos terroristas e infracciones penales se reunió para examinar « la petición » de Betancourt, quien consideró posteriormente que los 450.000 euros que se le ofrecieron eran « insuficientes ».

    En su comunicado del sábado, Betancourt expresaba su « renuncia a la oferta del Fondo de Garantía de Víctimas » y su agradecimiento « al Estado francés (por) haber reconocido generosamente su derecho a una reparación ».

    Ese fondo, creado en 1986, se dota con una cotización obligatoria procedente de las pólizas de contratos de seguros de responsabilidad civil y, según los datos de indemnizaciones de 2008 (los últimos disponibles) pagó ese año un total de 5 millones de euros en concepto de reparación a víctimas de terrorismo.

    El caso de Betancourt debería haberse vuelto a examinar el próximo septiembre, según el periódico francés, que asegura que la renuncia anunciada el sábado por parte de Betancourt se conoció después de que JDD se hubiera puesto en contacto con la presidencia de la República francesa para conocer detalles del asunto.

    El periódico asegura, sin citar sus fuentes, que en el caso de Betancourt, teniendo en cuenta que el Fondo de Garantía galo tiene reglas precisas en cuanto a las circunstancias en las que se tiene derecho a percibir indemnización y cómo se produjo el secuestro de la franco-colombiana, se había llegado a un compromiso. Éste consistía en conceder a Betancourt una « compensación financiera reducida » y JDD recuerda que « las personas que se exponen a un peligro no pueden obtener indemnización » del Fondo de Garantía.

    « Sabía que la zona a la que se desplazaba era peligrosa », según la declaración que publica el periódico de una fuente a la que no identifica, a continuación de lo cual JDD afirma que la presidencia de la República negó la intervención en el asunto de los consejeros del presidente Nicolas Sarkozy.

    Betancourt fue secuestrada el 23 de febrero de 2002, en una carretera del departamento del Caquetá, cuando se dirigía a un mitin político en San Vicente del Caguán, junto con su fórmula vicepresidencial Clara Rojas.

    Según Betancourt, hubo fallos de seguridad que propiciaron su secuestro, pero esa denuncia ha sido desmentida tanto por altos mandos militares de la época como por sus propios ex escoltas, que afirman que ella conocía los riesgos de viajar a la zona y decidió asumirlos.

    « La renuncia de Ingrid Betancourt cierra el debate », consideró hoy JDD, que recuerda además que Sarkozy se implicó mucho en la liberación de la ex rehén, a quien impuso la Legión de Honor el 14 de julio de 2008.

    « En el contexto actual, cualquier sospecha de favoritismo hubiera resultado embarazosa -continúa el periódico, que agrega: « Ingrid Betancourt tampoco tenía interés en centrar de nuevo sobre ella el foco mediático ».

    PARÍS
    EFE

  • Judd:

    Lu sur Marianne 2
    le 7 mars 2009

    Désillusion et rumeur négative
    Officiellement, Ingrid Betancourt ne perçoit aujourd’hui aucun revenu et vit «totalement à crédit». Ses seules rentrées d’argent proviennent des droits d’auteur de la Rage au coeur, paru chez Fixot, qui s’est vendu à 400 000 exemplaires, et de Lettres à maman, sa lettre et les réponses de Mélanie et Lorenzo, publié au Seuil, qui s’est vendu à environ 100 000 exemplaires. Selon la rumeur qui circule dans les milieux de l’édition, elle demanderait 1 million d’euros pour coucher par écrit le récit de sa captivité. Trop cher. A ce prix-là, Susanna Lea, la star des agents littéraires, ne trouve pas preneur. Un éditeur parisien – qui refuse de confirmer – aurait néanmoins mis sur la table 500 000 Euros. «Je ne sais pas ce qu’il y a dans ce livre, je n’ai pas lu une ligne, mais il y a une certaine désillusion des médias qui ne lui sera pas favorable», prophétisait son ancien éditeur, Bernard Fixot, sur RTL en décembre. Comme pour confirmer ces dires, à la même date Paris Match enregistrait sa plus mauvaise vente de l’année 2008 en mettant en couverture la Franco-Colombienne. «Plus elle attend, plus c’est compliqué», renchérit Muriel Beyer, l’éditrice de Clara Rojas chez Pion. «La rumeur négative va enfler.» Et, bientôt, le risque est bien grand que plus personne ne se demande qui est vraiment Ingrid Betancourt.

  • jose:

    Mes commentaires sur le dernier article de Jacques Thomet n’apparaissent pas sur le blog.
    Sencures policieres ou incapabilites du serveur de Jacques Thomet????

  • @Jose
    Je n’ai vu aucun commentsaire à toi en modération.

Laisser un commentaire

Catégories
Archives