Share to Google Plus

christophebeck.jpg 

17 mars 2009 (Si les médias veulent publier cette exclusivité, j'en serais fort aise, mais svp citez mon blog en échange !)

Quand on a été pris en otage par la guérilla de Colombie, il vaut mieux s’appeler Ingrid Betancourt, alors candidate à la présidence colombienne et désormais aidée par la France, que de porter le nom de Christophe Beck, un entrepreneur français ruiné et désormais au bord de la misère.   Elle, qui s’est jetée dans la gueule du loup (les FARC) pour faire remonter une cote exsangue dans les sondages (0,3%), a été médiatisée pendant son calvaire, transformée en héroïne par le pouvoir français, et reçue à grands frais à Paris dans un hôtel 5 étoiles. 

Lui, séquestré à son corps défendant par l’autre guérilla de l’ELN de 2005 à 2006, est sans le sou après la vente de tous ses biens par sa famille pour payer une rançon de 600.000 dollars aux terroristes. A 64 ans, il vit avec son épouse Martine dans un mobile home prêté par un ami, près de Perpignan, avec une retraite de 1200 euros par mois.  Un abîme sépare les deux ex-otages dans le traitement par l’Etat français de leurs cas respectifs, mais bien au-delà de ce que j’avais déjà relaté ici et dans mon dernier livre sur Les secrets de l’opération Betancourt (Fayard). L’entretien que je viens d’avoir par téléphone avec Christophe Beck fait froid dans le dos, et va plus loin encore dans les révélations contenues  dans son récent livre L’otage oublié (Jean-Claude Gawsewitch). 

Pendant l’enlèvement d’Ingrid Betancourt, la famille et l’ex-mari de l’otage ont été reçus à de multiples reprises par les présidents Chirac puis Sarkozy, par les ministres des Affaires étrangères Villepin puis Douste-Blazy. Le battage des médias s'est amplifié sans relâche.

Pour sauver Christophe Beck, la France a opéré un hallucinant silence radio. « Mon épouse a envoyé une lettre recommandée à Jacques Chirac. Il ne lui a jamais répondu », s’exclame ce chef d’entreprise. « Aucune autorité parisienne ne l’a jamais reçue ni contactée. Ni Douste-Blazy, ni Noël Saez (note de ma part : cet ancien consul a effectué 25 voyages en Colombie pour tenter d’obtenir la libération d’Ingrid sans aucun succès), ni Daniel Parfait (note : alors directeur des Amériques au Quai d’Orsay et amant d’Astrid, la sœur d’Ingrid, qui n’avait pas divorcé de son mari comme je l’ai révélé ici), ni personne, à part un quatrième couteau du Quai », s’indigne-t-il. « Si je venais à rencontrer Douste-Blazy, je lui mettrais deux baffes. Il nous a pris pour des cons ! », assure l’ancien otage. Le mépris de l’ex-ministre face à la détresse du Français Christophe Beck contraste avec sa dévotion à la cause de la Colombienne Ingrid Betancourt. J’ai révélé dans mon livre déjà cité que Douste-Blazy avait osé proposer à un ami journaliste français, qui partait en reportage en Colombie, de transmettre un message aux FARC : vous libérez Ingrid et on vous retire de la liste des organisations terroristes ! Le collègue avait refusé. 

Pis encore. Le Quai et le consulat de France à Caracas (note : M. Beck avait été enlevé au Venezuela puis vendu à la guérilla colombienne par ses geôliers) n’ont cessé de demander à la famille du Français de « ne pas médiatiser. Ce fut abject. Ils ont même insisté pour que notre député-maire des Pyrénées Orientales, François Calvet (UMP), cesse de politiser mon affaire », révèle l’ex-otage. Son calvaire aurait pu « prendre fin six mois plus tôt, assure-t-il, si le ministère français avait accepté d’aider les miens pour obtenir un prêt de 10.000 euros – j’insiste sur ce point : ma famille n’avait pas demandé un don – afin de boucler la rançon. Le Quai n’a pas donné suite, alors qu’il nous restait un lopin de terre en France qui pouvait servir d’hypothèque. Ce refus a obligé ma femme à liquider notre propriété de 1.500 bovins, développée après des années d’effort, sept jours sur sept. Nous nous sentions un peu les ambassadeurs de la France, avec cet élevage d’abord bas de gamme devenu un bétail de race, que je présentais dans les concours agricoles ». 

Le parcours de l’ancien otage mérite d’être retracé. Patron d’une entreprise de construction métallique, « Beck & Cie » à Perpignan, il l’a revendue à ses ouvriers qui ont en fait une coopérative. Lui-même a contribué au montage de son capital, payé les juristes, et « fait du social », comme il aime à le rappeler, avant de partir pour une nouvelle aventure au Venezuela achevée dans les larmes.  « Leur société reste la première du Languedoc-Roussillon en la matière», dit-il avec fierté, en avouant que ses anciens employés « l’invitent régulièrement au restaurant ».  « Aujourd’hui, je commence seulement à reprendre des couleurs, explique-t-il, car quand on rentre d’un tel chemin de croix, on est déphasé, paumé, détraqué. Je me perdais même dans Perpignan que je connaissais pourtant comme ma poche ». Dans leur mobile home, Christophe et Martine ne pourront pas lire ce reportage. « Nous n’avons pas de ligne téléphonique fixe, et donc pas accès à internet… », avoue-t-il. 

4 réponses à “EXCLUSIF : L’EX-OTAGE DE LA GUERILLA COLOMBIENNE CHRISTOPHE BECK DENONCE L’ATTITUDE « ABJECTE » DU QUAI D’ORSAY PENDANT SA CAPTIVITE, DANS L’INTERVIEW QU’IL M’A ACCORDEE”

  • Judd:

    M. Beck expatrié depuis 1992, en Colombie depuis 14 ans, sa famille aurait dû se tourner un premier temps vers le gouvernement colombien qui se doit être le garant de la sécurité des ressortissants étrangers se trouvant sur son territoire.

    Il est vrai que la France aurait pu faire un geste pour cet ex-otage, c’est lamentable. un emprunt de 10 000 euros comparés aux millions d’euros en moyens et en hommes extorqués par les familles Delloye/Bétancourt aux Français, est inadmissible ! Mme Bétancourt n’étant plus en danger, d’ailleurs ne l’a-t-elle jamais été, qu’attendons-nous pour retirer sa garde rapprochée à nos frais ? Tout ce cirque pour en arriver là, la dégringolade d’une « pseudo héroïne » !

    Ce qu’il lui reste à faire, c’est de porter plainte contre X pour non assistance à personne en danger.

  • Fernand:

    Jacques,
    J´ai couté brièvement ce matin sur la radio Caracol: Les FARC ont libéré hier, unilatéralement, le citoyen suédois qu´elles avaient en otage depuis deux ans.
    Je suis au boulot et ne peut pas invéstiguer de plus près à présent

  • Jean87:

    Christophe Beck a été enlevé voire détenu au Venezuela par l’ELN. SA famille a du se débrouiller seule pour le sortir de là.
    En rentrant, après avoir été dépouillé par ses ravisseurs, il ne lui reste plus que la pauvreté, l’amertume et l’oubli de tous.
    Mon frère l’en a sorti en organisant une interview de TF1…

  • Jimmy:

    Ces diplomates sont des salopards hypocrites et faux culs en diable.
    J’ai eu l’occasion de passer par eux il vaut mieux ne meme pas leur devoiler vos intentions car ils vous trahissent la plupart du temps et ce sotn souvent des correspondants de la DGSE en .

Laisser un commentaire

Catégories
Archives