Share to Google Plus

11 septembre 2009 

Comme au Venezuela et en Equateur, déjà sous le joug de régimes néo-castristes, l’Argentine du couple péroniste Kirchner (Cristina, la présidente, et son mari Nestor, ancien chef de l’Etat) se prépare à censurer la presse. 

 

200 inspecteurs des impôts se sont présentés hier à la rédaction du journal Clarín, propriété du principal groupe multimédia d'Argentine. Selon le gouvernement, il s'agissait d'une « opération de routine » ! 

 

Le quotidien, lui, dénonce « une action démesurée et grotesque ». Le groupe Clarín est un critique féroce de la politique gouvernementale, et s’oppose à un projet de loi controversé sur l'audiovisuel. « L'opération d'hier montre ce qui peut arriver lorsqu'on ose critiquer le gouvernement Kirchner », ajoute le journal. 

Des groupements de patrons de presse locaux et internationaux ont dénoncé à Buenos-Aires ce projet de loi sur l'audiovisuel du gouvernement de Cristina Kirchner, qui selon eux menace la liberté de presse et le principe de sécurité juridique.

 

Si le projet passe, le groupe en sera le premier affaibli, il devra choisir entre ses chaînes hertziennes ou ses chaînes câblées.
« Nous considérons que les principes constitutionnels et internationaux reconnaissant et garantissant la liberté d'expression, interdisant la censure a priori, sont menacés par des dispositions attribuant aux gouvernants un large pouvoir discrétionnaire », ont déclaré dans un communiqué une dizaine de groupements, dont la Société interaméricaine de Presse (SIP), l'association des sociétés de presse argentines (ADEPA) et l'Association internationale de radiodiffusion (AIR).
« Le projet de loi menace clairement la sécurité juridique et les investissements des détenteurs de licences » audiovisuelles, ajoute le communiqué.
Le projet en discussion à la Chambre des députés est défendu par le pouvoir et ses alliés au nom de la lutte contre les monopoles.
Mais en Argentine, il a été interprété comme un nouveau chapitre dans le conflit qui oppose Mme Kirchner et son époux, l'ancien président Nestor Kirchner (2003-2007), à Clarin.
Le projet interdit au propriétaire d'une chaîne de télévision hertzienne de posséder une chaîne câblée dans la même zone. Il prévoit également de charger de l'octroi des licences d'exploitation un organisme contrôlé par le pouvoir.
 

Laisser un commentaire

Catégories
Archives